INCENDIES CRIMINELS : L'OMERTA MORLAISIENNE

Voilà donc maintenant plus de deux ans que lors d'une manifestation paysanne, le centre des impôts de Morlaix (29N) et les locaux de la Mutualité sociale agricole situés dans une commune voisine, ont été détruits par un incendie volontaire. Et depuis, aucune information de la part de l'autorité judiciaire ou presque, et un silence quasi absolu de la part de la presse locale.

L'information passe par le travail d'enquête et d'investigation qui constituent les bases du devoir d'information des citoyens. Or, dans les affaires des incendies criminels du centre des impôts de Morlaix et des locaux de la MSA de Saint-Martin des Champs, le sentiment se répand de plus en plus dans la population que s'est mise en place une sorte d'omerta sur l'identité des auteurs et de leur responsabilité. 
Et pour des motifs ayant peu à voir avec la nécessité de rendre une justice égale pour tous, sans exception. 
Dans les conditions actuelles de silence et de lenteur, -imputables ou non à l'autorité judiciaire- (et on croit encore à la séparation des pouvoirs politiques et judiciaires), on ne peut s'empêcher de trouver qu'un travail de recherche et d'interrogation sans réserve ni réticence devrait apporter un résultat concret sur ces incendies criminels. 
Et non pas des éléments d'information épars et pour le moins dilatoire sur un sujet extrêmment sensible de la destruction de biens publics. 
Du moins dans un pays où la liberté de l'information reste une exigence majeure de la liberté des citoyens.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/guiclan/portique-detruit-a-guiclan-six-manifestants-condamnes-a-rembourser-500-000-eur-14-10-2016-11255048.php#RICKe2v7Gk0aq54m.99


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.