#7deBriançon : Juge tout puissant (récit d’un jugement par Alice Prud’homme)

Il est 14 heures, la salle du tribunal est remplie. Une classe de collégiens est présente pour assister à l’audience : ils disent ne pas savoir pourquoi ils sont là, ils ne vont pas être déçus…

#7deBriançon : Juge tout puissant (récit d’un jugement par Alice Prud’homme)

Il est 14 heures, la salle du tribunal est remplie. Une classe de collégiens est présente pour assister à l’audience : ils disent ne pas savoir pourquoi ils sont là, ils ne vont pas être déçus…

S'il fallait résumer cette séance de 25 minutes en un mot, il n’y en aurait qu’un seul et comme par hasard c’est le premier écrit sur nos notes : MÉPRISANT.  Dés les premières phrases de la juge, on sent cette attitude, cette envie, et malheureusement on devine la suite, le verdict. La juge a le mérite de ne pas cacher son jeu !!!

Après, quelques explications juridiques faites à toute vitesse de façon à ce que personne ne comprennent rien puisqu'en fait il n’y a rien à comprendre, tant elles sont sans sens et unilatérales.  Seule une chose est importante pour la juge : l’entrée en situation irrégulière sur le territoire. Le principe de solidarité du conseil constitutionnel n’en fait pas partie, l’acte d’humanité encore moins. La déclaration des droits de l’homme sauvegarde les personnes mais pas leur circulation. Le Pacte de Marrakech de lundi rappelle que les États ont un droit indéniable sur les entrée et sorties… et enfin le délit d’aide à l’entrée n’est pas déclaré contraire à la Déclaration des droits de l’Homme.

La présence dans la vallée de Générations identitaires, le contexte d’une manifestation libre, les violences policières, les risques de blessures et mortalités des migrants, la montagne, les 17 heures de procès, les témoins et les plaidoiries ? Oubliés…

Alors que les accusés présents à la barre, accompagnés de leurs avocats, se resserrent les uns contre les autres, se regardent… la juge tourne ses feuilles à la va-vite comme si elle était pressée d’en finir. Les collégiens sont déjà perdus.

Les 7 sont alors jugés coupables les uns après les autres pour des raisons assez floues... Certains avaient un camion en fin de cortège donc organisateurs, d’autres ont reçu des SMS donc savaient qu’ils allaient à une manifestation, d’autres on ne sait pas mais sont coupables, et  pour le dernier la juge dira textuellement : « on n’a pas de preuves mais au vu de la façon dont il haranguait en tête de cortège, il est jugé coupable. » Pour la rébellion d’un des 7 il est admis qu’il n’y a pas rébellion physique contre les forces de l’ordre étant donné que ce dernier est à terre dés le début mais il y a rébellion car il a refusé d’être menotté… donc il devra des indemnités pour préjudices physiques à ces policiers même s'il est reconnu qu’il n’a pu ne serait-ce que les toucher étant à terre… tout cela est très logique… Là, c’est sûr déjà que les collégiens ne doivent rien comprendre !

Alors qu’un des désormais condamné s’assoit car assommé, la juge lui dira : « Bah ! alors vous êtes déjà fatigué ? Vous ne l’étiez pas pour marcher debout le 22 avril ! » ... Viennent alors les peines, la juge les aurait presque oubliées, tournant toujours ses feuilles à toute vitesse… Celles-ci sont annoncées à l’identique des réquisitions du procureur. La somme des indemnités de 4000 euros en tout est annoncée pour la rébellion, après que la juge calcule à voix haute en ajoutant au condamné : « Il va falloir travailler pour payer maintenant car c’est pas avec ce que vous gagnez que cela va suffire… » Accompagné d’un petit sourire…
Les nouveaux condamnés ont dix jours pour faire appel. Fin du débat.

Les collégiens n’auront pas compris le jugement mais ils auront vu comment un adulte, professionnel, représentant la justice s’était comporté : méprisant. Il faut juste sortir au plus vite de cette salle, prendre de l’air pur.

Après réflexion au vu de ce raisonnement incohérent, partial  et dénié de toute humanité, les 200 personnes présentes le 22 avril à la marche solidaire sont toutes coupables, alors pourquoi eux ?

Alice Prud'homme

Texte repris du site d'Alp'ternatives, le média citoyen des Alpes du Sud :
https://alpternatives.org/2018/12/15/7debriancon-juge-tout-puissant-recit-dun-jugement-par-alice-prudhomme/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.