michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 juil. 2020

Information et liberté ?

Pas d'information de qualité sans des journalistes libres et sereins. Avec de préférence un peu d'esprit critique et/ou de liberté de pensée.

michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le cadre de la mission civilisatrice du territoire.... probablement. Voici que s'élève depuis quelques semaines une levée de réactions indignées après un éditorial douteux à connotation raciale, publié après d'autres points de vue plus que discutables émis par le " directeur de l'information "du quotidien breton Le Télégramme.

Pas d'information de qualité sans des journalistes libres et sereins. Avec de préférence le soutien à la liberté d'informer d' une Société de journalistes-rédacteurs animée par un peu d'esprit critique et/ou de liberté de pensée. C'est la moindre des choses en démocratie.

Il y a longtemps déjà que les pendules auraient dû être remises à l'heure par la direction et la rédaction pour éviter des dérives préjudiciables à la liberté et mettre un terme à la rigidification orientée de l'information. Comme cela est arrivé plusieurs fois dans l'histoire du Télégramme (Plogoff, l'arrivée de la Gauche en 1981 notamment). Et avec un résultat profitable pour la liberté de l'information comme pour celle du travail des journalistes. . . Car, en attendant ce Monsieur ( HC ), inévitable, pesant, prescripteur sans légitimité démocratique, fait depuis longtemps beaucoup de tort à la rédaction, aux journalistes et probablement au journal lui-même. Par sa façon souvent indécente et expéditive d'aller à la soupe du moment. Toujours à la louche.

Dommage pour un quotidien méritant et pour son personnel compétent et pour l'essentiel soucieux de vigilance. D'autant que le contenu et la présentation du Télégramme connaissent actuellement une amélioration. Elle est notamment due à une meilleure ouverture quant aux différences de perception et d'analyse de l'actualité dans une société en crise. On ne peut que s'en féliciter. Car cette évolution positive succède à un sérieux et consternant passage à vide, gros coup de mou rédactionnel qui semblait se nourrir de dogmatisme.

Il s'était manifesté particulièrement au cours des six mois précédant le confinement. Il se caractérisait par un esprit de fermeture, par le rétrécissement du champ d'approche des informations, par des préjugés à connotation discutable sur certains sujets. Pour ne pas insister outre mesure sur des approches biaisées, orientées, partisanes, dans un certain nombre de domaines sensibles... comme l'agro-alimentaire, le main-stream libéral économique et le poids bancaire dominant, complice, intouchable aux yeux de certains...

Tout cela inclinait vers une mauvaise pente intellectuelle et une éventuelle désaffection grandissante d'un lectorat divers mais géographiquement pourtant assez captif... La pandémie a peut-être contribué à (re) mettre un peu de modestie dans la décision et les certitudes de certains. Donc de remettre les pendules à une heure plus juste. Pourvu que cela doooouuuure... la remise à l'heure sur le tapis glissant du temps.

Mais, Achtung ! Villiers et Zeimour montent la garde et recrutent à l'évidence notamment du côté de l'indigénisme ségrégatif. C'est cela sûrement une mission civilisatrice vantée par certains à droite voire l'extrême et que rallie l'éditorialiste en chef et co-propriétaire d'un journal qui avait réussi jusqu'ici à sauver une forme de mesure et de rigueur, en général.

Tristesse, grande tristesse. Pour ce journal méritant à quelques égards et indiscutablement indispensable en Bretagne. Et encouragement pour le travail de la plupart de ses salariés... embarqués malgré eux dans ce néfaste courant discriminatoire. Pas plus que de nombreux lecteurs ils n'ont  apprécié la couleur désastreuse prise le 13 juin dernier sous la signature d'Hubert Coudurier, le directeur de l'information du Télégramme. Il serait évidemment salutaire qu'une telle position à connotation si douteuse soit fermement récusée par la direction et la rédaction du journal.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B