Une femme rossignol

Cecilia Bartoli, une cantatrice à la voix de passereau.

"Viva Vivaldi!" - Cecilia Bartoli & "Il Giardino Armonico".

"Viva Vivaldi!" - Cecilia Bartoli & "Il Giardino Armonico". © Vivaldi - Cecilia Bartoli

.

Il Giardino Armonico (en français Le Jardin harmonieux) est un ensemble musical italien de musique baroque et l’un des pionniers de l’interprétation avec l'utilisation d'instruments anciens.

-------------------

Antonio Lucio Vivaldi

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Vivaldi en 1725
Gravure sur cuivre de François Morellon de La Cave

Antonio Vivaldi (Antonio Lucio Vivaldi, prononciation : [ãntonjo lusio vivaldi]), né le 4 mars 1678 à Venise et mort le 28 juillet 1741 à Vienne, est un violoniste et compositeur de musique classique italien1. Il était également prêtre de l'Église catholique.

Vivaldi a été l’un des virtuoses du violon les plus célèbres et les plus admirés de son temps (« incomparable virtuose du violon » selon un témoignage contemporain)R 1 ; il est également reconnu comme l’un des plus importants compositeurs de la période baroque, en tant qu'initiateur principal du concerto de soliste, genre dérivé du concerto grosso. Son influence, en Italie comme dans toute l’Europe, a été considérable, et peut se mesurer au fait que Bach a adapté et transcrit plus d’œuvres de Vivaldi que de n'importe quel autre musicien.

Son activité s’est exercée dans les domaines de la musique instrumentale, particulièrement au violon mais également dédiée à une exceptionnelle variété d'instruments, de la musique religieuse et de la musique lyrique ; elle a donné lieu à la création d’un nombre considérable de concertos, sonates, opéras, pièces religieuses : il se targuait de pouvoir composer un concerto plus vite que le copiste ne pouvait le transcrire2.

Prêtre catholique, sa chevelure rousse le fit surnommer il Prete rosso, « Le Prêtre roux ».

Aujourd’hui, certaines de ses œuvres instrumentales et notamment les quatre concertos connus sous le titre « Les Quatre Saisons » comptent parmi les plus populaires du répertoire classique.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antonio_Vivaldi

----------------------

Cecilia Bartoli

Cecilia Bartoli, née le 4 juin 1966 à Rome, est une cantatrice mezzo-soprano italienne.

Les chefs d’orchestre, tels Herbert Von Karajan, Daniel Barenboim ou Nikolaus Harnoncourt, ont été les premiers avec lesquels Cecilia Bartoli a travaillé.

Cecilia Bartoli chante régulièrement dans les plus importantes salles de concert d’Europe, des États-Unis et du Japon.

Biographie

De l'enfance au succès

Cecilia Bartoli est la deuxième enfant de Pietro Angelo Bartoli et Silvana Bazzoni Bartoli ; elle a un frère aîné1, Gabriele, et une jeune sœur, Federica.

Toute petite, Cecilia est bercée par la musique classique. Ses deux parents sont artistes lyriques et sa mère devient son professeur de chant1. Elle s’est écartée, avec le temps, du répertoire traditionnel pour s’intéresser à des compositions musicales lyriques atypiques et demandant un très grand entrainement vocal2.

À neuf ans, Cecilia fait sa première apparition dans un spectacle public, en tenant un petit rôle dans une représentation de Tosca de Giacomo Puccini. En entendant sa voix, ses parents décident de l’inscrire au conservatoire Sainte-Cécile à Rome, où elle se distingue très vite par sa maturité vocale, si bien qu’à l’adolescence, elle possède déjà un registre musical étoffé3.

Cependant, la première passion de Cecilia n’est pas le chant lyrique mais le flamenco3. C’est à l’âge de 14 ans qu’elle commence à prendre des cours de flamenco avec une professeure andalouse et à se produire sur scène dans un groupe de danse en dépit de la réticence de ses parents à l'idée de la voir embrasser une telle carrière3. Cecilia Bartoli est pourtant fascinée par la musique et la sensualité que dégage cette danse3. Elle reconnaît encore aujourd’hui que, grâce à ses cours de flamenco, elle a eu un avantage sérieux lors de ses premières prestations à l’opéra car elle a appris à se déplacer tout en chantant3. Sa passion pour le flamenco reste toujours intacte3.

À seize ans, Cecilia Bartoli met sa carrière de danseuse entre parenthèses et se concentre avec sa mère sur sa voix et sur le chant lyrique3. Elle suit alors des cours au conservatoire Sainte-Cécile, d’où elle sort diplômée. Cette rapidité d’évolution artistique lui permet de se faire connaître avant même l'âge de vingt ans.

En 1987 — elle n’a alors que 21 ans —, Cecilia Bartoli se fait connaître en France lors d'un concert organisé par l'Opéra national de Paris en hommage à Maria Callas et diffusé sur Antenne 2, le 16 septembre 1987 (date des 10 ans de la mort de la soprano) dans une émission animée par Ève Ruggiéri, puis en Italie, lors d’une apparition dans l'émission de télévision Fantastico2.

