MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

202 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

LE ROC DE LA RÉSISTANCE POPULAIRE

La frénésie électorale, dans laquelle le pouvoir entraine l’Opposition, empêche cette dernière de cerner les véritables enjeux de l'heure, que constituent la défense des droits économiques et sociaux des travailleurs des villes et campagnes ainsi qu’une véritable refondation institutionnelle inspirée des conclusions des Assises Nationales.

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’actualité politique récente interpelle, encore une fois, l’ensemble de la classe politique sénégalaise, pouvoir et opposition.

Le pouvoir de Macky Sall reste, bien sûr, à l’origine de la chienlit, qui caractérise la vie politique de notre pays, se traduisant par une agitation sociale permanente et le délitement progressif de l’État de droit, ces dix dernières années. Sa gouvernance autoritaire a fini de fissurer la vitrine démocratique, que notre pays a longtemps constitué sur le continent africain.

Outre les tares bien identifiées qu’ont toujours constitué l’hyper-présidentialisme, l’atonie parlementaire et une justice enchaînée, le régime de Benno Bokk Yakaar a accentué la déliquescence de notre système électoral amorcée sous l’ère Wade et caractérisée par la remise en cause des acquis du code consensuel de 1992.

C’est ainsi, qu’en plus de renouer avec l’ère des ministres de l’Intérieur politiciens et partisans, on a observé une absence totale de fair-play, de même qu’une obsession morbide de la victoire électorale, fut-ce au prix d’évictions aussi inélégantes qu’illégales d’adversaires politiques.

Mais le comble du comble, situé entre la démence politicienne et l’amoralité suprême est le débauchage effréné et déloyal (frisant l’adultère politique), des nouveaux maires de l’Opposition, fraîchement élus lors des récentes locales de janvier dernier.

Encore une toute dernière chose, le président de l’APR, ancien pourfendeur de mandats indus, actuel président de l’Union Africaine, non content de ses comportements politiciens inappropriés et blâmables, qui risquent d’exercer une influence néfaste sur ses pairs africains, a osé plaider pour la suppression de la limitation des mandats ...

Et pourtant, il est à seulement une encablure d’entrer dans l’Histoire, en tant que premier Chef d’État sénégalais à organiser une élection présidentielle sans y participer.

Si personne ne peut disputer au pouvoir actuel le trophée peu glorieux de l’infamie politique, l’Opposition sénégalaise n’en est pas pour autant, blanche comme neige.

Nous n’en voulons pour preuve que la consternation dans laquelle sont plongées de larges franges de notre peuple, au vu des réactions de certains leaders de premier plan de Yewwi Askan Wi, après la publication de la liste des candidats aux prochaines législatives.

C'est justement ce concept de "leader" qu’il faudrait revisiter, car dans son acception actuelle, il porte préjudice à l'Opposition sénégalaise. Il n’est pas question, ici, d’user de leadership pour élaborer des contenus programmatiques, en vue de faire aboutir les revendications populaires mais, très souvent, d’initier des stratégies de positionnement individuel (ou d’appareil). Or, ces prétentions émanent souvent de dirigeants de partis de dimension modeste voire de groupuscules peu représentatifs, aux prétentions démesurées.

Par ailleurs, la frénésie électorale, dans laquelle le pouvoir entraine l’Opposition, empêche cette dernière de cerner les véritables enjeux de l'heure, que constituent la défense des droits économiques et sociaux des travailleurs des villes et campagnes ainsi qu’une véritable refondation institutionnelle inspirée des conclusions des Assises Nationales.

Pas étonnant, dès lors, qu’ils s’emmêlent les pinceaux, dans la confection de leurs listes, prêtant ainsi le flanc devant un adversaire, dont la détermination ne fait l’objet d’aucun doute, mais qui se heurtera très certainement sur le roc de la résistance populaire.

NIOXOR TINE

leelamine@nioxor.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay