michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 oct. 2020

Brittany ferries : la Bretagne et la Normandie au sauvetage

Tempête sociale, financière pour la première compagnie de transports maritimes française, la Brittany ferries ( BAI).

michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La BAI, c'est près de 3000 emplois, une dizaine de ferries, voyageurs et fret, exploités entre le Royaume Uni, la France et l'Espagne. Les régions Bretagne et Normandie volent cette semaine à son secours en apportant une aide de 80 millions sur cinq ans. Mais dans les faits il s'agit plutôt d'une sorte d'autofinancement puisque ces deux régions françaises et leurs départements sont en réalité les principaux actionnaires de la compagnie maritime et cela par le biais de sociétés d'économie mixte. En effet, une aide de 45 millions d’euros apportée par la région Normandie à la Brittany ferries a été votée en assemblée plénière lundi dernier. Le conseil régional de Bretagne devait lui emboîter le pas ce jeudi 15 octobre avec 40 millions. À elles deux, les régions Bretagne et Normandie soutiendront au total la compagnie à hauteur de 85 millions d’euros sur les cinq prochaines années. Comme beaucoup d'entreprises, sinon la plupart, la  Brittany ferries traverse la pire crise de son histoire avec le Covid, catastrophe à laquelle s'ajoutent les difficultés de circulation et de transport que provoquera le Brexit.
Mais il faut savoir que le conseil régional de Bretagne participe déjà au capital de la Bai par la société d'économie mixte Sabemen, propriétaire de plusieurs ferries de la compagnie. Comme Ouest-France  le rappelait dans son édition du 20/01/ 2019,  soulignant que dans un rapport : "  La chambre régionale des comptes, une institution chargée du contrôle des comptes publics, explique que « la société d’économie mixte Sabemen créée en 1982 est détenue à 66 % par le conseil régional et les quatre départements bretons, et à 34 % par BF ; la SAS Somabret, créée en 2002, détenue à 75 % par la Sabemen et à 25 % par BF et la SNC Armorique, acquise en 2014, détenue à 99 % par la Somabret ».

La chambre régionale des comptes rappelait aussi que « la Somabret et la SNC Armorique possèdent, pour les avoir financés et acquis, ou reçu en transfert de la Sabemen, trois navires qui sont donnés en location ou sous-location à BF. Le financement et l’exploitation des navires sont optimisés par des mécanismes fiscaux (taxe au tonnage, crédit-bail fiscal) ».

Avec raison et prudence, dans son rapport, la chambre régionale des comptes " stipule aussi que « les modalités financières des conventions signées avec BF pour l’exploitation des navires garantissent une absence de déficit pour la Somabret et le port du risque d’exploitation par BF ». Cependant, l’environnement économique de la compagnie maritime n’est pas à l’abri de risques de dégradations ou d’incertitudes (cours du pétrole, Brexit, variations de l’attractivité touristique du territoire). Et la chambre se voulait rassurante. Aussi, « sur un plan strictement financier, les risques qui pèsent par ricochet sur les collectivités actionnaires de la Sabemen paraissent maîtrisés, compte tenu du niveau des capitaux propres et de la valeur nette comptable des navires », conclut la chambre régionale des comptes. "

Mais voilà, tout a changé en cette satanée année 2020. La situation sociale, économique, humaine, a radicalement modifié les paramètres. Rien n'est plus pareil, et pour longtemps probablement, 22 mois après la parution de cet article de OF du 20 janvier 2019. En ces temps-là, la chambre régionale des comptes tentait de rassurer et voyait donc l'avenir en rose. Mais tout a changé et partout, tant concernant la compagnie maritime BF que la vie et les activités de notre région Bretagne, de la région Normandie, comme celle de nombreux pays du monde.
Nous vivons dans l'incertitude et la crainte. Dans une impasse sans visibilité. C'est une situation jamais connue en Europe depuis les dernières guerres mondiales et c'est une sorte d'incertitude de l'avenir,  caractéristique d'une guerre. Pas la peine de faire un dessin : nous sommes tous dans le pétrin et l'incertain. 
En cette fin d'année 2020, tout est à réévaluer totalement sur la plupart des plans et choix de vie. Désormais les risques majeurs touchent la vie quotidienne, la survie, la santé,  l'emploi, l'économie. Compte tenu de la gravité et de l'incertitude de la situation, le couperet du Brexit s'ajoute  à la très lourde addition dans de nombreux domaines, avec les dégâts déjà considérables causés par la pandémie en cours. 

Et la question ne concerne pas qu'une compagnie maritime comme la BAI, mais quasiment tous les types d'activités aujourd'hui en péril. L'Etat et les collectivités territoriales ne pourront pas éternellement mettre la main au portefeuille qui est déjà vide pour tenter assurer la survie de tel ou tel secteur considérée comme essentielle, prioritaire alors que l'hôpital souffre pour sa survie et la nôtre. Ce qui se passe tragiquement au Vénézuela, au Chili notamment et dans bien d'autres pays autrefois prospères ne nous sera peut-être hélas pas épargné.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch