KEROUAC : 50 ANS SUR LES ROUTES DE L'AU-DELA

La publication de " Sur la route " en 1957 révèle Jack Kerouac. Elle marque la naissance de la Beat Generation. Play Boy s'empare de la célébrité de Jack, qui tente vainement de vivre comme les héros de son roman, écrit dix ans plus tôt.

 

Jack Kerouac est mort à 47 ans le mardi 21 octobre 1969 à l’hôpital de Saint-Pétersburg (Floride) où il vivait avec Stella Stampa, sa femme, et Mémère, sa mère. Pour l’inhumer, Stella fit transporter la dépouille de Jack à Lowell ( Massasuchetts), sa ville natale, soit à plus de 2200 km de Saint Petersburg où était restée Mémère, paralysée. L’office funèbre a lieu le vendredi matin 24 octobre à l’église Saint-Jean-Baptiste de Lowell, en présence de la famille et des amis, dont Allen Ginsberg. A l’issue de la cérémonie, le corbillard transporte le corps de Jack et traverse la ville pour se rendre au cimetière catholique d’Edson. Le temps est ensoleillé et le cimetière est balayé par le vent.

 

Brest juin 1965. Ce soir-là, Jack ( Lebris de ) Kerouac prit l’express de 23 heures avec 100 dollars en poche et la tristesse d’avoir raté son pèlerinage au pays des ancêtres. A l’origine, il avait envisagé de venir en Bretagne pour écouter l’océan en vue d’écrire la deuxième partie de son poème « La Mer » commencé sur la côte Pacifique. Il voulait écouter et rendre les sonorités de l’Atlantique sur le rivage breton. Mais rien ne se passa comme il l’avait rêvé. Il avait traîné 24 heures à Brest, consommant dans plusieurs bistrots, avec escale au commissariat de police, il a couché dans une arrière cuisine, erré place de la Gare, contemplé la Rade vue du cours d’Ajot, bu et encore pas mal bu. Rencontré son homonyme le libraire Pïerre Le Bris, cloué sur son lit de douleur par une hernie,  dans la chambre de son appartement de la rue de Siam. 

Le triste satori ( " Satori à Paris " ) que négocia l’étrange pèlerin ne fut qu’un aller-retour, vers Brest, à des sources mythifiées que justifiait le désir absolu de vérifier l’authenticité de ses origines et de son identité bretonne. 

Les Kerouac sont établis à Lowell (MA) quand naît John, pour l’état-civil, le 12 mars 1922. La famille appartient à la communauté d’immigrés canadiens-français que l’écrivain qualifie de « maudite gang canuck ». Dans  ‘’ Le vagabond solitaire ‘’   Kerouac écrit  : ‘’ Ma famille vient de la France bretonne. Mon premier ancêtre nord-américain fut le baron Alexandre-Louis Lebris de Kerouac de Cornouailles. Vers 1750, il s’établit le long de la rivière du Loup, après la victoire de Wolfe sur Montcalm. Ses descendants épousèrent des Indiennes et se firent producteurs de pommes de terre. ‘’

Le 24 octobre 1969, voilà donc juste 50 ans aujourd'hui, une maigre assistance accompagne la dépouille de l'écrivain Jack Kerouac à l'église Saint-Jean Baptiste et au cimetière d'Edson,  à Lowell. Allen Ginsberg,  comme quelques parents et amis présents jette une rose dans la tombe de son ami, celui qu'il qualifia " du plus solitaire et du plus grand trompettiste de la prose américaine. " 

MICHEL KERNINON

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.