L'espoir du changement


La mise hors-jeu de Dominique Strauss-Kahn peut avoir un effet bénéfique et clarificateur sur le plan politique en France. Elle disqualifie un candidat potentiel à la présidentielle française de 2012, dans lequel une partie de l'opinion semblait vouloir adouber un homme providentiel, supposé pouvoir jouer un rôle acceptable dans le désordre social mondial.
Mais était-il autre chose que le représentant d'une oligarchie libérale ? Le moment n'est-il pas venu de mettre l'imagination au pouvoir et cap à gauche, y compris chez nous ? Le printemps de la Puerta del Sol comme les printemps arabes indiquent fortement que les manoeuvres des états et des appareils politiques ne parviendront plus à faire supporter l'humiliation et le mépris où est tenue une partie de la planète. En Europe, le chômage et la pauvreté condamnent absolument les systèmes politiques dominants.
La jeunesse européenne ne veut plus des rafistolages méprisants et méprisables qui leur sont proposés pour tout avenir par une classe politique majoritairement disqualifiée.
Une révolte légitime ne tardera probablement pas à s'exprimer largement. Elle ne manquera pas de bousculer les habitudes et les scléroses sur lesquelles s'articulent hypocritement aujourd'hui le jeu politique et ses minables conventions arbitraires. L'espoir du changement est en train de naître.

Michel Kerninon

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.