Carrière musicale

En 1988, Cecilia Bartoli interprète le rôle de Rosina dans Le Barbier de Séville de Rossini à Hambourg en Allemagne. Elle collabore ensuite avec les chefs d'orchestre Herbert Von Karajan et Daniel Barenboïm qui l'ont remarquée, un an auparavant, lors de l'émission de télévision dédiée à Maria Callas. Elle interprète, la même année, le rôle de Chérubin dans Les Noces de Figaro de Mozart, à Zurich en Suisse. C'est alors que cette cantatrice mezzo-soprano prend la décision de se concentrer sur des rôles d'oeuvres de Mozart pour développer sa carrière internationale.

Deux années plus tard, Herbert von Karajan invite Cecilia Bartoli à chanter la Messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach au festival de Pâques de Salzbourg en Autriche. Cependant, la mort du chef d'orchestre empêche le projet d'aboutir. Elle travaille aussi avec Daniel Barenboïm sur le cycle Da Ponte de Wolfgang A. Mozart et sous la direction de Nikolaus Harnoncourt.

En 1996, Cecilia Bartoli débute au Metropolitan Opera dans le rôle de Despina dans Così Fan Tutte de Mozart. Puis l'année suivante, elle chante dans La Cenerentola de Gioachino Rossini. Elle est considérée par la critique musicale comme une « petite voix » comparativement à la salle du Metropolitan Opera, la plus grande du monde, et des rumeurs circulent sur le fait que la direction du Metropolitan Opera aurait caché un microphone sur la cantatrice pour amplifier sa voix ce qui fut immédiatement démenti.

Cecilia Bartoli se consacre, en 2008, au début du XIXe siècle, ère du romantisme et du bel canto italien, et notamment à la légendaire cantatrice Maria Malibran, lui dédiant une tournée en hommage. Lors du 200e anniversaire de la naissance de « la Malibran », le 24 mars 2008, Cecilia donne trois concerts en une seule journée, dont une version intégrale de La Cenerentola de Rossini, à la salle Pleyel à Paris, ville natale de la Malibran.

En octobre 2009, Cecilia Bartoli sort l'album Sacrificium, qui raconte l’histoire des castrats dans toute sa complexité alliant beauté et cruauté et qui fait l'apologie de l’école napolitaine de musique d'où sont sortis les castrats de très grande renommée comme Farinelli et Gaetano Caffarelli.

Depuis quelques années, Cecilia Bartoli se concentre sur des projets musicaux menés avec des orchestres d’instruments anciens, avec l'aide de l’Akademie für Alte Musik Berlin, des Arts Florissants, du Concentus Musicus Wien, du Freiburger Barockorchester, du Giardino Armonico, du Kammerorchester de Bâle, des Musiciens du Louvre, de l’Orchestra of the Age of Enlightenment et de l’orchestre La Scintilla. Ces projets avec orchestre dont elle assume la responsabilité ont pris de plus en plus d’importance dans sa vie notamment les programmes développés et interprétés en parallèle avec l’orchestre philharmonique de Vienne.

En 2012, elle est la nouvelle directrice artistique du festival de Pentecôte de Salzbourg4.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cecilia_Bartoli

.

Dernier enregistrement de Cecilia Bartoli (2018) : Vivaldi : Il Giustino

Vivaldi: Il Giustino, RV 717 / Act 2 - "Vedrò con mio diletto" © Vivaldi - Cecilia Bartoli

.

 Rossignol

Chanter Thrush Nightingale Luscinia luscinia sur fond vert. Près de Moscou, Russie Banque d'images

C'est le passereau qui est le plus mentionné et célébré, sous forme allégorique, dans la littérature et les chansons de tous les temps. Il symbolise le jaillissement du printemps, le lyrisme, l'exaltation amoureuse. C'est l'éclat de son riche et vigoureux chant qui lui a donné exclusivement cette place dans l'imaginaire des hommes.


En effet, son plumage est terne et discret au point qu'assez peu de personnes l'ont aperçu. A peine plus grand que le moineau, notre rossignol philomèle ( remplacé en Europe centrale par son cousin le rossignol progné ) a le dessus brun uniforme, le dessous gris beigeâtre et la queue rousse. De plus, il se tient toujours sous le couvert des buissons et fourrés. Pour l'observateur, il est même agaçant de ne pas pouvoir le repérer alors que son chant tonitruant la situe à quelques mètres seulement.


Roulades, trilles, crescendo flûtés, murmures, gloussements et brefs arrêts se succèdent rapidement de façon nuancée, limpide et variée. Du point de vue purement mélodique, le rossignol a de sérieux émules qui l'égalent, voire le dépassent à ce titre:le merle noir, la rousserolle verderolle, la grive musicienne, la fauvette à tête noire et l' Hypolaïs polyglote,


Mais le rossignol chante aussi la nuit. Alors soliste à la voix qui porte très loin, il a le don d'impressionner vivement les hommes pendant ces heures propices au calme, à la détente et à la rêverie. Encore plus invisible dés lors, il gagne en mystère, ce qui contribue grandement à son prestige sans partage.

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.