Affaire Yann MOIX, mon parti pris

Dans cette affaire MOIX, qui croire ? Écoutant parler Yann Moix depuis des années sur les ondes, il n'y a pour moi aucun doute : « Yann Moix est incapable de la moindre violence »

Dans cette affaire MOIX, qui croire ?

Écoutant parler Yann Moix depuis des années sur les ondes, il n'y a pour moi aucun doute :

« Yann Moix est incapable de la moindre violence »

EXCLUSIF. Marie-Pierre Lamouroux, amie et ex-compagne de Yann Moix, répond à la polémique qui oppose l'écrivain à une partie de sa famille.

"Marie-Pierre Lamouroux a été la compagne de Yann Moix de 2012 à 2015. Et elle est choquée par la polémique qui entoure Orléans (Grasset), le nouveau livre de l'écrivain, dans lequel il raconte une enfance martyrisée. Depuis, le père de Yann Moix a démenti les faits. Et son frère, Alexandre, s'est fendu d'une lettre ouverte où il accuse son aîné d'avoir été son bourreau lorsqu'il était enfant. Dans ce témoignage au Point, cette mère de deux enfants, que l'écrivain avait déclaré avoir emmenée en Corée à la recherche de sa mère biologique, défend son ex-compagnon, incapable selon elle de la moindre violence, et qui a écrit ce livre non « pour nuire à ses parents, mais par besoin d'évacuer ce passé ».

« Pour moi, la polémique est honteuse et absurde. J'ai du mal à comprendre ce déballage familial. C'est nier une nouvelle fois ce qu'il a pu vivre. Il doit justifier son statut de victime ! C'est une double peine : souffrir dans l'enfance, et ensuite devoir se justifier.

Je connais Yann depuis sept ans, je sais qu'il est incapable de la moindre violence. Nous avons vécu ensemble une relation qui a duré trois ans et s'est terminée il y a quatre ans. Depuis, c'est un ami proche. Il n'y a pas une once de méchanceté en lui. Il avait déjà parlé des sévices dont il a souffert pendant son enfance dans Panthéon. Ni son père ni son frère n'étaient intervenus, pourquoi le font-ils aujourd'hui, si ce n'est pour lui nuire ? Maintenant, sa famille le fait passer, non pour la victime qu'il a été, mais pour un bourreau. Je l'ai eu au téléphone, c'est horrible à vivre pour lui.

Lire aussi Yann Moix : les violentes accusations de son frère Alexandre

C'est quelqu'un qui prend fait et cause pour l'enfance maltraitée

Je n'ai jamais rencontré sa famille. Déjà à l'époque où nous étions ensemble, il avait coupé les ponts et ne voulait absolument pas que ses parents se mêlent en quoi que ce soit à sa vie. En revanche, il connaît très bien mes deux enfants. Il a eu beaucoup de mal à se construire avec le poids de ce qu'il a souffert. Mais avec les enfants, et en particulier les miens, il était adorable, et d'une patience d'ange. Je le sais incapable de faire du mal à un enfant. Il est d'une douceur immense. Quand vous faites partie de son cercle proche, il est toujours là pour vous, toujours soucieux de savoir si vous allez bien. C'est quelqu'un qui prend fait et cause pour l'enfance maltraitée. Ayant moi-même été victime de violences durant mon enfance, je sais qu'il m'a écoutée d'une façon qui n'était possible qu'à une autre victime. Je l'ai vu avec les miens, il adore les enfants, même s'il n'en a pas eu lui-même. C'était trop lourd pour lui à porter. Il est très difficile de devenir parent quand on n'a jamais connu des parents dignes de ce nom, c'est-à-dire garants de paix et de stabilité.

