Michel Pinault

Historien, membre du Groupe d'histoire sociale (GHS), recherches sur l'histoire des sciences et des milieux scientifiques.

Montrouge 92120/ Les Vigneaux 05120 - France

Sa biographie
Pour en savoir plus : http://michel-pinault.over-blog.com/ Sites du GHS ; https://groupedhistoiresociale.com/ et groupedhistoiresocia.free.fr/
Son blog
90 abonnés Le blog de Michel Pinault
Voir tous
  • Le covid 19, la direction générale de la Santé et le professeur Raoult

    Par
    Médiapart cible le professeur Raoult via une enquête "fouillée". Pourquoi pas... On aimerait surtout savoir si les 50 000 tests réalisés à Marseille et le traitement plaquenil/azythromycine des cas covid+ explique que l'épidémie y reste relativement modérée... On pourrait alors remettre à leur juste place les palinodies vespérales du professeur Salomon...
  • COVID19 : la colère d’André Grimaldi, professeur de Médecine à La Pitié-Sapétrière

    Par
    Le médecin André Grimaldi vient d’écrire par courriel à ses collègues de l’hôpital parisien, La Pitié-Salpétrière. Sylvestre HUET, journaliste scientifique et blogueur au Monde livre le texte de ce courriel.
  • En ces temps d’"état d’urgence sanitaire", l'État, comme il va mal

    Par
    Une dépêche de l’AFP annonce qu’« un tribunal français a jugé que les autorités régionales des Hautes-Alpes devront assurer l’hébergement d’urgence de 23 jeunes migrants logeant dans un squat dans la ville de Gap et soumis à un danger d’exposition au Covid-19. » Commentaire.
  • Vers un choc en retour ?

    Par
    2020-mars-30-ch-prudhomme-urgentiste
    Le docteur Christophe Prudhomme, Alain Supiot (professeur au Collège de France), et Annie Ernaux ; trois réflexions, trois analyses, qui réagissent à la situation dans laquelle l'épidémie du coronavirus a plongé nos sociétés.
  • Le désastre et la suite

    Par
    Une virologue : « Ça ne sert à rien de dire qu’on n’était pas prêts pour une pandémie, on n’était prêts à rien ! ». La « mobilisation de toute la société », évoquée par Macron, ne pourra pas se faire sans un changement radical de la manière de gouverner. Avec l'« état d'urgence sanitaire » et les 25 ordonnances qui ont suivi, on n'en prend pas le chemin. Résistances !