"Et d'une raillerie a-t-on lieu de s'aigrir."

Alors, évidemment, il y a ceux qui ne rient jamais. Les très sérieux - ceux qui pensent que le rire est presque une insulte face à ce monde où règne tant de souffrance, et qu'il n'y a vraiment pas de quoi rire... Donc les esprits de sérieux qui pensent que le rire serait presque une obcénité, et qui, pour faire taire l'homme joyeux, lui dira : Riez, riez, mais "rira bien qui rira le dernier"...

Car aujourd'hui, ne sommes-nous pas entrés dans une ère où il nous faudrait absolument éviter de simplement prononcer tel ou tel mot qui serait dorénavant à proscrire - dans l'ère des rabats-joie donc, ne supportant plus le moindre écart de langage, la moindre spontanéité ? Car l'ère n'est plus - il faut bien en convenir -, à la franche rigolade, mais plutôt à la police de la pensée...

Pierre Desproges et son sketch hilarant sur les Juifs, ou Coluche sur "les flics", seraient-ils encore admis ou tolérés aujourd'hui ?

Et les femmes, dans tout cela, capables de nous faire nous gondoler ? Heureusement, il y a, depuis peu, une Blanche Gardin qui n'a pas les mots dans sa poche...

Mais où sont donc passés, en France, les beaux esprits et leurs bons mots, leurs mots d'esprit ?

Car Attention, nous dit Nietzsche : "Il y en a qui tiennent pour vertu de dire : "La vertu est nécessaire" ; mais au fond ce qu'ils croient c'est que la police est nécessaire."

Cependant, il ne faudrait quand même pas « parler en jouissant » : (car) voilà ce que personne ne peut s'empêcher d'éprouver, mais qu'il est interdit d'accepter. », nous avertit Philippe Sollers. 

Et pourtant, serait-il interdit de rire à fond ?

Et Charlie Chaplin n'a-t-il donc pas raison de dire qu'"Une journée sans rire est une journée perdue" ?

Et, comme l'écrit Jean Cocteau : "La faculté de rire aux éclats (n'est-elle pas) la preuve d'une âme excellente" ?                                         

Pour ceux, donc, qui ne sont pas trop sérieux ou trop tristes ou trop stressés ou trop sombres pour rire souvent spontanément et de bon coeur, quelle est donc leur (ou notre) façon de rire ?

Car il y a le rire franc, le rire bon enfant, mais aussi le rire sarcastique, le ricanement, le rire carrément méchant, et le rire gras, le gros rire, le rire niais...

(dans quelles catégories plaçons-nous donc ces "smileys" smile wink laughing cool...)...

Il y a donc l'ironie, sans éclat de voix, et il y a la raillerie ou la moquerie ; le sourire ironique donc ou le rire se voulant piquant...

Et l'on peut donc éclater de rire ou rire aux éclats, se tordre de rire, avoir des fous rires ou rire sous cape ou être plutôt pince-sans-rire ; avoir toujours le mot pour rire (Pourrir ? - pourrir, vous voulez rire ?...)

"L'essentiel est de fuir les sots et de nous maintenir en joie.", nous dit Stendhal.  Et "Le plus beau des courages est celui d'être heureux.", rajoute Sollers. Quand Spinoza, lui, écrit  : "Si vous voulez que la vie vous sourie, apportez-lui d'abord votre bonne humeur."

Ou rire pour ne pas désespérer.

"L'homme souffre si profondément qu'il a dû inventer le rire.", dit Nietzsche, et “L'humour est la politesse du désespoir.”, écrit Georges Duhamel. Le docteur Freud en conclura donc que « L’humour ne se résout pas, il défie. »...

... quand Philippe Sollers aura peut-être le mot de la fin, avec son : "Sans humour, pas d'amour."

Et voici donc quelques nouvelles citations qui vont peut-être nous dérider...

« On ne peut pas tout avoir, je l’ai souvent remarqué. »

                                                           Samuel Beckett

""Il était tellement heureux qu'il aurait donné de l'argent à un pauvre."

                                                       Flaubert

« Tant que l’homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté. »

                                               Woody Allen

"Être un couple, c'est ne faire qu'un. Oui, mais lequel ?"

                                                    Oscar Wilde

"Je suis bien content que le gouvernement fasse ce qu'il faut malgré ma désapprobation."

                                                           Xavier Gorce

« Tout cela est fort beau, mais j’ai du mal à croire que je descends d’une morue. »

                                                                     Voltaire

« Qui vole un bœuf est vachement musclé. » 

                                                  Chaval

 « J'ai vu qu'il n'y avait rien à gagner à être modéré, et que c'est une duperie. Il faut faire la guerre et mourir noblement sur un tas de bigots immolés à mes pieds. »

                                  Voltaire

 « Elle avait un nez admirable, celui de son père, il était chirurgien esthétique. »

                                                 Groucho Marx

« Les chiffres sont accablants : il y a de plus en plus d'étrangers dans le monde »

                                                            Pierre Desproges

"La mort de cet homme que j'ai tant désiré.

La mort de cet homme, que j'ai tant désirée."

 

"Noël au scanner, Pâques au cimetière"
                             
                                           Pierre Desproges

"La mer : une telle quantité d'eau frise le ridicule."

                                          Henri Monnier

Et, finalement...

Votre prochain atelier de Rigologie, Samedi 18 mai à 14h15 |

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.