S'opposer au traité UE-Afrique de libre-service.

Motivation officielle : empêcher que l'Afrique soit pillée par la Chine ! Urgence ! Il est vrai que grâce aux réseaux Francçafrique, notre pays a une longue pratique, deux sièces bientôt, du pillage de l'Afrique, et de l'étouffement de son agriculture locale.

Dans son livre L'Etau, l'Afrique dans un monde sans frontières, paru en 2001 Ed Babel, Aminata Dramane Traoré décrivait le mécanisme néolibéral qui commençait depuis les années 80 à imposer le mécanisme de la dette, les échanges inégaux, le congelé ruinant les cultivateurs locaux. La photo qui montre la culture industrielle de la banane ne permet pas de voir les produits chimiques utilisés sur lesquels pèsent de sérieuses inquiétudes, et évidemment, les travailleurs africains n'en sont pas protégés.

Mais surtout, les prêts ont servi à imposer la démocratie. La démocratie sauce néolibérale, réduite à une procédure électorale et un multipartisme sous formatage néolibéral. Formatage d'élites locales relayant les intérêts des grands groupes français, qui fomentent des guerres civiles pour parvenir au pouvoir... par les élections.C'est alors que s'est ouverte une période de chaos africain. 

Aminata Traoré décrit pour les années 80 les mécanismes que nous n'avons compris qu'à partir de la grande crise des subprimes 2007, lorsque celle-ci a mis sur la table les tripes de néolibéralisme.

Les mêmes acteurs Françafrique, ont apporté leur savoirf-faire pour concevoir cet accord UE-Afrique, d'asservissement économique automatique, libre-service que les Africains combattent.

Nous reconnaissons les mécanismes qui tuent notre petite agriculture représentée par la Fédération paysanne, sous des importations massives à bas prix provenant d'Amérique latine, du Pakistan, etc...ou de Chine. ..   Aberrant !

En retour, ce sont nos poubelles qui sont déversées dans leurs pays.

L'accord de libre-échange USA-UE que nous devons combattre) va raboter (façon Sivens) tous nos règlements qui protègent (a minima) notre santé et notre nature.

Le néolibéralisme est une culture d'élites, modèle-Macron, un concentré d'intelligence enseignées dans les Grandes Ecoles, protégée par une police ultra harnachée, armée de grenades. 

Ces élites se gardent bien de décrire la société qu'ils sont en train de façonner. Et s'en foutent : après nous, le déluge !

(Voir les champs d'extraction des gaz de schistes, porteurs de prospérité.)

Aux fous !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.