Deux ans et trois mois plus tard…

Le langage humain est « capacité de tout dire » (Chomsky, Structures syntaxiques).Il est l’heure d’utiliser la pause de l’été pour hiérarchiser, pour classer, pour critiquer, pour proposer mais surtout pour améliorer.Au plan de la presse et plus particulièrement du lancement du concept de Mediapart, sa réalisation a pratiquement le même âge que la nouvelle présidence de la République.La comparaison s’arrête là : la présidence part dans tous les sens, Mediapart se développe mais se cogne à une idée reçue

Le langage humain est « capacité de tout dire » (Chomsky, Structures syntaxiques).

Il est l’heure d’utiliser la pause de l’été pour hiérarchiser, pour classer, pour critiquer, pour proposer mais surtout pour améliorer.

Au plan de la presse et plus particulièrement du lancement du concept de Mediapart, sa réalisation a pratiquement le même âge que la nouvelle présidence de la République.

La comparaison s’arrête là : la présidence part dans tous les sens, Mediapart se développe mais se cogne à une idée reçue même si l’on sait que très bientôt les sites des grands media américains vont solliciter l’adhésion payante, que les sites français stationnés sous la corne d’abondance de la pub s’essoufflent quelque peu dans l’exploitation des dépêches d’agence.

 

Alors parlons-en de cette idée reçue : payer pour être correctement informé. 9 euros par mois c’est cher rétorque la plupart des lecteurs !

Certes Le Canard ce n’est que 4,80 euros de bonheur pour 8 pages que l’on lit de la première à la dernière ligne, et en plus les plumes ont du style.

Mais c’est le seul point de comparaison possible que nous avons puisque les deux concepts proposent des contenus différents : notamment pour Médiapart où la partie Club qui grossit tous les jours, est accessible gratuitement et joue un certain rôle. La seule différence c’est qu’en n’étant pas abonné au journal numérique lui-même, on ne peut que lire sans pouvoir participer au débat qui peut s’engager. Alors qu’il y a un véritable trésor caché, sorte de bonus de l’abonnement, par le biais des rétroliens : la parfaite interaction entre le Journal, les Éditions et les Blogs.

A l’heure où les libertés se réduisent comme peau de chagrin, avouons simplement que d'invoquer la difficulté à dégager 9 euros par mois est plus une mauvaise manière de penser que la crainte d'écorner son budget. Surtout quand le reste de la presse est aux ordres. Rappelons-nous l’unanimité élogieuse à propos du G20. Les banquiers en rigolent toujours !

admin%5CEtoiles.jpg

Alors essayons-nous à lister les possibles gisements d’économie qui permettraient de réunir

9 euros par mois :

- 1,5 cigarette en moyenne de moins par jour : un premier pas vers le sevrage.

- Les fruits achetés entre 2,95 et 3,50 euros le kilo en grande surface alors que dans une AMAP ils seront moitiés moins chers avec l’assurance de rémunérer le producteur au juste prix.

- 60 euros par mois pour la pillule Alli avec la réassurance de reprendre tous les kilos perdus au bout de six mois et peut-être un accident de santé au passage.

- l’abandon de tous les produits ménagers nocifs ; eau de Javel, nettoyants multi-usages, lingettes nettoyantes, anti-calcaires… qui permettra de récupérer très rapidement l’investissement de 300 euros mis dans l’achat d’un nettoyeur vapeur.

- Virer la cafetière à dosettes (mauvaises pour la santé comme pour l’environnement) et revenir à la cafetière électrique. Comme disait dernièrement le beau brun dont le « What Else ? » fait encore chavirer certaines, à une journaliste qui l’interrogeait sur le paradoxe de cette publicité (à cause des dosettes) et son engagement pour l’environnement : « votre question m’énerve et si je fais de la pub pour gagner de l’argent je n’ai pas de compte à vous rendre ! »
En plus vous pourrez même vous offrir de très bons cafés chez un torréfacteur.

- Virer les produits « light » dont la composition à l’inverse pèse à la fois sur votre porte-monnaie et votre métabolisme cellulaire.

- Arrêter d’envoyer des SMS surfacturés pour demander « t’es où ? », etc., etc.

- Bannir de l’alimentation des enfants les céréales industrielles, les biscuits qui n’ont de biscuits que le nom, les friandises au goût de… et leur faire rédécouvrir le bonheur de la tartine de pain.

 

Je m’arrête car sinon je vais démontrer que même en étant bénéficiaire du RSA, on peut aussi s’abonner à Mediapart pour 9 euros par mois.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.