mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2018

Nouvelles attaques brutales de Macron contre les services et la fonction publique

Depuis son élection en mai 2017, Macron ne cesse de démanteler l'ensemble des services publics. Il s'agit de « la destruction d’une civilisation, associée à l’existence du service public, celle de l’égalité républicaine des droits, droits à l’éducation, à la santé, à la culture, à la recherche, à l’art, et, par-dessus tout, au travail» comme l'écrivait Pierre Bourdieu (1).

mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis son élection en mai 2017, Macron ne cesse de démanteler l'ensemble des services publics. Il s'agit de « la destruction d’une civilisation, associée à l’existence du service public, celle de l’égalité républicaine des droits, droits à l’éducation, à la santé, à la culture, à la recherche, à l’art, et, par-dessus tout, au travail» comme l'écrivait Pierre Bourdieu (1). Macron et son gouvernement sont déterminés à casser le service public français (Éducation Nationale, Santé, Transport, la Poste etc.) fruit de hautes luttes menées par des générations successives depuis des siècles. Car cette notion basée sur l'intérêt général a une longue histoire. Déjà elle existait sous l'Ancien Régime sous le nom de «bien commun». La Révolution parlait de «l'utilité commune » comme le proclamait l'article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune» (2). Mais le poids de l'histoire ne pèse pas lourd face à l'avidité de la bourgeoisie d'aujourd'hui dont Macron n'est qu'un simple serviteur.

Pour Macron, l'intérêt général doit s'effacer pour laisser place à l'intérêt privé, c'est-à-dire celui des riches. Le service public comme son nom l'indique est au service du public notamment des plus démunis. Les principes d'égalité, de continuité, d'adaptabilité etc. qui caractérisent le service public sont en contradiction flagrante avec l'intérêt privé qui ne vise, en dernière analyse, que l'enrichissement d'une partie minoritaire de la population.

Cet acharnement à vouloir démanteler le service public s'inscrit dans un cadre plus large, celui de l'Union européenne. Celle-ci ne parle plus du service public, mais du Service d’Intérêt Économique Général (SIEG) ou tout simplement du Service d'Intérêt Général (SIG) dont les principes sont essentiellement économiques et financiers : concurrence libre et non faussée, déficit public etc. Dans la conception communautaire l'intérêt général se réduit à la somme des intérêts individuels et le citoyen est réduit au simple consommateur (3).

S'appuyant sur l'appareil étatique et médiatique, Macron procède à un démembrement en règle de la fonction publique. Il y a « trop de fonctionnaires » (comme il y a trop d'immigrés), ce sont des « nantis » avec leurs privilèges, leurs vacances, leurs sécurité d'emplois... répètent inlassablement les médias aux ordres. Il faut donc supprimer le plus de postes possibles de fonctionnaires qui coûtent cher à l’État pour les remplacer par des contractuels (droit privé) c'est-à-dire par des agents précaires avec des salaires de misère. C'est exactement ce que prévoit la nouvelle « réforme » de l’État. Édouard Philippe, le premier ministre, compte ainsi supprimer 50 000 postes dans la fonction publique d’État d'ici 2022. Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics parle quant à lui d'une « généralisation du recours aux contractuels dans la future réforme» (4). Le Gouvernement prévoit même de licencier les fonctionnaires qui perdent leur poste et seront alors pris en charge par l'assurance-chômage ! Il annonce également un plan de départs volontaires massifs pour les fonctionnaires, des rémunérations dites « au mérite », des «indicateurs de résultat et de qualité» etc. Le plan de départ devrait être accompagné de « reconversions », ou de départs «vers le secteur privé ».

Après la destruction du statut des cheminots, Macron s'attaque à celui de tous les fonctionnaires. Rappelons que ce statut comporte un certain nombre de garanties en matière d'emploi, de rémunération, de droit syndical, de sécurité sociale, de liberté d'opinion, de formation permanente...

C'est justement cet immense progrès social (5) que la bourgeoisie ne peut supporter. Il faut donc éliminer ces garanties et les remplacer par la précarité, exposant ainsi le salarié aux aléas du marché du travail et à l'insécurité sociale permanente. Quelle régression !

Cette terrible régression sociale, qui sera bientôt suivie par la casse du système des retraites, est présentée par la classe dominante, à travers ses médias notamment, comme une avancée, comme un progrès ! C'est normal dans une société fondée sur la lutte des classes. La mission de Macron et de son gouvernement est de servir encore et toujours les puissants. Pour les plus démunis, pour les travailleurs, ils n'ont absolument rien à offrir à part les mensonges, les promesses, les illusions et la répression en cas de résistance et de révolte.  Il est grand temps que les travailleurs et les progressistes de ce pays redressent la tête, démasquent et dénoncent partout où ils le peuvent les mensonges et la propagande de la classe dominante. Ils doivent se dresser, unis et déterminés, contre leurs ennemis de classes, la bourgeoisie et ses serviteurs zélés Macron et son gouvernement.

Mohamed Belaali

---------------------------------------------

(1)Pierre Bourdieu « Contre-feux », Liber, Raisons d'agir p 30.

(2) https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789

(3) voir sur ce point https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01615956/document

(4)https://www.capital.fr/economie-politique/philippe-presente-lundi-la-suite-de-la-reforme-transversale-de-letat-1313255

(5) voir l'article d'Anicet Le Pors, ancien ministre de la fonction publique et des réformes administratives, conseiller d’État honoraire https://www.monde-diplomatique.fr/2018/04/LE_PORS/58573

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves