LIBERTE CHERIE, LIBERTE TRAHIE

La liberté qui n'est pas en soi une valeur républicaine, le devient quant elle s'exprime dans le strict respect de l'égalité et de la fraternité qui en limite la portée. Nous vivons aujourd'hui un double détournement de la liberté.

LIBERTE CHERIE, LIBERTE TRAHIE

      Tout a commencé par la liberté d’entreprendre, principale légitimité  du capitalisme, qui s’est vite révélée comme liberté du renard dans le poulailler. Aujourd’hui, cette liberté réservée à une élite autoproclamée est devenue celle des premiers de cordée qui choisissent librement la route et que les citoyens d’une nation comme la nôtre ont l’obligation de suivre jusque dans la chute finale. Nous pouvions alors nous révolter, dénoncer les injustices, revendiquer une part de pouvoir de décision, voire tout le pouvoir politique et faire de la démocratie le cœur d’une société fraternelle. Pourtant, rien n’a changé et la liberté d’entreprendre a été confortée sans limites en dépit des injustice qu'elle génère. La publicité intrusive des GAFA et autres multinationales qui trouve sa justification dans une hypocrite liberté de choix, en est actuellement la meilleure illustration. Reste ce mensonge que les politiques  de tous bords nous répètent, cette antienne éculée : la liberté individuelle cesse là où commence celle des autres. Quelle bêtise ! de quelle liberté parle-t-on ? elles sont si diverses les libertés ! toutes limitées par le respect que chacune doit aux autres et la responsabilité,  la prudence et l’ignorance, l’organisation collective et le droit, et par le savoir scientifique  qui fixent les frontières du possible.

      La situation actuelle de notre pays, toujours bien tenue en main par les dominants productivistes, ne nous apprend rien de nouveau. Mais je vous propose de porter notre attention à un phénomène qui se développe bien à l’abri du covid et des réactions anti-vacs . On  nous a appris que la revendication de liberté est légitime: « nous sommes en République, alors je fais ce que je veux ! ». Cette revendication est si profondément inscrite dans l’histoire et dans notre identité citoyenne que son renoncement est une souffrance qui génère la haine et  la violence dont témoignent les  débats parlementaires et les manifestations de rues.  

      Or, la  République n’est pas garante de cette liberté comme valeur indépendante. Nos pères fondateurs  en ont fait une valeur solidaire du triptyque républicain. Il s’agissait pour eux de mettre  un terme à la liberté aveugle et prédatrice des dominants de l’Ancien Régime. Pour cela il fallait que  La Liberté, l’ Egalité et la Fraternité  soient strictement complémentaires et fonctionnent en synergie et en harmonie, comme une valeur unique et globale, à l’intérieur de laquelle chaque principe est contrôlé et limité par les deux autres.

       Aujourd’hui, la liberté est trahie aussi bien par les dominants qui en ont fait une légitimité historique, que par les dominés qui adhèrent à  la revendication libertaire comme une forme d’émancipation individuelle sans limites. C’est  sans doute en réaction aux  perspectives collaborationnistes  d’un socialisme étroit qui s’est, depuis longtemps, subordonné au libéralisme économique; mais c’est aussi et surtout en conséquence d’une perplexité angoissante quant à l’avenir du monde, question essentielle à laquelle les politiques n’apportent aucune réponse. Souvent d’ailleurs on peut se demander s’il n’existe pas entre ces deux détournements de la liberté une dynamique commune et hypocrite qui voudrait que l’un s’emploie à justifier l’autre.

      En ce temps de menaces croissantes et d’auto-déstructuration massive de notre civilisation, les revendications libérales et libertaires doivent être renvoyées dos à dos. Il nous reste la Liberté républicaine, source de raison et de solidarité dès lors qu’elle reste soumise strictement aux limites que lui imposent la Fraternité et l’Egalité. Cette obligation s’impose en tout premier lieu à nos gouvernants qui doivent cesser  les improvisations législatives et se référer strictement  à la logique et la rigueur des principes républicains. MJ

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.