Quand Blanquer parle « d'évincer » les enfants non vaccinés !

Jean-Michel Blanquer a dévoilé son plan pour les établissements scolaires dans une interview à FranceInfo. Le ministre s'embrouille dans l'explication de « l'évincement » des enfants non vaccinés et fait un lapsus révélateur. Le ministère de l'Éducation vient parallèlement de publier un protocole sanitaire pour l'année scolaire 2021-2022.

Un mot violent : "évincer"
Jean-Michel Blanquer n'a pas échappé le mot, ce mot n'a pas dépassé sa pensée, il n'a pas été prononcé sans y penser... Ce mot est utilisé dans le texte publié par le ministère.

Protocole de contact tracing © education.gouv.fr Protocole de contact tracing © education.gouv.fr
"Dans les collèges et les lycées, un protocole de contact-tracing renforcé sera mis en œuvre pour identifier les élèves ayant eu des contacts à risque avec un cas positif et les évincer des établissements durant 7 jours (à l’exception de ceux justifiant d’une vaccination complète)."

Parlons-nous vraiment d'incitation à se faire vacciner, monsieur Blanquer ?
Tous les membres du gouvernement ainsi que les députés LREM parlent d'incitation là ou il y a chantage.

Définitions des mots "éviction" et "évincés" (du latin evincere, vaincre complètement) :
Larousse : 
1. Empêcher quelqu'un d'accéder à une fonction ou l'en déposséder, lui en interdire l'accès ou l'éliminer par intrigue ou manœuvre : Évincer un concurrent.
2. Déposséder juridiquement un possesseur de bonne foi.
Robert :
Evincer : Déposséder (qqn) par intrigue d'une affaire, d'une place. ➙ chasser, écarter, éliminer, exclure.
Eviction : Action d'évincer, de priver d'un droit. ➙ évincement, exclusion, expulsion, rejet.

Jamais, ni dans les paroles de monsieur Blanquer ni dans le texte publié sur le site du ministère, n'est mentionnée la prise en charge d'un enfant qui montrerait, alors qu'il est déjà dans l'enceinte de l'école, des symptômes d'infection au Covid.

Le dépistage à l'école. Bafouilage et lapsus de Blanquer.
Ni le ministre ni le texte publié par le ministère ne mentionne aucun dépistage dans l'enceinte des établissements scolaires. La charge semble être totalement dévolue aux parents.

Pourtant, le 26 avril dernier, soit il y a seulement 3 mois, la Haute Autorité de Santé déclarait que les tests antigéniques sur prélèvement nasal apparaissent pertinents pour briser des chaines de contamination, notamment en milieu scolaire et étendait son autorisation aux moins de 15 ans.

Mais selon monsieur Blanquer (interview FranceInfo), si le vacciné peut rester à l'école : 
"C'est une logique très rationnelle, en réalité, puisque euh... c'est le message que nous passons depuis le début, euh... quand vous êtes vacciné vous pouvez mmm... vous ne risquez... pas de contaminer les autres, c'est... alors que si vous êtes vacciné vous... vous faites courir ce risque."
Vous lisez bien, il n'y a pas d'erreur dans la retranscription. Blanquer, en bafouillant, le regard fuyant, a bien déclaré que vacciné vous n'êtes en aucun cas contagieux mais que si quand même. Beau lapsus révélateur de sa mauvaise foi puisqu'il est connu et reconnu que, même vacciné, une personne peut être contaminée et peut aussi transmettre le virus aux autres.

Donc monsieur Blanquer préfère obliger au vaccin plutôt que de faire un dépistage en bonne et due forme que les enfants soient ou non vaccinés. Un enfant vacciné pourra donc se promener avec le virus et contaminer tous les autres qui, même s'ils sont également vaccinés, peuvent, une fois hors de l'école, fréquenter des personnes fragiles dans leur entourage. Et un enfant non vacciné mais non porteur du virus sera "évincé" !

