La falsification du 2° Commandt. prouvée par manuscrits mer Morte et Bible Ptolémée

Le rabbinat français traduit différemment les deux versions bibliques (Exode 20 : 5 et Deutéronome 5 : 9) de la deuxième partie du Deuxième Commandement1 :

“... je suis un Dieu jaloux qui poursuis le crime des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième générations...” Exode 20 : 5

“… je suis ton Dieu, Dieu jaloux, qui poursuis le crime des pères sur la troisième et la quatrième générations…” Deutéronome 5 : 9

Pour nous, au sortir d’Égypte et compte tenu du fait que Moïse a interdit la circoncision pendant toute sa vie (cf. Josué 5 : 4), “le crime des pères” ne peut être que les mutilations sexuelles féminines et masculine. Ce crime est logiquement poursuivi sur toutes les générations de pères encore en vie. Mais fort de sa traduction d’Exode 20 : 5 qui instaure la notion aberrante d’une criminalité familiale à poursuivre à l’infini, le rabbinat biffe les termes “sur les enfants” dans sa traduction du Livre du Deutéronome.

Examinons le texte hébreu donné par le rabbinat en nous limitant aux termes qui varient :

Exode 20 : 5 : עֲו‍ֹן אָבֹת עַל בָּנִים עַל שִׁלֵּשִׁים וְעַל רִבֵּעִים

…le crime (עֲוֹן) des pères (אָבֹת) sur (עַל) les enfants (בָּנִים) sur (עַל) la troisième génération (שִׁלֵּשִׁים) et sur (וְעַל) (וְ signifie “et”) la quatrième génération (רִבֵּעִים)

Deutéronome 5 : 9 : עֲו‍ֹן אָבוֹת עַל בָּנִים וְעַל שִׁלֵּשִׁים וְעַל רִבֵּעִים

… le crime (עֲו‍ֹן) des pères (אָבֹת) sur (עַל) les enfants (בָּנִים) et sur (וְעַל) la troisième génération (שִׁלֵּשִׁים) et sur (וְעַל) la quatrième génération (רִבֵּעִים)…

La différence réside dans le terme “ו” (et) ajouté, dans Deutéronome 5 : 9, entre “enfants” et “troisième génération”. Cet ajout n’existe ni dans le manuscrit 4Q41 de la mer Morte2 ni dans la Bible de Ptolémée (Louis Segond). Il fait croire que le crime est poursuivi indéfiniment sur les générations descendantes et interdit de considérer “le crime des pères sur les enfants” comme une périphrase. Mais une modification du texte du Deuxième Commandement a quelque chose d’aberrant et cet ajout falsification est bien maladroite. Le “ו” pourrait avoir été ajouté lors de la découverte d’un manuscrit du Deutéronome dans le temple de Salomon au retour de Babylone, alors qu’il fallait remettre la circoncision en vigueur (elle avait été abandonnée pour faire croire que les Juifs n’avaient rien à voir avec les Égyptiens comme les autres populations de Palestine).

Le silence fait sur la deuxième génération suppose que les enfants sont la deuxième et les pères la première. C’est absurde ; les enfants sont la première génération dans toutes les langues. Consciente de cette absurdité, la traduction du rabbinat français biffe les termes “sur les enfants et”. La version d’Exode 20 : 5 aussi ne mentionne pas la deuxième génération. Avec raison si l’on considère les générations dans le sens ascendant ; la deuxième n’est pas mentionnée parce qu’il s’agit des pères dont le crime est en question.

Cette falsification matérielle est la preuve de la falsification intellectuelle que nous dénonçons.Elle valide notre interprétation du Deuxième Commandement, de surcroît prouvée par l’absurde par le chapitre 34 du Livre de l’Exode (cf. la troisième partie de notre article “‘Tu ne circonciras pas.’, le sens caché du Deuxième Commandement”3).

1 La Bible. Paris : Les éditions Colbo ; 1999

2 Berthelot K. La bibliothèque de Qumrân. Paris : Editions du cerf ; 2014. Vol. 3a, p. 140-41.

3 "Tu ne circonciras pas.", le sens caché du Deuxième Commandement | Le Club de Mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.