mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

123 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2020

La bourgeoisie en temps de Coronavirus

Autant la bourgeoisie, en ces temps de Coronavirus, est prompte à sauver ses entreprises afin qu'elles puissent continuer à réaliser des bénéfices qui seront partagés entre une minorité de possédants, autant elle est hésitante et lente à réagir pour sauver des vies humaines.

mohamed belaali
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pandémie du Coronavirus nous offre paradoxalement des moments privilégiés pour réfléchir et tirer des leçons de cette situation inédite. Elle nous permet de voir, avec peut-être plus de lucidité, comment se comporte la classe dirigeante et de quelle manière elle tente de masquer sa propre responsabilité et duper les autres classes sociales. Chaque semaine qui passe, on apprend davantage non seulement sur les fins poursuivies par le pouvoir, mais aussi sur ses manœuvres, son cynisme et son hypocrisie qui risquent d'exposer la vie des milliers d'hommes et de femmes au danger de la mort. Car la crise économique qui se profile, c'est-à-dire les intérêts d'une minorité d'exploiteurs, le préoccupe davantage que la pandémie qui a déjà emporté des centaines et des centaines de vies humaines. Cette crise révèle ainsi au grand jour, plus encore qu'en temps ordinaire, les agissements criminels d'une classe sociale dont le profit de quelques uns passe avant la santé et la vie de l'immense majorité de la population. Il ne fait aucun doute que cette minorité d'exploiteurs capitalistes va utiliser tous les procédés, dont cette propagande chauvine qu'est «l'union sacrée», pour mystifier les classes populaires et étouffer toute critique et toute velléité de résistance et de révolte.

Que constatons nous?

En apparence et en apparence seulement, Macron et son gouvernement sont en guerre contre cette pandémie : «Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, certes : nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre Nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale.» (1)

Or non seulement cette « guerre » a été enclenchée trop tard, mais surtout le pouvoir n'a fourni aucune arme à l'hôpital public, abandonné à son triste sort par des années d'austérité, pour faire face à cette pandémie (2). Une drôle de guerre où les soldats (personnels soignants) ne possèdent ni le nombre de lits, ni respirateurs, ni masques, ni tests de dépistage, ni gel désinfectant... en quantité suffisante. Et maintenant ce sont les médicaments, indispensables pour lutter contre le Covid-19, qui manquent aux hôpitaux notamment en Île-de-France : «les hôpitaux civils n’ont qu’une semaine d’approvisionnement, tandis que les hôpitaux militaires n’ont plus que 2,5 jours de stock, contre quinze jours en temps normal» selon le ministère de l'intérieur. Et pour les responsables de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)  comme Martin Hirsch «les stocks sont très courts sur certains médicaments » (3).

Macron et son gouvernement, jusqu'à présent, se sont murés dans un silence criminel face aux pathétiques appels à l'aide lancés par le personnel hospitalier (4).

En fait cette rhétorique guerrière avait davantage pour but de gérer les conséquences économiques de la pandémie que de sauver des vies humaines. Dit autrement, la ritournelle «nous sommes en guerre» est convoquée ici plutôt à des fins économiques et politiques que sanitaires. Car l'hôpital public, seul capable de sauver des vies humaines, attend toujours les moyens pour faire face à ce terrible virus, alors que les entreprises, elles, bénéficient déjà du soutien et de l'aide de l’État (5).

Ainsi pour sauver les entreprises et les patrons, le gouvernement n'hésite devant aucun moyen et va jusqu'à parler de nationalisations (6). Nationaliser ici, signifie donner de l'argent public, celui des contribuables notamment des plus démunis d'entre eux, aux entreprises et aux banques privées comme en 2008 pour leur éviter de tomber en faillite. Mais dès que la situation de ces sociétés s'améliore, L’État les livre à nouveau aux actionnaires. On socialise les pertes et on privatise les profits ! (7).

Si guerre il y a, elle n'est en tout cas pas menée réellement contre le Coronavirus, mais plutôt contre, indirectement tout du moins, tout le personnel soignant et tous les prolétaires (les éboueurs, les femmes de ménage, les caissières, les routiers, les cheminots, les conducteurs de bus, les employés des pompes funèbres, les livreurs etc.etc.) qui sont sur tous les fronts au détriment de leur propre vie car ils n'ont pas le choix. Certaines grandes entreprises comme Amazone poursuivent leur business en pleine période de confinement sans tenir compte de la santé de leurs salariés. En ces temps de Coronavirus, les affaires doivent, vaille que vaille, se poursuivre (8).

Incapable de faire face à cette terrible pandémie, la bourgeoisie instrumentalise, comme à chaque crise, l'arme de «l'union sacrée» : «Le temps est à cette union sacrée (…) La France unie, c’est notre meilleur atout dans la période troublée que nous traversons. Nous tiendrons tous ensemble.» disait Macron (9). Belle manière pour faire oublier la guerre sans trêve qu'il menait hier encore contre toutes les avancées sociales, petites et grandes arrachées de hautes luttes par des générations successives (10).

Autant la bourgeoisie, en ces temps de Coronavirus, est prompte à sauver ses entreprises afin qu'elles puissent continuer à réaliser des bénéfices qui seront partagés entre une minorité de possédants, autant elle est hésitante et lente à réagir pour sauver des vies humaines. Car son système, le capitalisme, ne connaît que la course effrénée au profit détruisant et écrasant ainsi sur son passage toutes les valeurs humaines transformées en simple valeur d'échange.

Contre l'égoïsme, l'individualisme et le chauvinisme de la bourgeoisie, brandissons la solidarité, la coopération et le combat planétaire des peuples, non seulement contre le Coronavirus qui détruit chaque jour des vies humaines, mais aussi et surtout contre le véritable virus, celui qui menace l'existence même des hommes et de la nature, le capitalisme.

Mohamed Belaali

----------------------------------

(1)https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/16/adresse-aux-francais-covid19

(2)Le pouvoir savait pertinemment que le virus faisait ravage en Chine dès fin décembre 1919, début janvier 2020 et un peu plus tard en Italie.Voir également les déclarations de l'ex-ministre de la santé d'Agnès Buzyn :

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/03/17/entre-campagne-municipale-et-crise-du-coronavirus-le-chemin-de-croix-d-agnes-buzyn_6033395_823448.html

(3)https://www.mediapart.fr/journal/france/270320/medicaments-pour-soigner-le-covid-19-des-hopitaux-au-bord-de-la-penurie

(4) voir entre autres :

https://www.ouest-france.fr/sante/hopital/video-emmanuel-macron-interpelle-par-un-neurologue-est-au-bout-vous-n-etes-pas-la-6755646 .

(5)https://www.frenchtechbordeaux.com/covid-19-toutes-les-mesures-daides-aux-entreprises-en-un-article/

(6)https://www.franceculture.fr/economie/covid-19-le-gouvernement-pret-a-nationaliser-des-entreprises-en-difficulte-un-changement-de-doctrine

http://www.belaali.com/2020/03/l-etat-au-chevet-du-liberalisme.html

(7)Sur la crise financière de 2008 et le rôle de l'Etat, voir,entre autres, le travail André G. Delion https://www.cairn.info/revue-francaise-d-administration-publique-2008-4-page-799.htm )

(8)https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-amazon-poursuit-son-activite-malgre-linquietude-des-salaries_fr_5e7b7707c5b6b7d809598323

(9)https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/12/adresse-aux-francais

(10)http://www.belaali.com/2020/01/macron-ou-le-mepris-du-peuple.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison