michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

353 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 janv. 2022

Aboutissement du quinquennat : Z regroupe l'extreme-droite

Z sonne de l'olifant : les suprématistes blancs accourent pour chasser les descendants de colonisés et les islamo-g. Le quinquennat a vidé les institutions de leurs mission, sert la soupe au privé à but lucratif, nous a inculqué l'obéissance stupide, mis sous surveillance serrée et sous menace brutale, cassé l’école républicaine et les hôpitaux: Tout est prêt pour un régime d'extrême-droite.

michel-lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Etats d'urgence à répétition = nous inculquer l'obéissance au Prince, nous habituer à être contrôlés partout, disperser nos entourages de travail, disperser nos entourages de lieux de vie. Se méfier des autres  et chacun dans sa bulle.  Nous désociabiliser et empêcher la solidarité.  Les lanceurs d'alerte protègent l'intérêt public et sont maltraités, jusque devant les tribunaux. 

Le programme " Transformation de action publique 2022" lancé avec la circulaire premier ministre du 27 septembre 2017 (les ministères s'installaient et n'ont pas pu y travailler. Alors rédigée par qui ???), ce vaste plan étendard du quinquennat, a réformé toutes les administrations. Les valeurs exigees pour recrutement et promotions ne sont plus selon la compétence, mais la docilité.  Toutes dans la main des GAFAS. Le partenariat Public-Privé à but hautement lucratif est généralisé. Il en résulte que les missions sont détruites, les moyens de travail anéantis. Toutes.dociles aux puissants, suspicieuses contre les travailleurs et contre les démunis.     La corruption est devenue institutionnelle.

Nos bases démocratiques sont détruites.

L'Etat de surveillance et de répression est prêt pour servir sans entrave les structures néolibérales et le profit sans entrave.,

Eventuellement sous un régime affiché fasciste.

Z sonne l'olifant et rallie l'extrême-droite  : la table est mise, à la soupe !  Tous se ruent. Merci aux journalistes de Médiapart qui en font l'inventaire. L'Etat est gangrené. L'ennemi désigné est les descendants des colonisés, ainsi que les "islamo-g. Les campagnes de calomnie sont lancées, le ministre de l'intérieur sévit.

Mais le programme qui les rallie, conduit inéluctablement aux assassinats, aux massacres, aux génocides. 

Après  le 20°siecle, nul ne peut l'ignorer. Nul ne peut ignorer que c'est par massacres et génocides que des européens ont conquis l'Amerique, puis les empires coloniaux, ce qui a amassé les capitaux nécessaires pour fonder le système capitaliste. Non :  les barbares n'étaient pas les peuples dominés !

Ainsi en silence nos institutions ont été dénaturées et peuvent servir à un régime d'extrême-droite violent. Deux groupes factieux se le disputent : celui qui l'a façonné, et Z avec ses sbires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli