Ni de droite, ni de cette gauche-là

Étant souvent en profond désaccord avec les opinions des gens de gauche sur Mediapart, l'on me dit être une femme de droite. Je réponds.

En 1974, j'étais au Laos - pays du sourire -, et chaque matin, au marché, l'on "marchandait la baguette de pain, dont le prix pouvait varier, entre 19, 20 ou 21 centimes. C'était ce que j'appelle le vrai "commerce des hommes" où chacun se mettait d'accord, après pourparler, entre gens qui se parlaient encore...

Car pour moi, l'argent ne devrait jamais être qu'une monnaie d'échange, dans un commerce équitable (et humain)...

Or, quand on voit aujourd'hui ce qu'est devenue la notion même de l'argent, et le commerce capitaliste mondial, et où il est possible qu'un seul homme puisse posséder à lui seul le produit national brut d'un pays tout entier, et de passer ses loisirs sur son yatch de 400 mètres de long, alors même qu'à sa porte l'on meurt de faim, c'est à se demander où sont passés la décense ou le simple bon sens moral...

symphony.jpg

 

images?q=tbn:ANd9GcRlBrLPBKoV0HVcMTKNaOTnIeMuWX_gR-LtmqO1KW28YB0NvSmHFQ

Mais je pense inutile de faire ici l'inventaire des monstruosités qu'engendre le capitalisme mondialisé. Oui, inutile, car tout le monde le sait. 

Ce simple exemple des fameux "cookies" où l'on est suivi à la trace, dans ce monde dorénavant devenu "1984" de George Orweill, est criant.

Et l'une de ces horreurs étant que l'on continue à vendre des armes, pour les milliards de profits que cela rapporte, à des pays faisant la guerre, par exemple, tuant de centaines de milliers de civils et d'enfants depuis des années, et faisant des millions de réfugiés, et en proie à une crise humanitaire innommable...

Et pourtant, l'on a beau dénoncer tout cela à travers son blog que l'on tient depuis 13 ans, l'on continue à vouloir nous considérer comme étant de droite, voire d'extême droite, et simplement parce que l'on ose aussi dénoncer cette gauche qui n'a jamais de cesse de passer son temps à sempiternellement tout dénigrer, et sempiternnellement se plaindre et se poser en victimes, et juger et insulter et culpabiliser son voisin, et précisément aussi jalouser les riches...

Mais si l'on jalouse les riches, n'est-ce pas qu'on voudrait l'être ?

Mais qui donc ne voudrait pas au moins posséder de quoi être en sécurité chez soi, et indépendant et libre et avec du pouvoir d'achat ? Qui ?

Alors est-ce être de droite ou de gauche, que de vouloir la propriété ?

Et est-ce être de droite ou de gauche que de souhaiter une police faisant respecter la loi, mais respectueuse du citoyen ?

Et de vouloir une école intelligente qui respecterait l'intelligence des enfants ?

Et de n'être pas contre encourager les enfants et/ou les gens talentueux, mais sans oublier ceux ayant des difficultés voire des handicaps ? 

Et d'en avoir assez de sempiternellement parler "racisme" et "identité", quand on ne sait même pas se parler de personne à personne ? (*) (**)

(*) "Ne vous adressez pas à moi en tant que noir, je ne vous parlerai pas en tant que blanc. Parlons-nous de personne à personne."

                       Morgan Freeman

(**) J'ai, depuis toujours, combattu le racisme.

Et est-ce être de gauche, quand on n'admet, de façon fascisante, aucune contradiction ?

Et que l'on n'hésite donc pas à dénoncer son voisin (sa voisine), et cela ne s'appelle-t-il donc pas de la "délation" ?

Et est-ce être être de droite, d'aimer encore manger de la viande ?...........

Et d'admettre que certains puissent encore aimer chasser ?

Et est-on de droite si l'on garde encore en soi une certaine foi chrétienne ?

Et est-on forcément de droite si l'on est contre la lutte des classes, privilégiant le dialogue plutôt que la guerre ?

Et encore : est-on de droite en étant absolument pour la liberté de la femme libre de son corps, et donc démocratiquement pour l'IVG, mais ne l'étant pas pour soi-même, considérant que la vie de l'enfant que l'on porte est sacrée ?

Et est-ce être de droite de considérer que tout le monde puisse pratiquer la PMA et/ou la GPA, mais ne l'étant certainement pas pour soi-même - considérant tout cela comme étant d'assez terribles "manipulations" du Vivant ?

Et est-ce encore être de droite, en étant pour la mort dans la dignité, mais refusant pour soi-même l'euthanasie ?

Et est-ce être de droite si l'on n'est pas féministe et pro Metoo, respectant le combat des femmes pour leur émancipation, mais personnellement ne voyant pas en quoi il faudrait craindre ou considérer comme dangereux le pouvoir ''phallocratique''. Et être toujours dans une posture de victime, n'est-ce pas se déclarer en position de faiblesse ?

Enfin (mais il n'y a pas de fin à ces questions), la culture, l'Art, le bon goût sont-ils de gauche ou de droite ?

Nietzsche, Voltaire, Picasso, Bach, Miles Davis, Nina Simone, Lacan, etc., sont-ils de droite ou de gauche ?...

Etc., etc., 

Alors donc, certainement ni de droite, mais ni de cette gauche-là ?

Authentique femme de gauche mais qui refute en effet toutes les faussetés véhiculées par cette soit-disant gauche, le plus souvent dans un parfait déni d'elle-même.

Parce que, si l'on ne voit pas que la grande majorité des gens se disant de gauche, se conduit bien souvent en petits fascistes dictateurs, étant pour une lutte des classe, donc à l'encontre de la non-violence, et qui en effet passent leur temps à parler racisme - racisme qui existe bel et bien et à combattre, tant cela fait souffrir -, mais en étant dans une attitude raciste vis à vis du voisin, donc finalement des gens qui se disent de gauche mais se conduisent exactement à l'inverse, si donc l'on ne voit pas cela, les yeux sont fermés.   

L'une des grandes faussetés de ces gens soit-disant de gauche étant précisément de vouloir privilégier le collectif (ou le « social") sur l'individuel, alors que le salut de l'Homme est de parvenir à sa "singularité" qui, seule, permet de véritablement considérer l'Autre.

Mon réquisitoire n'est donc pas contre la gauche, mais bel et bien en effet contre cette fausse gauche qui se dit être contre la propriété mais ne rêve que de cela ; qui, en effet, produit une école déculturante parce que se voulant égalitariste, qui ne voit pas qu'en parlant indéfiniment des "Noirs" et de racisme, elle l'est ; qui est en effet fascisante dans le débat, etc.

Oui, un réquisitoire contre cette bien fausse gauche.

Mais aussi un réquisitoire contre la droite, dont je ne suis pas, et son capitalisme forcené qui fait le malheur du monde. 

Oui, droite/gauche, sujet sans doute tarte à la crème et beaucoup trop vaste, tant il y aurait à dire (et se poser des questions, plutôt que des affirmations sans savoir) sur ce dont actuellement tout le monde parle, des fameuses "valeurs"...

Mais peut-on quand même demander à ce que l'on puisse d'abord réfléchir un tant soit peu, avant que de passer son temps à nous "juger" sur ce que l'on ne connaît pas de nous ?...

Ah !, le "jugement" péremptoire, la culpabilisation..., et la moraline...

.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.