Les 4 niveaux du discours gouvernemental

"Je gouverne dans mille dangers: dormez braves gens !". "Des sacrifices pour votre bien". Nouveau jargon d'emprise mentale dans la fonction publique. Le réel est à la main des Marchés. La falsification du passé. Des actions qui désignent des ennemis de l'intérieur et sément la zizanie entre nous.

J'ouvre là un chantier pour lequel j'appelle des contributions par le jeu des commentaires ou de la messagerie personnelle.

1.   Le Chef, ses nudges et fatwas. son clientélisme.

- Protecteur : "Un monde plein de dangers : fiez-vous à mon commandement".  Cf.  Le tour de France presidentiel en riposte au mouvement Gilets Jaunes.

-  Fausse logique :  "Pour votre bien, acceptez l'amputation de l'indemnité de privation d'emploi, l'amputation de votre pension de retraite", afin de verser des milliards aux Marchés, qui risquent oublier de nous approvisionner.   "Réduire la dette publique, donc réduire les dépenses sociales et services publics".   L'économisme faussement scientifique sert à paralyser le fonctionnement démocratique. ( La dette publique résulte de la defiscalisation des sociétés et pas des politiques sociales) Le ton faussement professoral pour l'assener tient lieu de démonstration : l'art de la comm' fait pour convaincre de tout et de son contraire, selon le commanditaire.

- Jargon néoliberal fait de mots falsifiés : Excellence dans Éducation nationale, signifie docile. Un enseignant, un directeur de recherche dociles. Voir 131  mots et formules magiques dans "Mots piégés du néolibéralisme".

- L'accumulation incessante de réformes dont la reorganisation répétée, casse le collectif  et désoriente chacun. Chacun pour soi dans une machine qui broie. Casser la syndicalisation est un objectif majeur du gouvernement.  Un moyen aussi pour vider les manifestations.

- Fatwas :  séparratisme condamne les "minorités" que sont les diverses composantes du peuple, peuple dont l'existence est niée. Le véritable séparatisme est celui de la caste dominante en libre-entreprise, qui s'exonère de toutes les charges qu'elle impose au peuple :  l'imposition, les contrôles, les sanctions, la prison. Le bon vouloir princièr remplacé le droit. Riche en filons pour les aventuriers prets à exploiter  toutes les opportunités : les capitaines d'industrie modèle Tapie.  https://blogs.mediapart.fr/laurent-mauduit/blog/031021/le-documentaire-qui-decrypte-l-affaire-tapie

Autant de nudges indiscutables...

- Clientélisme à tous les étages : l'exercice du pouvoir remplace les droits égaux pour tous, par des aides au bon vouloir. Des faveurs et des obligés.

-  Fausses annonces. Macron  et Veran se font mousser ce jour, 27 septembre en annonçant la création de salles de consommation à moindre risque (ça existe déjà), adossées aux CARRUD. Mais à Paris une constante des forces de police a été l'inverse : chasser les consommateurs de drogues d'un point de fixation à l'autre avec retour au quartier Stalingrad. Au lieu d'une solide politique de santé contre les addictions. Lire le billet de Ericlabbe (Club Médiapart).

Macron va parader aux Etats généraux de la psychiatrie que les gouvernements successifs et le sien,  ont affaiblis sans cesse, préférant les traiter les troubles mentaux en délinquance et prison.  Constat qu'une forte proportiondes personnes incarcérées relèvent de soins psychiatriques.

Ceci constitue le niveau 1.  Confiance militaire dans le Chef.  Niveau du discours destiné aux ravis, aux benêts : l'électorat macronien et ses serviteurs dans la fonction publique.

2. Le discours politique général tricote une fiction de politique nationale, alors que chaque jour de nouveaux pans de nos activités passent à la main des GAFAM (y compris nos données personnelles) et autres Marchés, dont Big Pharma, BlackRock, ...  etc...Chacun des Marchés installe sa domination en se dotant d'un monopole, qui permet de jouer la pénurie et la hausse des prix. Exemple sur les composants électroniques ou sur les médicaments... Surtout ces monopoles supranationaux jouent leur intérêt particulier au mépris de l'intérêt de chaquepays : emploi, ressources, santé, enseignement, recherche...

La direction interministérielle du numérique (DINUM) accompagne les ministères dans leur transformation numérique : toute l'activité des administrations et services publics sont aux mains des GAFAM et des pirates de diverses puissances.

La prétendue "Élite" a dû assimiler une nouvelle langue faite d'anglicismes, se couler dans une culture non identifiée, un mode de pensée coupé des réalités résultant de son action. Incompétente, inefficace comme l'a révélé la crise Covid.

