Michel Pinault
Historien, membre du Groupe d'histoire sociale (GHS), recherches sur l'histoire des sciences et des milieux scientifiques.
Abonné·e de Mediapart

146 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 déc. 2021

Jean-Luc Mélenchon "ne décolle pas"...

Jean-Luc Mélenchon « ne décolle pas » dans les sondages. Qu’est-ce qui ne va pas ? Comment pourrait-il attirer sur sa candidature des intentions de vote qui sont aujourd’hui bloquées, crispées, résignées ?

Michel Pinault
Historien, membre du Groupe d'histoire sociale (GHS), recherches sur l'histoire des sciences et des milieux scientifiques.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Luc Mélenchon « ne décolle pas » dans les sondages. Qu’est-ce qui ne va pas ? Les Insoumis devraient le savoir en interrogeant les électeurs de JLM en 2017, eux qui se vantent d’avoir mis en place un institut de sondage maison. Peut-être le savent-ils ?

Ces électeurs, du moins un assez grand nombre d’entre eux, sont convaincus qu’au-delà de toutes les « qualités » qu’on lui connaît, JLM ne peut pas gagner et qu’il ne se donne pas les moyens d’élargir le « trou de souris » qu’il lui faudrait emprunter pour y arriver.

Jean-Luc Mélenchon ne peut pas gagner avec un programme anticapitaliste maximaliste qu’il présente comme un tout non négociable, comme une « rupture » sans retour dont les contours sont incertains et paraissent autant volontaristes que dogmatiques.

Le programme dont les électeurs de JLM voudraient avant tout c’est celui qui permettrait l’union des forces progressistes. Les électeurs veulent un programme d'union. Contrairement à ce qui dit JLM et ce que dit son entourage, l'union est un programme.

Les forces progressistes sont divisées et toutes sont responsables de cette division mais seul Mélenchon paraît, pour ses électeurs potentiels, avoir besoin de cette union pour gagner, car il est la seule chance de gagner pour les forces progressistes. Quand Roussel, enfermé dans le rôle d’un Poutou ou d’une Artaud ne semble là que pour témoigner, quand Hidalgo, venue sans projet et sans programme, n’est là que pour avoir des députés aux législatives, quand Jadot ne songe qu’à peaufiner son image d’allié possible de toutes les coalitions « modernes » à l’Allemande, Mélenchon porte seul sur lui la responsabilité d’être enfermé dans une stratégie de la défaite.

Qu’il formule un projet rassembleur, de compromis, porteur d’une espérance de victoire et cesse de proclamer que tout est déjà dans l’Avenir en commun. C'est à lui, JLM, de créer les conditions obligeant Jadot, Hidalgo et Roussel à entamer la discussion; qu'il convoque une réunion dont sortirait un bilan d'étape public exposant les positions des uns et des autres sur les convergences et les divergences.

Les électeurs de JLM en 2017 ont, par ailleurs, acquis la conviction que Mélenchon n’est pas un démocrate, non seulement à cause de la scène fatale des perquisitions mais parce qu’il y a eu aussi la gestion calamiteuse de son mouvement « gazeux », l’absence de processus démocratiques, le départ de milliers de militants douchés par des pratiques centralisées et autoritaires, les mises à ‘écart brutales, les procès en carriérisme. Tout cela est connu, transpire, diffuse et devient un obstacle. Les « autres »  ne sont pas forcément plus démocrates mais c’est bien à Jean-Luc Mélenchon, prétendant à la magistrature suprême, qu’on fait d’abord ce reproche : comment peut-il concilier son « présidentialisme » exacerbé et ses promesses de démocratisation de la vie politique ? Son image de « lider màximo »  qu'il aime et qu'il cultive, au final, lui nuit. Lui qui persiste à ne jamais formuler une critique sérieuse et argumentée des dictateurs de Russie, de Chine, du Venezuela, et autres, pour se réfugier dans un discours anti-impérialiste certes fondé mais hors sujet à ce moment-là. Comment se comporterait-il au pouvoir lui qui est si indulgent pour ces régimes coupables ?

La candidature de Jean-Luc Mélenchon pourrait connaître un décollage, il pourrait attirer sur sa candidature des intentions de vote qui sont aujourd’hui bloquées, crispées, résignées, car il n’y a aucun désir d’une remontée du parti socialiste ou d'une hégémonie de la tendance « réaliste » des verts, mais il doit faire le ménage dans son projet politique, sa stratégie et son image.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu