Michel Yvernat
de temps à autres
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 nov. 2019

Benjamin Stora - L'antisémitisme, corps et âme

« L’homme n’a pas seulement fait du gras, il a enflé. » « Vanité qui n'a cessé de croître en lui à mesure que s'élevait son statut social. » (Extraits de Valeurs Actuelles)

Michel Yvernat
de temps à autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voilà une nouvelle émergence de l’antisémitisme affiliable aux années d’avant la deuxième guerre mondiale, antisémitisme qui alla en ligne direct du bureau du bureaucrate zélé aux chambres à gaz et aux camps de concentration en passant par le vélodrome d’hiver

Voilà la nature du déploiement de la haine contre l’intellectuel et l’historien juif, historien de l’Algérie, historien de la mémoire des ruptures et des liens entre les deux rives de la Méditerranée. L’attaque sur le physique de l’historien signe cette haine de type nazi. Il faut salir le juif culturellement et physiquement. Il faut le traîner dans la boue. Une sorte de préparation macabre à son élimination, sa disparition corps et âme. « L’homme n’a pas seulement fait du gras, il a enflé » dit l’article. Il y a là, sous-jacent, le désir sadique de l’explosion du corps de l’historien comme la grenouille de la fable de Jean-de-La-Fontaine. Explosion c’est-à-dire, en fait, disparition corps et âme. Il y a comme une incontrôlable odeur de haine qui flotte nauséabonde autour de cette expression : « L’homme n’a pas seulement fait du gras, il a enflé ». Désir de destruction d’un corps qui, coûte que coûte, doit disparaître dans la nuit et le brouillard. 

Les soutiens de Benjamin Stora sont, heureusement, nombreux et vigilants. Au-delà de l’historien, Benjamin dans les banlieues est une référence, un repère. Un homme respecté et écouté. Mais les tensions qui montent et qui se ressentent en maints endroits de notre pays et à maintes occasions, signent les prémisses d’une errance menaçante pour notre société.

L’article de valeurs actuelles contre Benjamin est une tentative indigne de donner une direction aux pulsions destructrices de notre temps. Offrir aux haines quotidiennes et en premier lieu de soi-même, un bouc émissaire, une victime expiatoire au sens girardien des termes ; une désinhibition de la volonté de vengeance raciale en échos à cette errance sociétales.

On croit voir revenus de la nuit des temps apocalyptiques du 20e siècle, des silhouettes à l’horizon, des porteurs de mort, des fantômes d’Einsatzgruppen. Comme les loups chantés par Reggiani, ils sont encore loin mais...

L’ethnicisme camoufle le retour du discours de la race. Le regard moqueur du commentateur et polémiste d’extrême droite, professionnel des médias, camoufle la haine du musulman, du noir, de l’autre. Le désir pervers de la méméité.

Les groupes radicalisés magnifient la violence des armes par destination dans des corps revêtus de noir et qui tendent à devenir eux-mêmes des armes par destination. Ce ne sont encore que des agités et des agitateurs mais...Voilà qu’ils engagent leur corps expéditionnaire dans les failles béantes de la démocratie.

Haine des juifs, haine de la République, haine de la société, haine du cosmopolitisme. Regrets des temps anciens, détestation de l’histoire et de la quête de vérité, amour de la négation et des mots qui tuent.

Michel Yvernat

Solidaire de Benjamin Stora

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn