mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2020

La bourgeoisie en temps de Coronavirus

Contre l'égoïsme, l'individualisme et le chauvinisme de la bourgeoisie, brandissons la solidarité, la coopération et le combat planétaire des peuples, non seulement contre le Coronavirus qui détruit chaque jour des vies humaines, mais aussi et surtout contre le véritable virus, celui qui menace l'existence même des hommes et de la nature, le capitalisme.

mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pandémie du Coronavirus nous offre paradoxalement des moments privilégiés pour réfléchir et tirer des leçons de cette situation inédite. Elle nous permet de voir, avec peut-être plus de lucidité, comment se comporte la classe dirigeante et de quelle manière elle tente de masquer sa propre responsabilité et duper les autres classes sociales. Chaque semaine qui passe, on apprend davantage non seulement sur les fins poursuivies par le pouvoir, mais aussi sur ses manœuvres, son cynisme et son hypocrisie qui risquent d'exposer la vie des milliers d'hommes et de femmes au danger de la mort. Car la crise économique qui se profile, c'est-à-dire les intérêts d'une minorité d'exploiteurs, le préoccupe davantage que la pandémie qui a déjà emporté des centaines et des centaines de vies humaines. Cette crise révèle ainsi au grand jour, plus encore qu'en temps ordinaire, les agissements criminels d'une classe sociale dont le profit de quelques uns passe avant la santé et la vie de l'immense majorité de la population. Il ne fait aucun doute que cette minorité d'exploiteurs capitalistes va utiliser tous les procédés, dont cette propagande chauvine qu'est «l'union sacrée», pour mystifier les classes populaires et étouffer toute critique et toute velléité de résistance et de révolte.

Que constatons nous?

En apparence et en apparence seulement, Macron et son gouvernement sont en guerre contre cette pandémie : «Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, certes : nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre Nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale.» (1)

Or non seulement cette « guerre » a été enclenchée trop tard, mais surtout le pouvoir n'a fourni aucune arme à l'hôpital public, abandonné à son triste sort par des années d'austérité, pour faire face à cette pandémie (2). Une drôle de guerre où les soldats (personnels soignants) ne possèdent ni le nombre de lits, ni respirateurs, ni masques, ni tests de dépistage, ni gel désinfectant... en quantité suffisante. Et maintenant ce sont les médicaments, indispensables pour lutter contre le Covid-19, qui manquent aux hôpitaux notamment en Île-de-France : «les hôpitaux civils n’ont qu’une semaine d’approvisionnement, tandis que les hôpitaux militaires n’ont plus que 2,5 jours de stock, contre quinze jours en temps normal» selon le ministère de l'intérieur. Et pour les responsables de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)  comme Martin Hirsch «les stocks sont très courts sur certains médicaments » (3).

Macron et son gouvernement, jusqu'à présent, se sont murés dans un silence criminel face aux pathétiques appels à l'aide lancés par le personnel hospitalier (4).

En fait cette rhétorique guerrière avait davantage pour but de gérer les conséquences économiques de la pandémie que de sauver des vies humaines. Dit autrement, la ritournelle «nous sommes en guerre» est convoquée ici plutôt à des fins économiques et politiques que sanitaires. Car l'hôpital public, seul capable de sauver des vies humaines, attend toujours les moyens pour faire face à ce terrible virus, alors que les entreprises, elles, bénéficient déjà du soutien et de l'aide de l’État (5).

Ainsi pour sauver les entreprises et les patrons, le gouvernement n'hésite devant aucun moyen et va jusqu'à parler de nationalisations (6). Nationaliser ici, signifie donner de l'argent public, celui des contribuables notamment des plus démunis d'entre eux, aux entreprises et aux banques privées comme en 2008 pour leur éviter de tomber en faillite. Mais dès que la situation de ces sociétés s'améliore, L’État les livre à nouveau aux actionnaires. On socialise les pertes et on privatise les profits ! (7).

