Hotspots : des "centres de tri et d'enregistrement" aux centres de détention

En Grèce, depuis la signature de l'accord UE-Turquie du 18 mars 2016, les hotspots, de "centres de tri et d'identification" devant permettre la relocalisation sont devenus des centres de détention fermés.

Lire le billet de Migreurop d'août 2015 Avec les "hotspots", l'UE renforce sa politique de refoulement des boat people

Actualisation

- 22 mars 2016 Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR, Le HCR redéfinit son rôle en Grèce après l'entrée en vigueur de l'accord UE-Turquie) et Médecins sans frontières (MSF "Greece: MSF ends activities inside the Lesvos “hotspot”") se retirent des hotspots grecs en dénonçant leur transformation en lieux de détention

 - Depuis la signature de l'accord UE/Turquie le 18 mars 2016, les hotspots grecs, de "centres d’enregistrement et d’identification pour les réfugiés", sont devenus des camps fermés qui s'apparentent à des centres de rétention

- 30 décembre 2015 MSF se retire du hotspot de Pozzallo (Sicile) en dénonçant les conditions indignes qui y règnent "Italy: MSF ends activities in Pozzallo reception centre"

- 27 août 2015 Fabrice Leggeri, directeur exécutif de Frontex, précise dans un entretien au Figaro « L'urgence va à la mise en place effective de centres d'accueils (hotspots), comme à Catane en Sicile et bientôt au Pirée, en Grèce. L'état membre y recoit l'aide opérationnelle conjointe de Frontex et d'autres agences pour l'audition, la prise d'empreintes, l'identification des nouveaux arrivants, et aussi pour la lutte contre le crime organisé et les réseaux de trafiquants. C'est ce tri qui permet d'établir ceux qui relèvent du droit d'asile et ceux qui sont des migrants irréguliers, qui devront être « éloignés », c'est-à-dire renvoyés chez eux. [...] Avec la Commission, nous travaillons à élargir la mission de Frontex, pour plus de souplesse à notre propre initiative. Il faut pouvoir éloigner rapidement les déboutés du droit d'asile, et pas seulement de Grèce et d'Italie. » 

- 26 août 2015 Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur français, et Antonio Gutteres, Haut Commissaire de l'ONU pour les réfugiés, appellent à créer d'urgence des hotspots. L'un laisse pourrir, avec les anglais, la situation à Calais, tandis que l'autre affirme que « ce n’est pas en élevant des murs que nous règlerons le problème des migrants » et réclame davantage d’humanité dans la gestion de la crise migratoire (RFI Migrants: le HCR et Cazeneuve appellent à créer des « hotspots »).

- 25 août 2015 Natacha Bertaud, porte-parole de l'exécutif européen, indique que l’Union est prête à mettre en place un centre d’accueil européen en Hongrie, tel qu’il en existe déjà un à Catane, en l’Italie et bientôt au Pirée, en Grèce (La Libre Belgique Crise migratoire: l’Europe, entre volontarisme et panique).

- Fin juillet 2015 on apprend que le CIE (Centre d'Identification et d'Expulsion) de Milo (Trapani-Sicile) change de destination pour devenir à partir du 1er août un « hotspot » pour l'identification des migrants. Dans la structure, qui a une capacité de 408 places, se dérouleront les procédures de photo-signalement et de prise d'empreinte des migrants qui seront amenés au port de Trapani. Précisions de Leopoldo Falco, préfet de Trapani : « Dans l’immédiat nous aurons plus de 200 places, pour arriver ensuite à 400. Ce type de centre est conçu, comme prévu par l'Agenda européen sur la migration (de la Commission européenne), pour vérifier dans les 72 heures après l'arrivée si les migrants peuvent présenter une demande de protection internationale ou s'il faut procéder à leur expulsion. Dans le hotspot seront présents des fonctionnaires de l'European Asylum Support Office, de Frontex, d'Europol et d'autres personnels des forces de l'ordre locales. ».

Mais l'ouverture est reportée: l'ASGI dénonce des violations des droits de l'homme à la suite d'irrégularités dans la procédure d'expulsion de 116 marocains. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.