Une aventure (réédition d'un post d'avril 2017)

Un aventurier s’est donc présenté, et ils lui ont livré le pays. (aux macronistes d'hier et d'aujourd'hui)

« Il règne. Nous avons voté ! Vox populi. –
« Oui, je comprends, l’opprobre est un fait accompli.
« Mais qui donc a voté ? Mais qui donc tenait l’urne ?
« Mais qui donc a vu clair dans ce scrutin nocturne ?
« Où donc était la loi dans ce tour effronté ?
« Où donc la nation ! où donc la liberté !

                        Victor Hugo, Les Châtiments.

Un aventurier s’est donc présenté, et ils lui ont livré le pays. La crise climatique, le nucléaire, la misère, le malheur et l’injustice partout, la démocratie moribonde, l’Europe aux mains des affairistes, rien de tout cela n’a pesé dans leurs votes. Un courtisan vaniteux, arriviste et sans scrupules, leur a suffi. Un bonimenteur fatigué, un dissimulateur maladroit, un attrape-tout avéré les a circonvenus. Qu’il ait annoncé une sévère purge sociale, qu’il ait prétendu d’avance gouverner par ordonnances, qu’il soit indifférent à la nécessaire reconstruction de nos institutions et à l’urgente transition énergétique ne les a pas troublés. Eux, ils vont bien, après eux le déluge.

Lui, un rempart contre le F-Haine ? Allons donc, il est comme elle, la même caste, les mêmes intérêts, les mêmes tours de passe-passe ; les deux faces de Janus, l’une servant de repoussoir vers l’autre.

Ils avaient pourtant vu se fabriquer le produit, ils ont pu observer avec quelle veulerie le système médiatique en avait assuré la promotion, ils savent que le match a été fabriqué, à coups de sondages, d’émissions spéciales et d’éditoriaux rancis, rien ne leur a été caché du ralliement massif des pires politiciens à cette fragile marionnette ; et bien, ils ont marché, ils marchent ! La coupe était pleine, ils l’ont avalée. L’attrape-tout les a scotchés et les voilà englués pour cinq ans.

« Quand un peuple se laisse au piège estropier
« La droit sacré, toujours à soi-même fidèle,
« Dans chaque citoyen trouve une citadelle.
« L’honnête homme recule et s’accoude à l’écart.
« Dans la chute d’autrui, il ne veut pas descendre.
« L’honneur n’abdique point. Nul n’a le droit de lui prendre
« Sa liberté, son bien, son ciel bleu, son amour. »

                      Victor Hugo, Les Châtiments.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.