Le train toujours menacé dans les Hautes-Alpes

Fermeture définitive de la ligne SNCF Grenoble-Gap. Suppression du train de nuit Paris-Briançon. Vous voulez détruire le service public, laissez-le aller à la ruine, les usagers finiront bien par ne plus vouloir le défendre.... Quoi que.... Dans les Hautes-Alpes, l'usager bouge encore !

2019-nov-train-briancon

Le train est toujours menacé dans les Hautes-Alpes :
11 rassemblements dans 11 villes,
de Grenoble à Gap et Briançon, le 9 novembre,
POUR MAINTENIR LE TRAIN entre ces trois villes. Mobilisation générale !

     Au terme d’un jeu de fausses promesses et de mensonges audacieux, malgré des dizaines de journées de mobilisation de la population, des associations, des syndicats et de certains élus, malgré les engagements financiers finalement pris par les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la métropole grenobloise, malgré tout cela…

PARCE QUE LE GOUVERNEMENT N’ENGAGE PAS
LES TRAVAUX
,

la décision de la FERMETURE DEFINITIVE DE LA LIGNE GRENOBLE-GAP est maintenue par la SNCF alors que, dès 2020, des travaux sont possible, évaluées par ladite SNCF à 18 millions.

     Et simultanément,

LA SNCF ANNONCE LA SUSPENSION DE LA LIGNE VALENCE-GAP

en décembre 2020 pour travaux, pendant neuf mois. Et elle annonce le report sur cars du train de nuit Paris-Briançon (dont on s’était engagé à le maintenir). Si la ligne Grenoble-Gap était maintenue, cela permettrait d’y faire passer le train de nuit pendant la durée des travaux sur la ligne Valence-Gap, mais le gouvernement veut sa fermeture...

     Comme on le sait, « Le jeu des politiques, c’est souvent de gagner du temps pour ne pas prendre de décisions » (déclaration du secrétaire d’État aux Transports J.B. Dejbarri quand il était encore simple député LREM)….

     Et justement, l’État qui gère les trains de nuit et auquel revient l’arbitrage, ne prend pas de décision : « Dès que la ministre aura tranché, on lance fissa les conventions de financement et c’est parti », explique pourtant un acteur. Et SNCF Réseau, comme a son habitude, joue la carte de la passivité et du pessimisme, évoquant sans même chercher à être crédible des « surcoûts » ou « d'autres travaux urgents » sur « d’autres axes ». Le député LREM des Hautes-Alpes, Joël Giraud, proche du pouvoir et bien en cour (il est rapporteur général du Budget), cible la SNCF, cette galeuse qui selon lui « se fout du gouvernement » et il affirme en toute mauvaise foi que « le gouvernement avait clairement demandé que [l’étude pour les travaux urgents] soit réalisée » ; or il n’en est rien,  l’entreprise n’a jusqu’à présent pas reçu de commande en ce sens.

     Le "Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes" qui organise la mobilisation pour la défence du train dans les Hautes-Alpes, a adressé une lettre ouverte au secrétaire d’État aux transports, il y a un mois et demi. Sans résultat à ce jour. Une décision politique est nécessaire, elle ne vient pas.

     C’est la traduction de LA POURSUITE DE LA POLITIQUE D’ABANDON DU TRAIN, de fermeture des lignes régionales, de fermeture de gares, de suppression des emplois dans les gares et à bord des trains, de diminution du nombre de dessertes quotidiennes, d’abandon du matériel roulant à la décrépitude, de « remplacement » des trains par des cars.

     Vous voulez détruire le service public : laissez-le aller à la ruine et accusez-le tous les maux. Ensuite, vous pourrez privatiser tranquillement, favoriser sans problème au détriment du rail le transport routier (y compris les fabuleux « bus-Macron »), et accélérer en silence la désertification des territoires enclavés. Tout cela sans vergogne ; comme si les citoyens n’étaient pas capables de comprendre ce qu’il se passe….
     Quoique le journaliste zélé trouvera toujours, pour bâcler son « micro-trottoir », un usager mécontent qui, pour la caméra, appellera de ses vœux une privatisation qui, croit-il, réglera tous les problèmes ! Souriez, vous êtes filmé…

 

Plus d’info : https://www.facebook.com/ligne.grenoble.gap/

Signez la pétition sur Change.org :  https://www.change.org/p/elisabeth-borne-sur-les-lignes-de-desserte-fine-des-territoires-on-veut-des-trains?fbclid=IwAR1uacV095vsyZoGd9vM9mKPYypKP1Qh2FDRGEg3rAhJML9O_QSKbX6WcIs

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.