Saint-Louis du Sénégal par Gilles Walusinski

C'est généralement par le pont Faidherbe, unique point de passage vers l'île-ville de Saint-Louis du Sénégal, que le visiteur découvre l’ancienne capitale coloniale.  Ce pont porte le nom de Louis Léon César Faidherbe, un  polytechnicien natif de Lille, officier du génie, qui fut Gouverneur du Sénégal de 1852 à 1865.

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski
C'est généralement par le pont Faidherbe, unique point de passage vers l'île-ville de Saint-Louis du Sénégal, que le visiteur découvre l’ancienne capitale coloniale.  Ce pont porte le nom de Louis Léon César Faidherbe, un  polytechnicien natif de Lille, officier du génie, qui fut Gouverneur du Sénégal de 1852 à 1865.

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

 

Construit par une société de Levallois-Perret, ex société Eiffel, ce pont donna lieu à différents mythes qui perdurent encore dans quelques guides touristiques. Le pont aurait été construit pour le Danube, puis pour être installé en Indochine,  et « détourné » vers le Sénégal. La réalité est toute différente, il a été fait pour Saint-Louis du Sénégal grâce à un emprunt.

 

C’est un pont métallique impressionnant construite en pourtrelles d'acier rivées à froid, d’un poids total de 1 300 tonnes. Sa construction durera de 1894 à 1897. Il est  inscrit depuis 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. D’une longueur de 506 mètres, le pont Faidherbe se distingue par une travée mobile, manoeuvrable à la main, qui permet le passage de la navigation fluviale. En 2002 et en 2005, il a fait l'objet d'études pour sa réhabilitation complète confiée à la société Eiffel-Eiffage.

L’objectif des travaux de réhabilitation est de donner à l’ouvrage une pérennité au moins trentenaire. Mais ces travaux doivent prendre en compte des contraintes importantes puisque ce pont est le seul qui relie l’île au continent.  Le pont est dans un site classé Patrimoine mondial. Il s’est avéré nécessaire de maintenir la forme architecturale.

 

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

Un regard pour un pont et ses quartiers

C’est dans ce cadre que Gilles Walusinski a été missionné en 2007 par le Centre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO pour réaliser un état des lieux des espaces publics et du pont Faidherbe, avant reconstruction par  l’Agence Française de Développement. Les travaux se terminent actuellement, l’inauguration devant avoir lieu cet été.

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

 

Gilles Walusinski n’est pas un novice en la matière. Il a débuté en photographie en 1970 et mené de front un travail personnel mêlant la photographie de reportage et la photographie de paysage. A partir de 1979, il collabore régulièrement à l’Architecture d’Aujourd’hui et à de nombreuses autres publications internationales d’architecture. Ce travail sur l’architecture contemporaine est traité avec le même esprit que le travail sur le paysage.

 

Complétons ce très, et trop rapide portrait par des activités incessantes et obstinées pour défendre les intérêts des photographes et  le patrimoine photographique français.  Ami d’André Kertész, d’Henri Cartier Bresson, de Willy Ronis, de Roger Pic, de Jean Lattèset de beaucoup d’autres photographes dont Thierry Girard.  Il a été - entre mille autres activités - un « militant » bénévole et actif de l’Association nationale des reporters photographes et cinéastes (ANJRPC) au sein de la Fédération des Associations de Photographes Créateurs.

 

Sa dernière mission est, pour le département de la Côte d’Or, la réalisation d’un état des lieux sur quatre saisons des dix villages et du site de la bataille d’Alésia qui comme chacun sait vit la défaite de Vercingétorix face aux armées de Jules César.  
Un travail qui comporte de nombreux panoramas époustouflants .

Michel Puech

Lire le blog de Gilles Walusinski dans le Club Mediapart

Voir d'autres photos de Gilles Walusinski sur la galerie A l'oeil de Michel Puech

 

 © Gilles Walusinski © Gilles Walusinski

 

 

-------------------------------------------

« A l'oeil » ?

« A l’œil » s'intéresse essentiellement au photojournalisme, à la photographie comme au journalisme, et à la presse en général. Il est tenu par Michel Puech, journaliste honoraire (carte de presse n°29349) avec la collaboration de Geneviève Delalot, et celle de nombreux photographes, journalistes, iconographes et documentalistes. Qu'ils soient ici tous remerciés.

« A l’œil » est ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler un blog. C’est en réalité une collection d’articles (reportages, enquêtes, billets d’humeur, etc.). Créé en août 2008 sur le site du Club de Mediapart, il dispose également de son propre site www.a-l-oeil.info qui reprend, outre les archives des publications dans le Club Mediapart, celles de La Lettre de la Photographie et de plusieurs autres publications auxquelles Michel Puech a collaboré. (Libération, Le Monde, La Croix, Le Courrier Picard, VSD, etc.)

Tous les textes et toutes les photographies ou illustrations sont soumis à la législation française, en particulier, pour les droits d'auteur. Aucune reproduction même partielle n'est autorisée hormis le droit de citation.

Pour nous écrire, cliquez LA

Vous pouvez également retrouver A l'oeil sur Facebook

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.