Ce livre, il avait besoin de l'écrire. Il ne l'a pas sorti pour nuire à ses parents, mais par besoin d'évacuer tout ça. J'ai pleuré quand j'ai lu Orléans. C'est déjà douloureux à lire quand on ne connaît pas Yann, mais pour moi, à qui il avait déjà raconté ces sévices, c'était particulièrement difficile. Orléans est un chef-d'œuvre, et la polémique ne doit pas le faire oublier. »"

--------------------

------------------------

Après les accusations de son frère Alexandre, deux amis de Yann Moix se souviennent dans « Paris Match » de leur enfance avec l'écrivain.

"La fin de ce mois d'août voit surgir une polémique aussi violente que douloureuse à l'intérieur de la famille Moix, polémique qui fait de chacun de nous des voyeurs impuissants. C'est en effet au tour de deux amis d'enfance de Yann Moix, comme ils se décrivent, de prendre la plume dans Paris Match pour défendre l'écrivain. Au départ de ce règlement de comptes familial, Orléans, le dernier livre de Yann Moix, présenté par l'auteur comme « un roman d'humiliation ». Il y raconte son enfance de la maternelle à la fin du lycée, décrivant des actes de violence de la part de ses parents. Des faits qui sont contestés par son père et plus récemment par son frère, qui a publié une tribune dans Le Parisien, affirmant que lui, le cadet, était en réalité le martyre de son aîné. Dans leurs témoignages à l'hebdomadaire (où Yann Moix collabore régulièrement), les deux copains d'école répondent directement aux accusations d'Alexandre Moix.

Le premier ami à le défendre connaît Yann Moix « depuis toujours » et explique avoir fait toute sa scolarité à ses côtés. Revenant sur les propos tenus par le cadet de la fratrie, il pense que ce dernier « éprouve un véritable ressentiment envers Yann ». Que l'écrivain « n'ait pas été tendre avec lui, je peux le croire. Leur père ne battait que Yann, et peut-être qu'en retour, lui se vengeait. Mais je n'ai jamais assisté chez eux à pareille scène », précise-t-il. Dans sa lettre ouverte, Alexandre Moix accuse en effet son grand frère de lui avoir fait subir « vingt ans durant des sévices et des humiliations d'une rare violence de sa part. Ceux-là mêmes qu'il décrit dans son roman, en les prêtant à [leurs] parents ».

Lire aussi Yann Moix : les violentes accusations de son frère Alexandre

Concernant Alexandre, né quatre ans après son frère, l'ami de Yann Moix concède qu'ils n'ont jamais été dans le même établissement scolaire. Il a donc « perçu plus tard » ce qu'il qualifie de « haine entre eux ». « Alexandre, son véritable frère, je le connais, mais on ne se parle jamais », explique de son côté le deuxième ami de Yann Moix à prendre la plume et qui le connaît depuis l'école primaire. « Yann et lui se sont toujours détestés. Je n'ai jamais eu vent que Yann l'ait maltraité. Je crois qu'Alexandre cherche surtout à défendre ses parents. Je crois qu'il en veut à Yann de l'avoir éclipsé. Et que Yann lui en veut de l'avoir souvent dénoncé à son père, provoquant sa colère et les coups », ajoute-t-il.

« Ses cris, ses hurlements déchirants, les coups et les insultes »

Les deux amis de Yann Moix en sont persuadés, l'écrivain a connu des violences de la part de ses parents dans son enfance. « La peur de Yann était palpable. Il marchait en permanence sur des œufs », écrit l'un d'eux, affirmant que « la fureur de son père dont [il a] été parfois témoin [...] se lisait sur son visage ». « Moi, je sais et je peux témoigner, que malgré le succès, qu'on aime Yann Moix ou qu'on ne l'aime pas, ce qu'il a vécu enfant a entièrement gâché sa vie », affirme son autre ami. L'un d'eux évoque notamment la présence d'« un martinet » dans la cuisine de la famille Moix et dont la mère de l'écrivain « aimait bien [se] servir ». « Je me souviens que ma mère appelait le père de Yann pour excuser ce dernier du moindre retard, parce qu'il redoutait d'être battu. Nous savions qu'il ne fallait pas faire de vague, que sinon comme il disait une rouste l'attendait », ajoute celui qui le connaît depuis l'école maternelle. Il explique se souvenir d'une phrase que Yann Moix enfant aurait souvent prononcée : « Si mon père apprend ça, il va me mettre une raclée. »