Si guerre il y a, elle n'est en tout cas pas menée réellement contre le Coronavirus, mais plutôt contre, indirectement tout du moins, tout le personnel soignant et tous les prolétaires (les éboueurs, les femmes de ménage, les caissières, les routiers, les cheminots, les conducteurs de bus, les employés des pompes funèbres, les livreurs etc.etc.) qui sont sur tous les fronts au détriment de leur propre vie car ils n'ont pas le choix. Certaines grandes entreprises comme Amazone poursuivent leur business en pleine période de confinement sans tenir compte de la santé de leurs salariés. En ces temps de Coronavirus, les affaires doivent, vaille que vaille, se poursuivre (8).

Incapable de faire face à cette terrible pandémie, la bourgeoisie instrumentalise, comme à chaque crise, l'arme de «l'union sacrée» : «Le temps est à cette union sacrée (…) La France unie, c’est notre meilleur atout dans la période troublée que nous traversons. Nous tiendrons tous ensemble.» disait Macron (9). Belle manière pour faire oublier la guerre sans trêve qu'il menait hier encore contre toutes les avancées sociales, petites et grandes arrachées de hautes luttes par des générations successives (10).

Autant la bourgeoisie, en ces temps de Coronavirus, est prompte à sauver ses entreprises afin qu'elles puissent continuer à réaliser des bénéfices qui seront partagés entre une minorité de possédants, autant elle est hésitante et lente à réagir pour sauver des vies humaines. Car son système, le capitalisme, ne connaît que la course effrénée au profit détruisant et écrasant ainsi sur son passage toutes les valeurs humaines transformées en simple valeur d'échange.

Contre l'égoïsme, l'individualisme et le chauvinisme de la bourgeoisie, brandissons la solidarité, la coopération et le combat planétaire des peuples, non seulement contre le Coronavirus qui détruit chaque jour des vies humaines, mais aussi et surtout contre le véritable virus, celui qui menace l'existence même des hommes et de la nature, le capitalisme.

Mohamed Belaali

----------------------------------

(1)https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/16/adresse-aux-francais-covid19

(2)Le pouvoir savait pertinemment que le virus faisait ravage en Chine dès fin décembre 1919, début janvier 2020 et un peu plus tard en Italie.Voir également les déclarations de l'ex-ministre de la santé d'Agnès Buzyn :

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/17/entre-campagne-municipale-et-crise-du-coronavirus-le-chemin-de-croix-d-agnes-buzyn_6033395_823448.html

(3)https://www.mediapart.fr/journal/france/270320/medicaments-pour-soigner-le-covid-19-des-hopitaux-au-bord-de-la-penurie

(4) voir entre autres :

https://www.ouest-france.fr/sante/hopital/video-emmanuel-macron-interpelle-par-un-neurologue-est-au-bout-vous-n-etes-pas-la-6755646 .

(5)https://www.frenchtechbordeaux.com/covid-19-toutes-les-mesures-daides-aux-entreprises-en-un-article/

(6)https://www.franceculture.fr/economie/covid-19-le-gouvernement-pret-a-nationaliser-des-entreprises-en-difficulte-un-changement-de-doctrine

http://www.belaali.com/2020/03/l-etat-au-chevet-du-liberalisme.html

(7)Sur la crise financière de 2008 et le rôle de l'Etat, voir,entre autres, le travail André G. Delion https://www.cairn.info/revue-francaise-d-administration-publique-2008-4-page-799.htm )

(8)https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-amazon-poursuit-son-activite-malgre-linquietude-des-salaries_fr_5e7b7707c5b6b7d809598323

(9)https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/12/adresse-aux-francais

(10)http://www.belaali.com/2020/01/macron-ou-le-mepris-du-peuple.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal — Amériques
Au moins 50 migrants trouvent la mort dans un camion au Texas
C’est l’une des pires tragédies à la frontière sud des États-Unis ces dernières années. Les secours ont hospitalisé seize personnes, douze adultes et quatre enfants. 
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Migrations
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra