De Rugy, les homards et les LBD

Pour qu'une classe puisse vivre dans le luxe, il faut qu'une autre classe vive dans le dénuement et l'asservissement. Pour que François de Rugy et son épouse puissent étaler leur faste aux frais des contribuables, notamment les plus modestes d'entre-eux, il faut en même temps crever les yeux et arracher les mains de celles et ceux qui refusent de subir cet ordre bourgeois pourri.

de-rugy-7-1

 Pour qu'une classe puisse vivre dans le luxe, il faut qu'une autre classe vive dans le dénuement et l'asservissement.   Pour que François de Rugy et son épouse puissent étaler leur faste aux frais des contribuables, notamment les plus   modestes d'entre-eux, il faut en même temps crever les yeux et arracher les mains de celles et ceux qui refusent de   subir cet ordre bourgeois pourri.

 Macron, de Rugy et tous les membres du gouvernement ainsi que ceux qui les ont hissés brutalement à la tête de l'Etat ne voient dans les classes populaires qu’une masse infâme, des êtres sans dignité, déshumanisés, des esclaves.

 Les pauvres doivent encore et toujours fournir des efforts. Les puissants sont insatiables. Ils se nourrissent, à l’instar   des vampires, du sang du peuple. Plus ils en pompent, et mieux ils se portent ! Au moment où la classe dirigeante   exige de la population des sacrifices de plus en plus lourds, au moment où les chômeurs et les précaires se comptent   par millions, cette classe n’hésite pas à étaler ostensiblement, dans une république affaiblie, les fastes d’un pouvoir   quasi monarchique. Elle aime l’argent, le luxe, l’apparat, le cérémonial... La folie dynastique de cette classe n’a   d’égale que le mépris ostentatoire qu’elle affiche pour le peuple. Deux classes irréconciliables que tout sépare. Mais   l'une représente le passé, l'autre l'avenir.

 Mohamed Belaali

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.