Les Laïques grands oubliés

C'est bien volontiers que je poste ici l'interview donnée au Républicain Lorrain par mon ami Charles Roederer, de la Ligue des Droits de l'Homme  http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2014/09/30/les-laiques-les-grands-oublies 

« Les laïques les grands oubliés »

 

Il n’est pas forcément attendu sur le sujet. Pourtant, Charles Roederer, président de la Fédération de la Moselle de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) dénonce la composition de la nouvelle Commission. En défenseur de la laïcité.

 En quoi la LDH est-elle concernée par le Droit local ?

La Ligue a vocation à défendre tous les droits de l’Homme et du citoyen, par exemple les droits sociaux, le Code du travail local, la sécurité sociale. Elle fait également partie du grand mouvement laïque opposé au régime dérogatoire des cultes.

Le Droit local peut-il être modifié sur un point sans tout remettre en cause ?

Le Droit local n’est pas un monument historique que l’on n’a pas le droit de toucher ! Tous les juristes le disent : le Droit ne peut pas rester figé alors que la Société évolue ! Et bien des dispositions maintenues en Moselle et en Alsace après la guerre de 14/18 ont depuis été ou supprimées ou modifiées, sans effet par exemple sur le régime particulier de Sécurité Sociale !

Mais pourquoi une nouvelle Commission ?

Il existait une « Commission d’harmonisation du Droit local avec le Droit français », elle ne travaillait que sur le Droit privé. La nouvelle pourra intervenir sur le Droit public, donc les cultes !

Et c’est pourquoi vous dénoncez sa composition.

Oui : la nouvelle commission s’est ouverte aux représentants des trois cultes « reconnus » en Alsace et Moselle (les cultes catholique, protestants et israélite). Mais personne n’y représentera clairement le courant de pensée laïque (nous n’avons pas à connaître les convictions philosophiques ou religieuses des éminents représentants des professions juridiques !).

Sur quels sujets auriez-vous souhaité particulièrement intervenir ?

Sur tous les régimes dérogatoires qui consacrent une place indue à la religion dans l’espace public : les cultes, l’enseignement religieux, les facultés publiques de théologie et le délit de blasphème.

Mais ne prêchez-vous pas tout seul dans le désert ?

La LDH n’est pas isolée dans ce combat. Nous avons signé récemment une déclaration commune avec de très nombreuses associations, syndicats et structures laïques, notamment nos amis la Ligue de l’enseignement. Et nous comptons bien ne pas en rester là.

Il faut à ce propos souligner également que la nouvelle Commission a accueilli les représentants du monde patronal (Chambres de Commerce et d’Industrie, Chambres des Métiers) … mais aucun représentant des syndicats de salariés ! Comme si ceux-ci n’étaient pas concernés par le travail du dimanche, les jours fériés, ou la garantie de salaire en cas d’absence de faible importance !

C’est ensemble qu’il nous faudra faire entendre notre voix.

 Propos recueillis par M. D.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.