L'ossature du discours économique, se réfère au bon sens de la ménagère, laquelle n'emprunte que ce qu'elle peut rembourser. Tromperie démasquée par la crise de 2007/2008 et suivantes, dont les leçons ont été éliminées de sorte que la finance mondiale est une énorme bulle encore plus instable. Tout le discours économique officiel est une énorme tromperie.

La gestion des finances sociales dont la sécurité sociale, est sous abus gouvernemental.

 L'évasion fiscale est un système juridique, économique organisé par les puissants avec la complicité de l'Etat, pour se soustraire à l'impôt ce qui à terme, appauvrit les caisses de l'Etat et rend ainsi nécessaire les suppressions d'acquis sociaux, les baisses de moyens pour nos enseignants, nos médecins et la casse de tout un modèle social connu et reconnu dans le monde entier.

Obligation morale de rembourser la dette gonfléée du droit de tirage surfonds publics, accordé aux sociétés à but lucratif. Faux réel implacable

3. Falsification du passé.  Exemple : effacement de la violence des conquêtes nationales, puis de la domination coloniale pour fournir l'industrie, afin d'accuser les populations qui en sont issues d'être dangereuses et barbares par nature : un des ennemis de l'intérieur.

Échec flagrant de la politique répressive depuis une quinzaine d'années contre les quartiers populaires, sous surenchère de la droite-extreme-droite. Alors que le problème central de la délinquance est la disparition massive d'emploi, délocalisés en Asie, la précarisation totalement raciste des embauches (on vous utilise et on vous jette), plateformes illégales et le retrait des services publics de ces quartiers.  

Les "amendes forfaitaires" ne sont qu'un outil de frappe policière au pied des cités  pour consommation de drogue.   Alors que la dépénalisation ouvrirait la voie à une politique de santé publique, et dégagerait des forces pour la chasse au gros trafic. Mais le trafic illégal de drogues est compté dans le PIB

Politique réelle de fracturation et mise à l'écart des populations dénigrées. (1) Et fatwa ministérielles contre les oppositions (islamogauchisme)

Politique d'extreme-droite masquée sous le discours ordinaire d'intention humanitaire vertueuse.

4. Lois de mise en accusation d'intention à malfaire. Répression sans fondement pénal, qui vise les mouvements populaires légitimes. Doublé d'un discours accusatoire qui jette une suspicion de trahison sur les citoyens et leur résistance. Nécessite des tribunaux complaisants et complices de ces infamies.

La confusion voulue par ces niveaux superposés du discours gouvernemental

fragmente la population ,(et la gauche) de façon conflictuelle, 

et achève la destruction de la nation

déjà privée par les Marchés de la maîtrise de ses moyens de vie.

La domination néolibérale sur le monde élabore les procédés d'un nouveau type  de colonisation, destructeur des cultures, et des nations, dans lequel les armées et polices retrouvent leur  professionnalisme bicentenaire. 

Infantilisation des populations par élimination des droits, remplacés par des aides individuelles à l'arbitraire de logiciels et bon vouloir, dans la limite des crédits alloués.

Le Chef dans l'habit du Protecteur. Schéma féodal.

Le discours gouvernemental pervers et manipulateur, emprunte à la comm' commerciale, aux techniques d'emprise mentale ainsi qu'aux sciences du psychisme collectif. Il est devenu un puissant mode d'action despotique, en violation du débat démocratique. Le combattre en faisant surgir le réel.

L'analyse reste à faire du nouveau langage de l'"élite" composé d'anglicismes, porteur d'une contre-culture.

(1) "Ainsi donc, l’accusation consistant à dire que la prise de position publique d’Abdelhakim Sefrioui au travers de sa vidéo a facilité la définition du projet criminel d’Abdoullakh Anzorov est sans fondement et se heurte à la fois à la chronologie des faits et au contenu objectif de sa vidéo, laquelle a fait l’objet d’une analyse en temps réel par le renseignement, sans nécessiter la moindre intervention des autorités.Mais la prévention semble faire fi de ces éléments factuels dans une situation de concordance avec un discours politique qui associe désormais la libre expression d’une opinion par les musulmans, notamment contre les discriminations, à la violence terroriste et à l’appel au meurtre.  https://blogs.mediapart.fr/ali-omari/blog/230921/abdelhakim-sefrioui-12-mois-de-detention-et-un-dossier-reste-vide

«  le grand manipulateur » de Marc Endeweld

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.