Le second ami d'enfance, qui explique qu'il était également son voisin, affirme qu'il « guettait » le soir le retour du père de Yann Moix, « qui rentrait tard, souvent après 22 heures, parfois même à minuit ». « Yann l'ignorait, mais inquiet pour lui, je collais l'oreille à leur porte et j'entendais ses cris, ses hurlements déchirants, les coups et les insultes de son père qui pleuvaient », affirme-t-il. Il précise que « le lendemain, immanquablement, [il] repérai[t] les marques violacées sur ses bras, ses cuisses, son dos, des traces de lacération, parfois des bleus sur son visage ».

« Yann m'a tout raconté de ses supplices »

Les deux amis s'accordent sur un point : Yann Moix pouvait être un enfant « turbulent », qui énervait ses enseignants par son « côté agaçant ». Mais, pour autant, l'un d'eux estime que les faits dénoncés par l'écrivain « sont connus et n'ont jamais été démentis avant, alors que Yann les a souvent évoqués dans ses précédents livres [...] sans que personne de son entourage ne s'insurge ». Rappelant qu'Orléans est un roman et pas un récit autobiographique, un de ses amis affirme avoir découvert en le lisant « cet épisode où son père l'abandonne la nuit dans les bois » mais savoir déjà « tout le reste ». « Vers l'âge de 30 ans, un jour, Yann m'a tout raconté de ses supplices. Et cela ressemblait à Orléans », conclut-il.

Lire aussi Accusés de maltraitance, les parents de Yann Moix répondent

Dans un entretien accordé à La République du Centre, le père de Yann et d'Alexandre Moix a réfuté en bloc les accusations portées par son fils aîné dans son roman. Il reconnaît avoir été « strict » et avoue avoir infliger « une bonne paire de claques » à son fils aîné lorsqu'il a « tenté de défenestrer son frère du premier étage » ou qu'« il a mis la tête d'Alexandre dans les WC et a tiré la chasse d'eau », deux épisodes qu'Alexandre Moix évoque dans sa lettre ouverte au Parisien. José Moix affirme également avoir accompagné Yann à différentes périodes de sa vie, expliquant avoir « acheté un appartement à Paris pour qu'il loge le temps de ses études » et avoir « payé son loyer et ses charges jusqu'à au moins ses 30 ans ».

Yann Moix n'a pas encore réagi aux propos de son père et de son frère. En pleine promotion d'Orléans, il devrait être l'invité de Laurent Ruquier dans On n'est pas couché samedi 31 août, émission dont il a été chroniqueur durant trois ans."

(Ces deux articles relevés sur Le Point.)

.

Affaire Yann Moix : "Il y a une très grande vérité dans ce texte", affirme son éditeur

Affaire Yann Moix : "Il y a une très grande vérité dans ce texte", affirme son éditeur © Olivier Nora

 

Yann Moix au bord des larmes face à Marc Lavoine dans « On n’est pas couché »

Marc Lavoine - On n'est pas couché 2 juin 2018 #ONPC © Yann Moix - Marc Lavoine

 .

Pour ma part, donc, c'est avec grand intérêt que je vais lire "Orléans", le dernier roman de Yann Moix dont on dit déjà que c'est un chef-d'oeuvre.

Mais Yann Moix n'est pas un homme complaisant et faisant souvent preuve d'un immense humour ou ironie mordante, que je considère donc, depuis toujours que je l'écoute, comme étant d'une intelligence supérieure voire frôlant souvent le génie, et d'une immense humanité.

.

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.