Beaucoup mieux que tous nos faux discours, écoutons plutôt Jacques Weber parler

Beaucoup mieux que tous nos faux discours, écoutons plutôt Jacques Weber parler...

Qui nous parle sur Radio Classique, dans l'émission Passion Classique du 18 mars dernier, interviewé par Olivier Bellamy...

https://data.radioclassique.fr/download/Podcasts/Passion_Classique_du_18-03-2019_18h01.mp3

Où il sera question de son livre "L'Entrée des mots" ( L'Observatoire )

L'Entrée des mots par Weber

Jacques Weber

La littérature a commencé pour moi dans les pages d’une bondieuserie bon marché. Plus tard, la lumière a jailli à la manière des ciels bretons, alternant les fausses teintes, les petits bouts de bleu et les rayons crevant les nuages en longues trompes tibétaines. C’est de là que me vient ce goût d’un sentiment mystique qui rôde autour de la lecture. C’est toujours dans les histoires d’enfants, naïves ou, comme on dit, “ bêtes comme chou ”, que se dit quelque chose qui ne vous quitte plus. C’est par la porte des enfants que j’entrai en littérature. 

Les livres l’ont conduit au théâtre et au cinéma, à moins que ce ne soit l’inverse… Jacques Weber nous plonge dans les œuvres qui ont marqué sa vie et sa carrière. Une promenade littéraire et passionnée.

----------------

Mais, lors de cette émission, il sera moins question de son livre que de son métier d'acteur, de culture, d'art, de musique, de théâtre, mais aussi de notre époque, et peut-être par-dessus-tout de l'être...

Mais qui, sur Mediapart, sait reconnaître une vraie "Parole" ?...

------------

Deux "petites Madeleines" choisies par Jacques Weber : Barbara - Depardieu : L'ile aux Mimosas...

Barbara - Depardieu: Lily passion 11_L'ile aux Mimosas © Barbara - Depardieu

Et "Orphelin à trente ans", de Brassens, par Maxime LeForestier :

L'orphelin - Brasses - Maxime LeForestier © Georges Brassens

Et puis écoutons aussi Jacques Weber parler d'Emmanuel Macron...

« Macron est un grand escroc, un mensonge permanent »

 

Jacques Weber : « Macron est un grand escroc, un mensonge permanent » © Jacques Weber

 .

Jacques Weber est un acteur, réalisateur et scénariste français.
Il s'initie à l'art dramatique dès l'adolescence et délaisse alors ses études. Après le Conservatoire du XVIIe arrondissement où il rencontre Francis Huster, il entre à l'âge de 16 ans à la Rue Blanche, puis au Conservatoire National l'année suivante. Trois ans plus tard, il obtient un prix d'excellence au Concours de sortie et refuse d'être engagé à la Comédie Française pour rejoindre Robert Hossein à Reims.
Parallèlement à une riche carrière théâtrale, Jacques Weber commence une activité cinématographique sporadique, faisant une petite apparition dans Raphaël ou le débauché en 1971, puis abordant des rôles secondaires dans Faustine et le bel été de Nina Companeez (1972), Etat de siège de Costa-Gavras (1973) et R.A.S. d'Yves Boisset (id.). On peut aussi l'apercevoir à la télévision dans plusieurs séries et téléfilms.
Malgré quelques rôles remarqués (Rive droite, rive gauche (1984) de Philippe Labro et Escalier C (1985) de Jean-Charles Tacchella) ce n'est qu'en 1990 avec Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau qu'il se fait connaître du grand public. Il obtient grâce au rôle du Comte de Guiche le César du Meilleur Acteur dans un second rôle en 1991. Depuis, il prête sa carrure solide à des personnages de composition hauts en couleurs, aristocrate herculéen dans Beaumarchais, l'insolent d'Edouard Molinaro (1996) ou psychologue frustré dans 7 ans de mariage de Didier Bourdon (2003). Il signe un long métrage pour le cinéma en 1998, Don Juan, tiré de la pièce de Molière, dont il est le personnage principal. Il réalise, également, des adaptations pour la télévision : Ruy Blas (2002) et Figaro (2008).
A partir de 2006, il se fait plus présent au cinéma et se spécialise dans la comédie. Si son temps d'apparition à l'écran n'est jamais très important, c'est parce que Jacques Weber se consacre principalement à sa carrière théâtrale dont le succès ne s'est jamais démenti au fil des ans.
(Source : wikipedia, Allo ciné)

.

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.