michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 oct. 2020

Brittany ferries : la Bretagne et la Normandie au sauvetage

Tempête sociale, financière pour la première compagnie de transports maritimes française, la Brittany ferries ( BAI).

michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La BAI, c'est près de 3000 emplois en 2019, une dizaine de ferries, voyageurs et fret, exploités entre le Royaume Uni, la France et l'Espagne et un chiffre d'affaires de 469 millions d'euros. Les régions Bretagne et Normandie volent cette semaine à son secours en apportant une aide de 85 millions sur cinq ans.

Mais dans les faits il s'agit plutôt d'une sorte d'autofinancement puisque ces deux régions françaises et leurs départements sont en réalité les principaux actionnaires de la compagnie maritime et cela par le biais de sociétés d'économie mixte. En effet, une aide de 45 millions d’euros apportée par la région Normandie à la Brittany ferries a été votée en assemblée plénière lundi dernier. Le conseil régional de Bretagne devait lui emboîter le pas ce jeudi 15 octobre avec 40 millions. À elles deux, les régions Bretagne et Normandie soutiendront au total la compagnie à hauteur de 85 millions d’euros sur les cinq prochaines années. Comme beaucoup d'entreprises, sinon la plupart, la  Brittany ferries traverse la pire crise de son histoire avec le Covid, catastrophe à laquelle s'ajoutent les difficultés de circulation et de transport que provoquera le Brexit.
Mais il faut savoir que le conseil régional de Bretagne participe déjà au capital de la Bai par la société d'économie mixte Sabemen, propriétaire de plusieurs ferries de la compagnie. La Sabemen-Somabret est présidée aujourd'hui par le conseiller régional socialiste Gwenegan Bui qui à succédé en 2012 à Marylise Lebranchu, précédente dirigeante de la société d'économie mixte, à laquelle il a succédé à ce poste ainsi qu'à celui de député de la circonscription de Morlaix quand Marylise Lebranchu est entrée au gouvernement Ayrault.

Comme Ouest-France  le rappelait dans son édition du 20/01/ 2019,  soulignant que dans un rapport : "  La chambre régionale des comptes, une institution chargée du contrôle des comptes publics, explique que « la société d’économie mixte Sabemen créée en 1982 est détenue à 66 % par le conseil régional et les quatre départements bretons, et à 34 % par BF ; la SAS Somabret, créée en 2002, détenue à 75 % par la Sabemen et à 25 % par BF et la SNC Armorique, acquise en 2014, détenue à 99 % par la Somabret ».

La chambre régionale des comptes rappelait aussi que « la Somabret et la SNC Armorique possèdent, pour les avoir financés et acquis, ou reçu en transfert de la Sabemen, trois navires qui sont donnés en location ou sous-location à BF. Le financement et l’exploitation des navires sont optimisés par des mécanismes fiscaux (taxe au tonnage, crédit-bail fiscal) ».

Avec raison et prudence, dans son rapport, la chambre régionale des comptes " stipule aussi que « les modalités financières des conventions signées avec BF pour l’exploitation des navires garantissent une absence de déficit pour la Somabret et le port du risque d’exploitation par BF ». Cependant, l’environnement économique de la compagnie maritime n’est pas à l’abri de risques de dégradations ou d’incertitudes (cours du pétrole, Brexit, variations de l’attractivité touristique du territoire). Et la chambre se voulait rassurante. Aussi, « sur un plan strictement financier, les risques qui pèsent par ricochet sur les collectivités actionnaires de la Sabemen paraissent maîtrisés, compte tenu du niveau des capitaux propres et de la valeur nette comptable des navires », conclut la chambre régionale des comptes. "

Mais voilà, tout a changé en cette satanée année 2020. La situation sociale, économique, humaine, a radicalement modifié les paramètres. Rien n'est plus pareil, et pour longtemps probablement, 22 mois après la parution de cet article de OF du 20 janvier 2019. En ces temps-là, la chambre régionale des comptes tentait de rassurer et voyait donc l'avenir en rose. Mais tout a changé et partout, tant concernant la compagnie maritime BF que la vie et les activités de notre région Bretagne, de la région Normandie, comme celle de nombreux pays du monde.
Nous vivons dans l'incertitude et la crainte. Dans une impasse sans visibilité. C'est une situation jamais connue en Europe depuis les dernières guerres mondiales et c'est une sorte d'incertitude de l'avenir,  caractéristique d'une guerre. Pas la peine de faire un dessin : nous sommes tous dans le pétrin et l'incertain. 
En cette fin d'année 2020, tout est à réévaluer totalement sur la plupart des plans et choix de vie. Désormais les risques majeurs touchent la vie quotidienne, la survie, la santé,  l'emploi, l'économie. Compte tenu de la gravité et de l'incertitude de la situation, le couperet du Brexit s'ajoute  à la très lourde addition dans de nombreux domaines, avec les dégâts déjà considérables causés par la pandémie en cours. 

Et la question ne concerne pas qu'une compagnie maritime comme la BAI, mais quasiment tous les types d'activités aujourd'hui en péril. L'Etat et les collectivités territoriales ne pourront pas éternellement mettre la main au portefeuille qui est déjà vide pour tenter assurer la survie de tel ou tel secteur considérée comme essentielle, prioritaire alors que l'hôpital souffre pour sa survie et la nôtre. Ce qui se passe tragiquement au Vénézuela, au Chili notamment et dans bien d'autres pays autrefois prospères ne nous sera peut-être hélas pas épargné.  

Note : Marylise Lebranchu est née Perrault le 25 avril 1947 à Loudéac (Côtes-du-Nord). Membre du Parti socialiste, elle est maire de Morlaix de 1995 à 1997, députée à l'Assemblée nationale en 1997, secrétaire d'État à l'Économie entre 1997 et 2000 et garde des Sceaux et ministre de la Justice entre 2000 et 2002. Redevenue députée, elle est nommée en 2012 au gouvernement Ayrault,  ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique. Madame Lebranchu perd le 3 juin 2014 le portefeuille de la réforme de l'État au profit du secrétaire d'État Thierry Mandon.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau