Lettre ouverte à Mediapart : les raisons de mon départ

Ce billet est principalement adressé à la direction de Mediapart - Edwy Plenel, Marie-Hélène Smiéjan, et Laurent Mauduit.

Mais aussi à la direction du Club par Guillaume Chaudet Foglia, Sabrina Kassa et Ana Ferrer.

--------------------

Mon départ, je l'ai annoncé à plusieurs reprises, et mon abonnement devait prendre fin, quand un ami m'a encore fait cette délicatesse de m'offrir un nouvel abonnement pour trois mois.

Mais lorsqu'il nous est donné de lire des commentaires comme ceux-ci...

"P..., cacochyme d'urinoir à la sortie des meetings lepénistes où s'agglutinent les dégénérés et autres aristos qui ont déjà goulûment sucé les nazis."

"Les leçons d'une sale pétainiste parlant de "l'anti-France", je ne me torcherais pas avec, j'aurais trop peur d'un Tchernobyl anal."

"Vaut mieux être un poulet qu'un poux laid acclamée par une aristo dégoutée de la vie."

"Crame tes pustules avant de m'adresser la parole."

"Faladé, t'as que ça en magasin, Du Barry ?"

"Dit plus Nanaje, cacochyme ? Trouve plus ses gouttes ? Son clébard lui a pissé dessus ?"

"Je t'emmerde, Onfray. T'es venu étaler ta bouse sous mon billet. Rien à voir avec A.... Du reste, t'es trop con avec tes billets digne d'un teubé de 14 ans."

... il ne nous est tout simplement plus possible d'accepter de continuer de soutenir un journal et un club dont la charte est pourtant claire quant aux insultes, injures à tout-va, allégations mensongères, diffamations, grossièretés, obcénités, trivialité, scatologie, crachats, haine - absolument interdits.

Lisant ces commentaires, plus ignobles les uns que les autres, j'avais donc écrit un billet d'alerte adressé à la "Modération" - mon billet ayant, à juste titre été dépublié, puisque tous ces commentaires infâmes ont été dépubiés (sauf un, où l'on me traitait encore de "Pétain" et où il m'aura encore fallu insister pour le faire dépublier.

Mais ces insultes sont-elles tolérables pour le débat public, l'image et la dignité des personnes ? Et quel niveau de violence !

Mais la vraie question qui se pose est : Comment se fait-il qu'un tel cortège de violations de la charte n'entraine même pas une simple suspension d'un mois des droits de participation ? Et expulsion, si récidive ?

Le problème que je vois, pour ce qui me concerne et concernant un certain nombre d'autres abonnés, c'est la "Modération" de Mediapart qui m'apparaît être à géométrie variable, où certains ont donc le droit d'insulter les autres, ou de les harceler, dès lors qu'ils sont dans la ligne très mainstream de Mediapart. Car dans le cas de cet insulteur, cela fait des années que cela dure.

Car quant au harcèlement dont je suis aussi victime par une autre personne (ne donc pas confondre les deux) et qui est un délit et contrevenant à la charte, et qui m'oblige dorénavant à devoir fermer tous mes billets aux commentaires, pour éviter cet autre individu venant continuellement derrière moi, s'en prenant exclusivement à ma personne - ad personam - pour tenter de faire mon procès et médire sur mon compte, et dont les commentaires sont plus que glauques -, j'ai beau alerter, mais rien n'y fait.

Mon nouvel abonnement prenant donc fin le 18 juillet 2020, ne pouvant tout simplement plus accepter de tels outrages m'ayant été fait, et de devoir côtoyer de tels individus, et sans que Mediapart ne dise finalement rien, je ne le renouvellerai pas.

En vous souhaitant donc, chers Edwy Plenel, Marie-Hélène Smiéjan, Laurent Mauduit, Guillaume Chaudet Foglia, Sabrina Kassa et Ana Ferrer, de rester en de si bonnes (et si nobles) compagnies.

P.-S. : Et puis à quoi bon tenir un blog, alors que nos billets n'obtiennent aucune visibilité, puisque jamais sélectionnés ? 

P.-SS. : je ne nomme pas "nommément" l'individu en question, et si d'aucuns viennent ici commenter, il serait vraiment préférable de ne pas le nommer - ce serait lui faire encore une publicité. Ce sont ses insultes (ces propos abjects) - et seulement celles-ci-, que j'ai voulu ici rapporter, afin que des prises de conscience puissent avoir lieu, sur ce qu'il ne faille plus tolérer.

P-SSS. : Ceux qui me connaissent, connaissent mon humour... Et s'il y a du vrai que je reconnais avec humour dans ce que me lance ce monsieur X, c'est lorsqu'il m'appelle "Du Barry", puisque je suis effectivement descendante de Louis XV... Sauf que je préfère quand même avoir hérité de la vraie noblesse (de coeur) de mon père, que d'une certaine barbarie.

P.-SSSS.: Je reviendrai encore sur Mediapart, pour annoncer la publication - que j'espère -, de mon prochain livre (un récit autobiographique de mes trente années d'analyse) (mon blog me servant surtout à le diffuser sur Twitter, où je suis souvent suivie par 200 lecteurs). A moins que Mediapart considère qu'il s'agisse là de "réclame" (publicité), interdite par la charte. Et il faudra alors m'expliquer pourquoi "Les 72 Immortelles" de Jean André Chérasse, dont Vingtras nous fait part si souvent, (et que j'approuve), sont acceptées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.