mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

123 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2018

Paroles de Gilets jaunes

Les citoyens s'emparent alors de cette parole qui leur a été confisquée et refusée par le pouvoir et ses médias. Il s'agit d'une parole qui échappe au contrôle, une parole libre et porteuse d'espoir : la parole du peuple contre la parole officielle et médiatique.

mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque le conflit prend de l'ampleur et s'aiguise, les classes dirigeantes tentent par tous les moyens d'étouffer la voix du peuple. Plus la bourgeoisie s’empêtre dans ses propres contradictions et s’enfonce dans la crise, plus la propagande devient intense, violente et cynique.

Et lorsque les médias bourgeois évoquent le peuple et parlent à sa place, c'est pour le stigmatiser, le mépriser et surtout pour mieux occulter ses souffrances, ses luttes et ses espoirs.

Face à cette domination médiatique, le peuple, pour se défendre, s'exprime comme il peut, là où il peut avec les moyens qui lui sont propres. Les citoyens s'emparent alors de cette parole qui leur a été confisquée et refusée par le pouvoir et ses médias. Il s'agit d'une parole qui échappe au contrôle, une parole libre et porteuse d'espoir : la parole du peuple contre la parole officielle et médiatique.

Avec leur imagination et leur intuition, les opprimés brandissent à la face des oppresseurs des formules linguistiques simples, frappantes et parfois poétiques. Ces phrases lapidaires et anonymes ont parfois une portée incitative puissante. Elles sont de surcroît facile à mémoriser comme ces slogans répétés partout en France par les Gilets jaunes :

«Macron démission»

«BFM Macron»  

Les slogans constituent à la fois un moyen d'expression et un mode d'action à la portée de tous les citoyens. Écrits à la hâte sur des pancartes en carton, tagués sur les panneaux publicitaires et sur les murs ou tout simplement portés sur les gilets, les slogans attirent l'attention. En plus de leur simplicité, ils ont une grande force de propagation ce qui leur permet de se glisser dans les médias dominants échappant ainsi à la censure. Ces slogans expriment la colère d'un peuple méprisé et humilié par un pouvoir tout puissant et arrogant :

«Gilets jaunes, colère noire»

«On est plus chauds que les lacrymos»

Lorsque Macron explique au peuple, qui ne comprend pas toujours la subtilité de sa politique, que la prospérité passe nécessairement par l'enrichissement des riches et que les pauvres et même les classes moyennes doivent encore et toujours fournir des efforts, les Gilets jaunes lui répondent :

«Petit monarque Macro dessert l’étau on étouffe»

«Macron, rends-nous notre pognon »

«J'accuse ce système qui engraisse les riches et affame les pauvres». 

L' opulence qui jaillira un jour des fontaines des premiers de cordée, le peuple l'attend toujours :

«Manu c'est à partir de quand que ça ruisselle ?»

Quant à l'écologie, Macron prétend s'occuper de «la fin du monde et de la fin du mois» à travers le « Haut conseil pour le climat», le moratoire, d'interminables concertations et de commissions etc. :

«Manu tu pollues notre quotidien »

Pour l'instant la classe dominante ne recule devant rien pour défendre ses intérêts et pour écraser le Mouvement. Elle fait feu de tout bois. Président de la République, Gouvernement, députés, sénateurs, intellectuels, journalistes, experts en tout genre , CRS, tribunaux... sont mobilisés pour venir à bout de ce mouvement populaire. Mais les Gilets jaunes tiennent bon :

«On est là, on est là, même si Macron ne veut pas, on est là, pour l’honneur des travailleurs et un monde meilleur»

«Les Gilets jaunes triompheront»

Mohamed Belaali

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP