Coup de cœur pour Olivia Pedroli

Une belle voix claire et pure s'allie à la sensibilité d'une âme douce sur des airs de folk-rock jazzé comme on n'en entend que trop rarement. Une découverte récente pour moi, j'espère que vous apprécierez et qu'elle viendra faire un tour de notre côté de l'Atlantique.
YouTube
YouTube

Une belle voix claire et pure s'allie à la sensibilité d'une âme douce sur des airs de folk-rock jazzé comme on n'en entend que trop rarement. Une découverte récente pour moi, j'espère que vous apprécierez et qu'elle viendra faire un tour de notre côté de l'Atlantique.

 

Biographie (www.oliviapedroli.com)

Olivia Pedroli est née en 1982 à Neuchâtel, Suisse. C’est elle qui, à l’âge de 5 ans, manifeste son envie de jouer d’un instrument de musique. Elle étudie alors le violon au conservatoire qu’elle quittera 13 ans plus tard avec un certificat en poche. Elle partage sa passion pour la musique avec son frère, lui-même musicien professionnel de jazz. C’est suite à une période de voyage et de travail à l’étranger (Nouvelle-Zélande, Asie, Canada, Australie) qu’Olivia se met à composer ses propres œuvres.

En décembre 2003, elle se fait remarquer des gens de la profession, elle enchaîne les festivals en été 2004. Suite à une rencontre avec Simon Gerber, musicien et chanteur suisse de talent qui lui propose son aide, un projet de premier album voit le jour, “The smell of wait“, sorti en avril 2005 sur le marché suisse sous le nom de Lole. Cet album, autoproduit sans réels moyens financiers, est un succès tant au niveau des ventes que de l’accueil des critiques, de la presse et du public. On parle alors de „nouvelle sensation folk“ et de „perle rare“. Il faut dire que cette auteur-compositeur-interprète est pétrie de talent. Elle offre des concerts saisissants qui marient douceur et sensualité à des sons plus électriques. Olivia remplit désormais les salles de Genève à Zurich.

Forte de ce succès, Olivia enregistre en automne 2006 son second album entre Carpentras (Vega Studio), Lausanne et New York, produit à nouveau par Simon Gerber. Comme beaucoup le prédisaient à l’écoute de « Sugary and Dry », ce second album lui ouvre les portes de l’étranger en France, en Allemagne, en Belgique et en Scandinavie en tant que tête d’affiche ou en première partie d’Alain Bashung, Marianne Faithfull, Joe Cocker, Paul Simon, Donovan ou Nouvelle Vague, ce qui permet à cette talentueuse artiste de faire de nouvelles et riches rencontres. Parmi ces dernières, Valgeir Sigurðsson, producteur islandais, créateur du label Bedroom Community et complice de Björk, Camille, CocoRosie ou Bonnie Prince Billy. Valgeir et Olivia décident alors de travailler ensemble sur un troisième album à Reykjavik. Après presque une année de collaboration, l’univers intrigant de “The Den” est né.

La sortie sous son vrai nom de ce nouvel opus en automne 2010 en Suisse brouille les frontières entre classique, folk et expérimental, et marque l’évolution des compositions d’Olivia Pedroli et de sa voix vers des horizons résolument personnels et originaux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.