Hautes Alpes : des citoyens victimes du «délit de solidarité» envers les migrants

Pour avoir participé à une marche solidaire organisée depuis Clavière (Italie) pour accompagner une trentaine de migrants qui risquaient d'être pris à parti par les «identitaires» venus dans le Briançonnais (Hautes Alpes) pour une opération de com' bien médiatisée, trois personnes sont accusées d'«aide à l'entrée irrégulière sur le territoire en bande organisée» et incarcérées.

Tout un chacun a pu observer la large couverture médiatique dont a bénéficié, ce week-end dernier, l'opération de com' de ceux que les journalistes qualifient d'"identitaires", organisée contre les migrants au col de l'Echelle, près de Briançon. Toutes les chaines de télévision ont diffusé en boucle les images mises à leur disposition, en particulier celles prises depuis un hélicoptère. Il n'en a pas été de même de ce qui se passait au même moment au col du Montgenèvre, à quelques pas de là, où des citoyens solidaires manifestaient à nouveau leur engagement auprès des mêmes migrants. Voici les informations diffusées à ce sujet par Alp'ternatives, le média citoyen des Alpes du Sud. Voir aussi : https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/des-antifascistes-italiens-forcent-un-barrage-de-gendarmerie-apres-l-operation-des-identitaires-au-col-de-l-echelle_2718140.html#xtor=CS1-746 et voir aussi https://www.mediapart.fr/studio/portfolios/briancon-lecons-de-solidarite

On pourra y lire comment les forces de l'ordre et la justice appliquent, sous l'autorité du ministre de l'Intérieur, les consignes répressives visant le "délit de solidarité" dont les députés LRM  prétendent qu'ils l'ont réformé lors du récent débat sur la loi dite Asile Immigration.

Tribunal de GAP (05) : Un petit air de «Tarnac»
Cet après-midi à Gap, trois personnes sont passées en comparution immédiate pour
"aide à l'entrée irrégulière sur le territoire en bande organisée".

Samedi dernier, une centaine de membres du groupe d’extrême droite "Génération Identitaire" ont bloqué la frontière au Col de l'Echelle sans être inquiétées par les forces de l'ordre qui se sont contentées d'observer. Aucun plainte n'a été déposée malgré les dégradations qu'ils ont commis (dans et autour d'un refuge d'altitude en zone protégée) et le fait qu'ils aient d'autorité interdit la libre circulation à la frontière.

Dimanche une marche solidaire s'est spontanément organisée au départ de Clavière (Italie) pour accompagner une trentaine de migrants qui risquaient d'être pris à partie par les "identitaires" restés dans le Briançonnais (Hautes Alpes). Parvenus à Montgenève, un cordon de gendarmes barrait la route pour interdire au cortège de passer la ligne frontalière. Ce cordon quasi-symbolique a tout d'abord reculé devant les marcheurs avant d'être contourné, sans heurts, ni violence. L'ensemble des personnes, pour la plus grande part des "non-ressortissants français" est ainsi descendu ensuite jusque Briançon où les migrants ont pu être accueillis par les centres d’accueil solidaires installés en ville.

En soirée, alors que la manifestation était dissoute, les forces de l’ordre ont mené plusieurs interpellations en ville et six personnes, parmi les quelques cent cinquante participants, ont ainsi été déférées devant le procureur de Gap. Trois ont été retenues, les trois autres n'ayant pas pu être identifiées sur des photos prises lors du passage de la frontière.

Trois personnes donc, un suisse, une italienne et un jeune homme ayant la double nationalité suisse et belge ont comparu cet après-midi, assistés par deux avocats commis d'office. Une trentaine de citoyens solidaires ont pu assister à l'audience après avoir dû produire leurs pièces d'identité (qui ont été photocopiées…) lors du passage du sas de sécurité. 

L'audience a permis d'entendre que ces trois marcheurs solidaires avaient un casier judiciaire vierge, en France comme dans leur(s) pays d'origine, deux étaient inscrits dans des cursus universitaires avec prochainement des examens à passer, l’autre devait tout aussi prochainement être embauché (comme maître-nageur). Aucunes marques de délinquance ou d'immoralité n'ont pu leur être attribuées par le procureur qui a d'ailleurs répété plusieurs fois "qu'ils étaient fort sympathiques"...

Compte-tenu de la lourdeur de la peine qu'ils encourraient (7 à 10 ans puisque la circonstance aggravante de "bande organisée" a été retenue par le procureur), ce dernier a demandé au tribunal de les placer sous mandat de dépôt. Si, selon lui, ces jeunes personnes devaient pouvoir assumer leur responsabilité pour avoir participé à ce qu'il considérait comme un grave délit, il considérait par contre que du fait de leurs nationalités, un simple contrôle judiciaire ne pouvait suffire à garantir qu'elles viennent se présenter lors de leur procès à venir (le 31 mai). Dans le cas où les juges ne retiendraient pas la mise en détention, il a subsidiairement proposé de prononcer ce contrôle judiciaire dont il avait dit douter de l'efficacité…

Lors de leur plaidoirie les deux avocats ont très bien su démontrer l'inutilité d'une mise en détention, d'autant que les trois jeunes personnes étaient tout à fait d'accord pour se présenter au procès.

Bien que cela n'ait pas été dit lors de l'audience, le fait qu'elles soient déjà représentées par des avocats n'imposait même pas qu'elles assistent physiquement à ce futur procès.

Après délibération, les juges ont prononcé la mise en détention. L'assistance en est restée abasourdie, tout comme les avocats pour qui cela représente un précédent juridique. Aucune personne ayant participé à une marche solidaire n'avait encore jamais été mise en détention provisoire jusqu'à ce jour. Les deux avocats vont voir les recours dont ils disposent pour demander la libération de leurs clients.

Le réseau de citoyens est en alerte. Tout le monde est choqué.


Plus d'info : https://alpternatives.org/2018/04/24/tribunal-de-gap-05-un-petit-air-de-tarnac/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.