Et ils osent affirmer qu'il n'y aura pas de passe sanitaire pour les établissements scolaires ! Alors qu'un seul cas rendra la situation encore pire qu'avec un passe ! 

Protocole de contact-tracing renforcé ?
Le texte du ministère dit :
"Dans les collèges et les lycées, un protocole de contact-tracing renforcé sera mis en œuvre pour identifier les élèves ayant eu des contacts à risque avec un cas positif et les évincer des établissements durant 7 jours (à l’exception de ceux justifiant d’une vaccination complète)."

Mais aucune information sur ce que sera ce protocole ni de quelle façon et avec quels moyens matériels et/ou humains il sera mis en application.

Passe sanitaire étendu, contact tracing renforcé... des mots qui sentent bon la liberté individuelle et le respect des citoyens !

Aération et ventilation des espaces scolaires
Dans l'hémicycle, les députés LREM ainsi que le ministre Véran se moquent avec mépris de la demande insistante des députés insoumis d'utiliser des purificateurs d'air dans certains lieux clos ouverts au public et notamment dans les écoles et de profiter des vacances d'été pour s'en occuper.

Voici le texte du ministère :
"L’aération fréquente des locaux est une des principales mesures collectives de réduction du risque de transmission du SARS-CoV-2. Les salles de classe ainsi que tous les autres locaux occupés pendant la journée sont aérés au moins 15 minutes le matin avant l’arrivée des élèves, pendant chaque récréation, pendant les intercours, au moment du déjeuner et pendant le nettoyage des locaux. Une aération d’au moins 5 minutes doit également avoir lieu toutes les heures. Lorsque le renouvellement de l’air est assuré par une ventilation, son bon fonctionnement doit être vérifié et son entretien régulier doit être réalisé.
La mesure de la concentration en CO2 à l’aide de capteurs permet d’évaluer facilement le niveau de renouvellement d’air. Il est recommandé d’équiper les écoles et établissements scolaires de capteurs mobiles afin de déterminer la fréquence d’aération nécessaire pour chaque local ou pour contrôler le bon fonctionnement de la ventilation mécanique dans les bâtiments où l’ouverture des ouvrants est déconseillée voire impossible."

Toutes ces consignes ne deviendraient-elles pas quasi toutes inutiles si un purificateur d'air était installé ? 

Le Haut Conseil de la Santé Publique a été sollicité pour faire part de ses observations sur des documents du ministère chargé de la santé déclinant opérationnellement les recommandations relatives à l’aération/ventilation et aux purificateurs d’air.
Leur réponse : "Ces stratégies d’aération et de ventilation et d’utilisation éventuelle et maîtrisée d’unités mobiles de purification de l’air participeront à la maîtrise du risque de transmission du SARS-CoV-2 en cette période de réouverture d’établissements recevant du public dans lesquels le respect de l’ensemble des mesures barrières en fonction de l’activité ne sera pas toujours possible (distance interindividuelle ou port de masque)"

Mais déjà que le ministère semble suggérer que les établissements scolaires doivent s'occuper aux-même de l'acquisition de capteurs de CO2, il parait évident que seul le coût des purificateurs d'air lui pose problème et que les macronistes préfèrent clamer que l'idée est farfelue !

Le Conseil Constitutionnel tranchera sur nombre de dispositions prises par le gouvernement. Espérons qu'il gardera les yeux et l'esprit ouverts et contrera les projets autoritaires de la Macronie. 

Sources :
Interview de Jean-Michel Blanquer sur FranceInfo
Ministère de l'éducation : annee-scolaire-2021-2022 protocole sanitaire
900 médecins scolaires pour environ 12 millions d’élèves en France
Haut Conseil de la Santé Publique : Aérer, ventiler, purifier
Autotests : les enfants de moins de 15 ans peuvent les utiliser
HAS : Tests anigéniques en milieu scolaire

Cet article est publié sur l'espace blog de Médiapart qui est indépendant de la rédaction de Médiapart. L'article est donc en lecture libre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.