À Berlin, on jubile, à Paris on est triste, à Marseille on est c…

Lorsqu’elle se déchaîne, la bêtise humaine n’a pas de limite

J’aime le foot. Je n’aime pas le fric du foot. Ces salaires indécents me font gerber, qu’ils soient distribués à Marseille, à Paris ou au Mexique. Mais la bêtise humaine me laisse sans voix. Se réjouir de la défaite du PSG n’est rien moins que le degré zéro de la connerie, ne grandit ni les joueurs et les supporters qui se laissent entraîner sur cette pente et salit ce beau sport qu’est le football. Le club de la capitale a perdu un match, il a eu le mérite de parvenir en finale ; ses vedettes ont failli, c’est la  « glorieuse incertitude du sport » elles feront mieux la prochaine fois. 

Il y a plus important, plus grave, plus essentiel pour notre pays. Il y a ces tags à Oradour, il y a la peste brune à nos portes, il y a le laisser faire des autorités, il y a notre liberté en danger... Beaucoup de raisons pour s'engager dans le combat électoral qui vient . Alors le foot… 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.