Les quatre opérations : en GS, en CP, pour le bac S?

Je m’arroge le droit de parler des « interprétations » de l’expression « Les quatre opérations en CP », parce que « j’en ai une » qui n’a pas de raisons d’être plus mauvaise que les autres puisque, à la fin des années 90 j’ai été le re-découvreur / inventeur de l’importance de l’idée et surtout de ce que l’expression doit absolument recouvrir pour qu’elle ait un potentiel pédagogique positif.

Petit cours de kremlinologie éducative

 ou "De la difficulté, pour ceux qui nous gouvernent, du choix des éléments de langage lorsque le contenu se limite aux petites phrases"  

Prélude - Une fausse évidence : Le comptage, ABC du calcul.
I) Un positionnement (in)volontairement positif de la commission ?
II) L’enseignement simultané du comptage et du calcul
          A)  De la nécessité d’enseigner simultanément la numération (ou le comptage)  et le calcul,
          B) Du danger de faire le contraire, c'est-à-dire de faire du comptage l’ABC du calcul
III) Il faut les quatre opérations en GS
IV) Un enjeu fondamental actuel, historique et mondial : « Calcul intuitif » de Ferdinand Buisson et W.  Grube
V) Intermède : langue de bois, éléments de langage et autres logorrhées administratives  
VI) Lectures dans le marc de café pédagogique
          A) JDD
          B) Le Monde

La suite est à : http://micheldelord.info/nt-07.pdf
Bonne lecture
MD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.