"La France a peur", comme disait l'autre, peur des forces de répression.

M. Cédric Chouviat est une nouvelle victime des forces de répression agissant en France en hors-la-loi. Le macronisme, c'est cela. "1984" est dépassé depuis longtemps.

"La France a peur", comme disait l'autre, peur des forces de répression.

          Chaque jour apporte des témoignages nouveaux d'atteintes volontaires, organisées et systématiques aux droits, de violences policières commises au grand jour et allant jusqu'à la mort.

          Chaque citoyen sait que cela peut lui arriver, que les chiens sont lâchés contre tout individu qui montrera qu'il veut que ses droits - ce qu'il en reste - soient respectés. Et c'est bien le but recherché par toute la hiérarchie policière et judiciaire, jusqu'au sommet du pouvoir.

          Nous vivons sous une tyrannie assumée. De la reconnaissance faciale à l'usage du LBD, d'arrestations préventives en incarcérations abusives, de loi sécuritaire en loi sécuritaire, depuis des mois il a été dit, par les spécialistes du Droit que l'Etat de droit était, en France, attaqué, menacé, démantelé, mis en pièces, par ceux-là mêmes qui sont supposés le représenter et le protéger.

          Le macronisme, c'est cela. "1984" est dépassé depuis longtemps.

 

* Ce billet reprend un commentaire posté ce mardi 7 janvier à 10 h 26, après la parution de l'article de Pascale Pascariello révélant le contenu des vidéos de l'arrestation de M. Cédric Chouviat et reprenant les éléments alors connus qui avaient conduit à son décès.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.