MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

214 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mars 2021

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

SÉNÉGAL: APRÉS LES ÉMEUTES, RESTAURER LES FONDAMENTAUX DÉMOCRATIQUES !

Les partis de la majorité font preuve de mauvaise foi manifeste en voulant réduire cette gigantesque équation sociopolitique posée à la gouvernance de leur mentor à une affaire de mœurs opposant deux citoyens sénégalais.

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Violences politiques au Sénégal

Disons-le tout net ! La situation préoccupante qui règne dans notre pays depuis plusieurs jours est essentiellement le résultat de la politique mise en œuvre par président Macky Sall depuis son accession au pouvoir en 2012. Dans l’exécution de cette politique reposant sur le trépied composé d’un hyperprésident, d’un parlement croupion, non représentatif et d’une justice aux ordres, la répression, la corruption et le complot sont les éléments déterminants.

Si les recettes machiavéliques de gouvernance ont pu se montrer efficaces lors du premier mandat, c’est précisément parce que la perspective du deuxième mandat suffisait pour fédérer les entrepreneurs politiques de la majorité présidentielle.

Les choses seront différentes en 2024, parce que plusieurs partis de la majorité ont annoncé leur désir de présenter leur propre candidat aux prochaines élections présidentielles, étant entendu que la grave crise politique actuelle rend de plus en plus chimériques les rêves d’obtention d’un troisième mandat illégal pour l’actuel président.

Pour preuve, le remaniement de la Toussaint avec le débauchage d’opposants en vue n’aura visiblement pas servi à étoffer la base sociale de la coalition au pouvoir, ni à empêcher la déflagration sociale en cours, au moment où les manœuvres de succession sont à l’œuvre au sein du parti présidentiel.

Et si nous manquons cruellement de repères pour résoudre pacifiquement la crise sociopolitique en cours, c’est bien parce que la majorité Benno Bokk Yakaar s’est employée, ces dernières années, à briser les ressorts démocratiques de la Nation et à mettre en œuvre une gouvernance autoritaire et manœuvrière faite de complots incessants contre la Démocratie.

La dernière conspiration en date est cette histoire mal ficelée de viol, qui pourrait se révéler beaucoup plus préjudiciable pour le pouvoir en place que pour Ousmane Sonko l’un de ses potentiels challengers, incriminé dans cette sordide affaire.

De fait, l’arrestation du leader de PASTEF a servi de déclencheur à des émeutes d’une ampleur inédite dans notre pays, traduisant des frustrations multiples particulièrement marquées au sein de la jeunesse de notre pays et qui ont occupé le devant de l’actualité vers la fin de 2020 avec les dernières vagues d’émigration clandestine.

Face à cette déferlante de défiance populaire, qui envahit le pays, les partis de la majorité ne semblent pas encore prendre la mesure des enjeux. Ou alors ils font preuve de mauvaise foi manifeste en voulant réduire cette gigantesque équation sociopolitique posée à la gouvernance de leur mentor à une affaire de mœurs opposant deux citoyens sénégalais.

Il y a fort à craindre que, pour cette fois ci, les politiciens de la majorité doivent quitter leur zone de confort faite d’un soutien aveugle d’une majorité parlementaire écrasante, de l’instrumentalisation itérative de la justice, sans oublier une propagande bien huilée, mensongère et manipulatrice.

Nous voulons parler de cette fable sur une prétendue menace terroriste, sorte d’épouvantail agité pour imposer l’immobilisme social aux masses populaires, alors que le problème réside plutôt dans un autoritarisme étatique qui fragilise le tissu social et compromet la cohésion nationale et donc la sécurité nationale.

Il est devenu plus qu’urgent pour le président Macky Sall de rompre définitivement avec son style de gouvernance actuel, d’assurer la transition vers la restauration des fondamentaux démocratiques de notre Nation, qui ont toujours agi comme des soupapes de sécurité. Lesquelles nous ont permis, jusqu’à présent, de préserver la paix civile dans notre pays et d’éviter les solutions extrêmes comme les coups d’état militaires.

Nous lançons un appel à la raison aux hommes politiques de la majorité, surtout ceux se réclamant de la gauche, afin qu’ils œuvrent à l’arrêt de la logique infernale de la violence d’État et à la décrispation politique.

NIOXOR TINE

leelamine@nioxor.com

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas