Michel Lejeune
Professeur honoraire Univ. Grenoble-Alpes, Statisticien, Auteur de "La singulière Fabrique des sondages d’opinion" (éd. L’Harmattan, juin 2021)
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2022

Que tirer avant scrutin des derniers sondages pour le premier tour 2022 ?

Ce texte vise à tirer tous les enseignements utiles des derniers sondages avant le scrutin du premier tour de 2022. Peut-on anticiper des sur- ou sous-estimations de certains candidats? Peut-on avoir une estimation fiable de l'abstention? Quel est l'effet des redressements?

Michel Lejeune
Professeur honoraire Univ. Grenoble-Alpes, Statisticien, Auteur de "La singulière Fabrique des sondages d’opinion" (éd. L’Harmattan, juin 2021)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’exercice consiste à voir les enseignements que l’on pouvait retirer à la veille du scrutin sur la base des sondages effectués en dernière semaine.

 Tout d’abord on constate l’habituelle convergence des différents instituts lorsque l’on approche du verdict. Si l’on met de côté le sondage Harris sur lequel j’ai des doutes en raison de sa mauvaise « reconstitution » du vote 2017 et Elabe qui aime être en dehors des clous - ici en donnant Le Pen à 25% -, globalement, Mélenchon fluctue entre 16,5 et 17,5 ; Macron entre 26 et 26,5 ; Pécresse entre 8 et 9 ; Le Pen entre 22 et 24 et Zemmour entre 8,5 et 9. De si faibles amplitudes ne peuvent être compatibles avec des sondages indépendants et reflètent des rapprochements vers la moyenne. Cela n’entraîne pas que la moyenne soit une bonne estimation comme on le croit souvent car il existe des biais de même nature pour les échantillons auto-recrutés des access panels. 

 Ensuite l’estimation de la participation se fait au doigt mouillé car on ne peut espérer faire une estimation sur la base d’échantillons ayant un biais d’intérêt pour la politique. En question directe autour de 95% disent vouloir aller voter. L’usage de l’échelle de 0 à 10 pour la déclaration de participation est arbitraire et inopérant. L’intuition se portera sans doute sur une participation plus faible qu’en 2017 ne serait-ce qu’en raison du pessimisme ambiant relayé dans les médias qu’ils ont amplifié avec des micro-trottoirs bien orientés. Une bonne surprise n’est donc pas à écarter.

 Concernant les scores des candidats on peut regarder déjà quels sont les effets des redressements sur la base des reconstitutions opérées par les enquêtés dans leurs déclarations de vote au premier tour 2017 – la variable utilisée par tous, quelquefois avec une autre élection - ainsi que de la matrice de répartition des votants pour chaque candidat en 2012 sur les candidats 2017. On ne dispose pas de ces éléments pour tous les sondages, loin s’en faut, mais on trouve suffisamment de régularités dans les chiffres disponibles pour tirer des conclusions.  On constate qu’en moyenne Mélenchon gagne 2,5 points par le jeu des redressements, Macron perd 1,8 points, Pécresse gagne 3 points, Jadot perd 0,7 points et les autres perdent ou gagnent moins de 0,5 point. Par exemple Pécresse gagne substantiellement du fait que 80% de ceux qui déclarent vouloir voter pour elle ont voté pour Fillon en 2017. Or Fillon, qui a laissé peu de trace et a été perdant, est fortement sous-estimé dans la reconstitution 2017, impliquant un coefficient rectificatif de 1,33 qui va peser sur la plupart des votants Pécresse. Le vote Mélenchon de 2017 est également assez déficitaire ce qui explique que son vote 2022 est notablement réhaussé. Voilà les artefacts découlant des redressements.

 Mais cela ne permet pas de conclure pour autant que tel ou tel candidat est sur- ou sous-estimé dans son intention de vote. En effet tout dépend du biais de départ sur les estimations brutes avant redressement. On a peu de données de la part des sondeurs sur ces biais de leurs panels et il n’est pas sûr que ceux-ci soient identiques d’une élection à l’autre. Personnellement j’ai pu voir que les panels surestiment légèrement le vote Le Pen et donc je pourrais pronostiquer que son score sera proche de la réalité. Mais ce n’est pas tout, il faut aussi prendre en compte les rectificatifs manuels apportés encore après les redressements. Donc prudence, attendons les résultats. Quoique, je serais tenté d’avancer à mes risques et périls que le score de Pécresse sera plus faible que ce que nous ont dit dernièrement les sondages et celui de Mélenchon peut-être un peu plus faible. Bref, on verra ce soir.

Notons que les évolutions dans le temps méritent considération. En effet autant les niveaux sont sujets à caution en raison des biais autant les variations ont un sens du fait que les biais restent identiques. Ainsi il est sans doute vrai que les scores de Macron et de Le Pen se sont effectivement rapprochés vers la fin, que les scores  de Pécresse, Zemmour, Jadot  se sont effondrés peu à peu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo