Michel Lejeune
Professeur honoraire Univ. Grenoble-Alpes, Statisticien, Auteur de "La singulière Fabrique des sondages d’opinion" (éd. L’Harmattan, juin 2021)
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2022

Ah ! l’abstention dans les sondages électoraux

Dans son édition du samedi 15 – dimanche 16 janvier 2022, Le Figaro relayait la parole des communicants des instituts de sondage en ce qui concerne les difficultés d’appréhender l’abstention ce qui, pensent-ils, rejaillirait sur la qualité de leurs estimations. Or, l'abstention estimée intervient de façon non établie dans la qualité des intentions de vote.

Michel Lejeune
Professeur honoraire Univ. Grenoble-Alpes, Statisticien, Auteur de "La singulière Fabrique des sondages d’opinion" (éd. L’Harmattan, juin 2021)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans son édition du samedi 15-dimanche 16 janvier 2022, Le Figaro relayait la parole des habituels communicants des instituts de sondage en ce qui concerne les difficultés d’appréhender l’abstention ce qui, pensent-ils, rejaillirait sur la qualité de leurs estimations.

Or dans leurs sondages d’intentions de vote, ils n’estiment pas l’abstention. Comme il est dit dans l’article, ils introduisent dans le questionnaire une échelle de « probabilité » d’aller voter de 0 à 10 sur laquelle le répondant doit se positionner. Ensuite ils doivent décider du seuil à partir duquel ils considèrent que commence l’abstention. Outre qu’il est arbitraire, ce choix se limite à trois ou quatre possibilités. On retrouve dans toutes les enquêtes d’une campagne grosso modo les mêmes pourcentages pour chaque seuil : disons pour fixer les idées, dans une campagne présidentielle, en gros 45% pour les réponses de 0 à 9, autour de 30% de 0 à 8, autour de 20% de 0 à 7. Une telle approche ne saurait fournir des estimations précises ce que la plupart se gardent bien de faire.

Vouloir estimer l’abstention sur les panels utilisés actuellement (avec inscription spontanée comme panéliste puis libre choix de répondre ou non à un questionnaire proposé) est mission impossible du fait que les répondants aux questionnaires d'intentions de vote ne sont pas représentatifs de l’électorat dans son ensemble, ayant un intérêt plus prononcé pour la politique et donc une propension plus élevée à aller voter.

En fait les propositions suggérées par les interviewés de l’article sont des approches qualitatives périphériques qui tentent de contourner le problème d’une approche directe. Chacun y va de sa méthode. Brice Teinturier (IPSOS) : « A l’échelle classique de l’intérêt pour la campagne, on a ajouté celle sur le côté engageant de l’élection présidentielle et sur le rapport au vote ». Jean-Daniel Lévy (HARRIS INTERACTIVE) qui a déjà une estimation pour avril prochain : « On a essayé de regarder si les jeunes et les catégories populaires, plus abstentionnistes, sont aussi intéressés par la politique que les autres ». Quant à Frédéric Dabi (IFOP), il déclare : « On pose par exemple un indicateur chiffré d’abstention de 1 à 10, et on essaye de travailler sur de gros échantillons pour décrypter dans le détail ce phénomène »  ce qui réhabilite l’usage de l’échelle.

La question se pose de savoir comment réintégrer ces éléments de réponse périphériques sinon en se forgeant une idée propre de leur influence sur l’abstention pour déboucher sur une évaluation « d’expert » exogène, ce qui devrait être clairement dit car relevant d’un ressenti subjectif.

Mais alors où voit-on intervenir concrètement une donnée d’abstention dans la détermination même des intentions de vote ? Simplement par le fait de sélectionner (« filtrer » dans le jargon) uniquement les individus dont la réponse dépasse un certain seuil sur l’échelle des probabilités d’aller voter, et rien d’autre. Donc on est ramené à la case départ : le choix est limité à trois ou quatre possibilités qui s’imposent. A moins, ce qui n’est pas à exclure, que les intentions de vote brutes du sondage soient corrigées manuellement en fonction des analyses des experts. C’est clairement ce que sous-entendent les idées sur la recherche de solutions émises par les communicants sondeurs.

 En réalité chaque sondeur a ses propres habitudes et pratique le filtrage sur un seuil constant de l’échelle. Par exemple IPSOS filtre sur la note 10, OPINIONWAY, BVA et probablement ODOXA filtrent sur les notes 9 et 10, ELABE sur les notes 8 à 10, HARRIS INTERACTIVE et IFOP (tiens, tiens) ne filtrent pas. Néanmoins en comparant les prévisions des sondages en dernière semaine des campagnes on n’a jamais pu trancher sur la supériorité d’un choix de filtrage particulier. De plus les variations d’une hypothèse à l’autre ne sont pas fortes.  Ces observations sont essentielles car elles réduisent à néant l’idée d’une incidence du niveau d’abstention sur la qualité des estimations d’intentions de vote. Ce qui n’est pas à confondre, comme on le fait souvent, avec l’influence de l’abstention différentielle au scrutin sur les scores des candidats.

On peut s’étonner de cette obsession de vouloir estimer l’abstention à plusieurs mois de l’échéance électorale alors que l’on nous rebat les oreilles du cliché de la photo au temps t. C’est en fait la débâcle des dernières élections régionales qui a laissé des traces, malheureusement en débouchant sur une fausse piste : l’abstention estimée n’a pas grand-chose à voir avec le dérapage des intentions de vote. Les causes se trouvent dans la qualité du sondage et des redressements qui s’ensuivent. Mais c’est une autre affaire...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS