Michel Pinault
Historien, membre du Groupe d'histoire sociale (GHS), recherches sur l'histoire des sciences et des milieux scientifiques.
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2018

Sélection à l'entrée de l'Université

Le Conseil supérieur de l’Éducation, consulté sur le Parcoursup qui instaure une sélection à l'entrée de l'Université, a rejeté le projet de décret, par 0 voix Pour et 36 voix Contre.

Michel Pinault
Historien, membre du Groupe d'histoire sociale (GHS), recherches sur l'histoire des sciences et des milieux scientifiques.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sélection à l'entrée de l'Université

Le projet de décret « relatif  à la procédure nationale de préinscription pour l’accès aux formations  initiales du premier cycle de  l’enseignement supérieur » autrement dit concernant la mise en œuvre du Parcoursup a été soumis ce lundi à l’examen du Conseil supérieur de l’Éducation, pour avis.
Le vote a donné les résultats suivants : 0 voix Pour, 36 voix Contre, 21 Abstentions et 3 n’ayant pas pris part au vote. Pour rappel, le CNÉ comprend une centaine de membres représentant les personnels, les usagers et les partenaires de l'État dans l'action éducative.

Alors que certaines organisations étaient, au départ, hésitantes, désormais l'isolement du gouvernement est total. Cela ne l'empêchera pas de mettre en application le décret, d'autant qu'il est déjà appliqué sur le terrain. Les organisations lycéennes appellent à une mobilisation le 15 mars. C'est donc là que va se jouer l'avenir de la réforme.

Le groupe Enseignement Supérieur et Recherche de la France insoumise a émis un communiqué au sujet de ce vote et de la situation qu’il crée dans le monde éducatif intitulé « Parcoursup : le diable se cache dans l’algorithme », communiqué dans lequel sont notamment dénoncées, outre l’injustice sociale de ce projet, « sa part de bricolage technique » et la « culture du secret » qu’il l’ont accompagné jusqu’au bout.

D’après les déclarations ministérielles « il y aura donc bel un bien un dispositif d’algorithmes locaux opérant un tri mécanique entre candidatures, selon des critères dissimulés aux lycéen·nes (et que) les algorithmes précis ne seront rendus publics qu’en cas de recours devant la justice administrative ! Le fonctionnement de la procédure de sélection et son calendrier varieront selon les disciplines, les départements, les universités et seront mis en œuvre sans délibération des instances locales démocratiquement élues : par pur refus de soutenir le service public, le gouvernement a remplacé le tirage au sort par une grande loterie du secret. »

Dans le même communiqué, les militants de la FI soulignent en outre que « le gouvernement vient de confirmer que les établissements ou les départements refusant de trier les candidatures seront techniquement obligés de le faire par le paramétrage de la plate-forme Parcoursup. Venant d’un gouvernement qui n’a que le dialogue et l’autonomie à la bouche, on appréciera la méthode, qui relève du coup de force technologique. Mais surtout, comment classer 5000 dossiers pour une même formation ? Avec quels moyens humains ? Avec quelle rigueur pédagogique ? Qu’est-ce qui distinguera le ou la dernier·e admis·e du ou de la premier·e recalé·e, si ce n’est peut-être l’état d’épuisement de la personne chargée de traiter son dossier ? À nouveau, derrière l’enfumage prétendument méritocratique, dans les faits, c’est un tirage au sort géographique et institutionnel qui en remplace un autre. »

La mise en place du système Parcoursup résulte de la même logique qui a conduit à l’adoption, le 15 février, par accord entre les groupes LR et LERM à la Chambre et au Sénat, de la Loi ORE (loi pour l'orientation et la réussite des étudiants  dite aussi Loi Vidal, du nom de la ministre), logique qui vise à restreindre l’investissement dans l’enseignement supérieur en généralisant la sélection, outil du tri social des bacheliers, quitte à céder à un adéquationnisme réducteur (entre places disponibles et étudiants autorisés à s’inscrire) et idéologiquement marqué. Cette loi va restreindre et contraindre l’orientation des bacheliers sans améliorer leur réussite. Elle tend aussi à rabougrir la mission de l’Université à la formation d'étudiants "employables" au détriment de sa vocation traditionnelle et fondamentale de développement de l’esprit critique, de la démarche scientifique et des compétences transversales des étudiants. Elle prépare en outre le terrain à une marchandisation accrue de la formation.

Conclusion : Face à l’injustice, au mépris et à la dissimulation, une seule voie s’impose : obtenir par la mobilisation le retrait de la Loi Vidal et de Parcoursup.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann