L’interrupteur de la France en position fermée

Il faut qu’un interrupteur soit en position ouverte ou fermée : hier, les Français ont choisi la position fermée.

 

Il faut qu’un interrupteur soit en position ouverte ou fermée : hier, les Français ont choisi la position fermée.

 

La position fermée (O) :

Le rejet de l’étranger, des « clandestins », des immigrés qu’ils soient des réfugiés de guerres ou des rescapés de la faim ; le rejet de l’ennemi, l’islam ;

L’identité nationale restreinte aux « racines chrétiennes » ;

Le refus des associations d’aide, dites  « politisées » (par exemple, le Planning familial) ou « communautaristes » ;

L’abandon des services publics ;

Le refus des impôts, de l’aide sociale, « l’assistanat » ;

Le tout-sécuritaire, la restauration de l’autorité ;

(…)

 

La position ouverte  (I) :

L’accueil de l’immigration, la confiance en l’apport d’autres cultures ; l’universalisme ;

La solidarité, l’acceptation de la contribution commune à l’impôt et des contributions sociales ;

Le partage du travail et la répartition des richesses ; le sevrage de l’addiction à l’argent, à la consommation ;

L’égalité des droits ; l’État de droit ;

L’émancipation par l’éducation et la culture ;

La démocratie, et pas seulement « la défense des valeurs de la République » ;

La protection de la planète et la recherche d’un mode de vie durable ;

La réflexion : la recherche des causes sociales, historiques, psychologiques qui expliquent le mal-être, la violence, la fragmentation de la société.

(…)

 

 

Pour ouvrir, il faudra insister sur le POUR qui entraîne, débloque, déverrouille ; sur l’ÉCOUTE qui débouche sur la participation démocratique du plus grand nombre à la délibération ; sur le RESPECT de ceux qui n’ont pas trouvé leur place dans l’ordre social actuel… Peut-être alors que le courant pourra passer de nouveau.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.