Macron jouera t'il le chaos ?

Contre un mouvement social qui ne se laisse pas berner, et s'élargit, Macron et ses parrains joueront ils le chaos, pour apparaitre champion de l'ordre ?

Mon billet précédent décrit la potentialité du mouvement, et les débordements violents de la police, de l'extrême-droite et de provocateurs.

Alliance, syndicat de police réclame l'état d'urgence,  des blindés et l'armée dans la rue. Et le premier ministre lui fait écho. Les instruments d'une dictature et de la haine du peuple.

Pour masquer l'impasse politique qu'il a lui-même créée, Macron et le gouvernement semblent préparer le choix du chaos. L'option violente est clairement engagée contre le jeunesse des lycées et collges, particulièrement à Mantes la Jolie où malgré les dénégations du Préfet, la police renoue avec des méthodes d'humiliation de populations, ressurgies de la guerre d'Algérie. Lire dans le Club, le billet du 5 décembre du journaliste Ortega. La dérivé militariste de l'Education nationale est une tendance ancienne.

Très lourde responsabilité que le choix du chaos, dont il faut les dissuader, sans céder sur nos justes revendications de droits élémentaires.

Aggravant considérablement la voie antisociale choisie jusque là, et l'exaspération qui en résulte, 

l'option ultra violente accélérerait leur perte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.