michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 sept. 2013

MORT DU PEINTRE XAVIER KREBS (1923-2013)

michel kerninon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le peintre et céramiste Xavier Krebs, né en 1923 à Quimperlé (Finistère), est mort à Montauban (Tarn-et-Garonne) le 29 août 2013.

Ses obsèques civiles ont eu lieu le 3 septembre, au cimetière de Mespel, à  Larroque, dans le Tarn.

Le musée Ingres de Montauban avait, en 1996, consacré à Xavier Krebs une rétrospective et le musée Henri-Martin de Cahors a exposé ses oeuvres " Les seuils des rêves",  du 23 mars au 10 juin 2013.

Son enfance, Xavier Krebs la passa à Poulguin, sur les bords de l’Aven, près de Pont-Aven. En 1941, à 18 ans, le jeune homme s'engage dans les troupes françaises en Afrique du Nord et prend part aux campagnes de Tunisie, d’Italie, de France et d’Allemagne. Après un bref retour en Bretagne, il rejoint fin 1946  le corps expéditionnaire français en Indochine. Les paysages grandioses de ce pays inspireront certaines des toiles les plus impressionnantes et énigmatiques de la maturité du peintre.

Xavier Krebs a relaté cette expérience qui le marqua durablement dans un récit, " Le Pin " , publié aux éditions Réciproques, en 2003, à Montauban.   Le prière d'insérer du livre indique : "Dans ce petit livre, l'auteur à travers la fiction d'une randonnée en Chine, nous conduit peu à peu dans un autre récit, le récit de souvenirs nostalgiques et douloureux d'une jeunesse meurtrie."
.
En 1949, Krebs décide de peindre. Il s’installe à Pont-Aven, dans l’atelier présenté comme ayant été celui de Paul Gauguin. Il travaille aussi comme "peinteur" à la faïencerie Keraluc de Quimper,  atelier fondé notamment par Victor Lucas,  et qui  renouvellera  progressivement l'inspiration et
les motifs décoratifs de la faïence bretonne traditionnelle engoncée dans les biniouseries monotones. Il travaille au côté d'artistes comme Pierre Toulhoat, René Quéré, Jos Le Corre, Pol Yvain, Georges Connan,   dont certains, comme Xavier Krebs,  deviendront des peintres de renom qui ont renouvellé l'art de la peinture en Bretagne et ouvert au regard les portes de la modernité.

En 1952, Krebs expose à la galerie Saluden, à Quimper,  l'une de ces galeries rares qui ont contribué à faire découvrir en Bretagne les voies nouvelles de l'art en prenant le parti-pris de la découverte et de la qualité. Krebs expose aussi à Paris des toiles semi-figuratives.

En 1954,  il rencontre les peintres de l’abstraction lyrique,  Jean Degottex, René Duvillier, Simon Hantaï, et Marcelle Louchansky.

Krebs s’intéresse à la calligraphie japonaise. Il produit la série des " Signes", encres de Chine, peintures brunes et noires.

En 1959,  il s’installe à Paris puis travaille dans l' atelier d’Honoré Daumier à Valmondois (Val-d’Oise). Il acquiert, à Auvers-sur-Oise (Val-d'Oise), la maison dite « du pendu », peinte par Cézanne. Il se remet à la céramique. En 1966, il commence la série des "Seuils du rêve",   " A la recherche des voies de la sagesse ", peinture " structurée par la géométrie sacrée occidentale et le bouddhisme zen",   comme l'indique la présentation de l'exposition qui lui a été consacrée en ce début d'année 2013, au musée de Cahors.

Commentaire qui se poursuit et souligne que " En suivant ce chemin, il a marché dans les pas de Victor Segalen, retrouvé Paul Gauguin mais aussi rencontré les femmes et les hommes qui vivent dans l’Inde contemporaine."
En 1968, Xavier Krebs s’installe en Touraine. Il commence en 1970 la série des Hommages à Fujiwara Takanobu (Kyoto, 1142 - 1205), peintre du Japon médiéval. A Tours, Krebs fait la rencontre de Geneviève Bonnefoi, critique et directrice du centre d’art contemporain de l’abbaye de Beaulieu (Tarn-et-Garonne). Il y exposera plusieurs fois entre 1980-1990. En 1977, le peintre s’établit dans un hameau du Tarn. 

En 1982, Xavier Krebs va effectuer  le premier d’une série de plusieurs voyages en Inde.

Au cours de ces voyages,  il tient un journal. Il fait de nombreuses photographies de paysages et d’architectures, en noir et blanc. Il découvre, dans l’état du Maharashtra, l’architecture troglodyte d’époque bouddhique. En 1983, il réalise une courte série, intitulée "Les Diadèmes". Il commence ensuite la série des "Empreintes". En 2000, il débute la série des " Trois gorges" , en référence à celles du Yang-Tsé, série complétée jusqu’en 2013.

L’année 2009 est marquée par l’exposition rétrospective " Hommage à Victor Segalen", à l’Ecole des filles, galerie créée par  Françoise Livinec,  à Huelgoat (Finistère). De mars à juin dernier, l'exposition "Les seuils des rêves", présentée au musée de Cahors,  aura ainsi été le dernier hommage rendu de son vivant à Xavier Krebs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra