L’ "Immonde" et la "politique du pire"

L "’Immonde" accuse Mélenchon de vouloir pratiquer « la politique du pire » (édito du 29 avril).

L’Immonde n’aura jamais autant mérité son sobriquet que dans cette campagne électorale. Le voilà qui accuse Mélenchon de vouloir pratiquer « la politique du pire » (édito du 29 avril). Pourtant, Jean-Luc Mélenchon a clairement manifesté son opposition irréductible au FN, au vote FN. Voilà la candidature, la seule, qui a permis de faire reculer le F-Haine dans les milieux populaires et la jeunesse, accusée d’une sorte de trahison. Au passage, ne citons pas trop ni de trop près les propos tenus ce vendredi, cela risquerait de faire capoter l’opération de dénonciation du candidat de la gauche.

Reste la question Macron. Refuser d’appeler à se rassembler derrière Macron c’est donc devenu « la politique du pire ». L’éditorialiste ne rappelle pas la question posée : qui est Macron ? quelle politique il prépare ? quels ralliements à son projet il exige ? Le vote Macron est-il un vote anti-fasciste ou bien est-il un blanc-seing donné à la poursuite de la pire politique pendant encore cinq ans ?

L’Immonde décrit Macron comme un « progressiste », un « démocrate » et un « républicain ». Ah bon ? Mais si c’était le cas, il n’aurait aucun mal à rassembler sur son nom les progressistes, les démocrates et les républicains, non ? Où se cache la contradiction ? L’éditorialiste n’en a cure ou plutôt il ne souhaite pas que la question soit posée. C’est l’enfant du sérail, toutes les bonnes fées de l’establisment se sont penchées sur ses premiers pas, il a avec lui tous les éditorialistes des médias dominants, il a l’appui de Valls et Hollande, de Gattaz et Parisot, il est soutenu par Attali, Drahi et Cie, il est attendu comme le Sauveur par la Commission européenne. (Sur Macron, voir mon post précédent)

Alors, que veut ce « peuple » incontrôlable qui a voté massivement pour des populismes et des utopies ? Comment peut-il résister à l’injonction d’avoir à voter comme les maîtres en décident ? Pourquoi la machine semble-t-elle ainsi résister, se gripper, devenir insaisissable ?

La France insoumise est là. Il faudra compter avec elle.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.