Les Républicains et le bombardement d’Agrabah

Fiction, réalité ? Bien peu de différence. Les discours belliqueux du candidat aux primaires républicaines, Donald Trump, réclamant d’écraser Daech sous un tapis de bombes, de tuer les familles des terroristes, d’interdire l’entrée du territoire des États-Unis à tout musulman, peuvent sembler tellement grotesques qu’elles ne méritent pas qu’on s’y attarde. Et pourtant…

 

Fiction, réalité ? Bien peu de différence. Les discours belliqueux du candidat aux primaires républicaines, Donald Trump, réclamant d’écraser Daech sous un tapis de bombes, de tuer les familles des terroristes, d’interdire l’entrée du territoire des États-Unis à tout musulman, peuvent sembler tellement grotesques qu’elles ne méritent pas qu’on s’y attarde ; ou bien celles de Chris Christie, prêt à engager les États-Unis dans une guerre contre la Russie et la Chine, font qu’on en arrive à penser qu’il serait préférable de cesser de s’intéresser aux déclarations loufoques des candidats Républicains. Pourtant, l’imaginaire débridé, incontrôlé, de ces candidats, n’est pas sans rapport avec l’état d’esprit d’une partie de l’électorat Républicain, celle qui accorderait ses faveurs à Trump (41%), mais aussi tous ceux qui suivent les débats télévisés ou les meetings des conservateurs.

Un sondage du Public Policy Polling (18 décembre) semble montrer l’accord d’une partie de la population américaine avec ces positions belliqueuses délirantes exprimées dans des discours de campagne électorale : une population qui ne réclame pas que le débat politique devienne enfin plus sérieux et se rapproche de la réalité, mais qui aime bien les propos polémiques, les déclarations provocatrices qui enflamment les esprits. La question a été posée par PPP à un échantillon représentatif de Républicains qui participeront au vote pour les primaires en 2016, afin de savoir s’ils seraient d’accord pour bombarder une ville du Moyen Orient, Agrabah : 30% ont répondu “oui” à l’idée de bombarder …une ville fictive ! En effet, elle n’existe que dans un film des Productions Disney, Aladdin ! Parmi ce groupe, 45% soutiennent la candidature de Donald Trump. Dans l’échantillonnage Républicain, 54 % seraient d’accord pour interdire l’entrée du territoire américain aux musulmans, proposition que Trump souhaiterait mettre en œuvre s’il devenait président ; 26 % d’entre eux pensent que l’islam devrait être déclaré illégal aux États-Unis.

Si une partie de l’électorat Républicain est prête à  ce que son pays tue, bombarde, exclue tout ce qui de près ou de loin, même dans la fiction, ressemble à un musulman, on ne devrait jamais prendre à la légère les propositions abracadabrantes des va-t-en-guerre et des obsédés de l’islam. Ce qui semble appartenir à l’imaginaire risible des dessins animés, à des élucubrations simplistes pourrait bien, un jour, entrer dans la réalité, influencer l’opinion publique et conduire à déclencher des politiques extrêmes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.