MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

201 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2022

SÉNÉGAL: GRÈVES POUR UNE REVALORISATION DU SERVICE PUBLIC DE LA SANTÉ

Le gouvernement sénégalais devrait prendre en compte l’éveil citoyen en cours dans tout le pays et rompre avec cette redevabilité à deux vitesses, qui épargne les autorités gouvernementales chargées du pilotage des politiques publiques, tout en sacrifiant de simples exécutants du niveau opérationnel.

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manifestation à Louga pour un meilleur accueil dans les structures sanitaires

Affronter la réalité est bien plus difficile que de garder les yeux grands fermés (eyes wide shut).

SANTÉ: LE DÉNI GOUVERNEMENTAL PERMANENT

Depuis toujours, notre pays vit au rythme de fautes médicales répétitives, de moins en moins acceptées par l’opinion publique. Parmi les plus récentes ayant retenu l’attention de la presse, on peut citer l’affaire dite Aïcha Diallo à l’hôpital de Pikine, les décès de nouveau-nés lors de l’incendie du service pédiatrique de l’hôpital Magatte Lô de Linguère et au début de ce mois, le décès malencontreux d’une femme enceinte à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga. Ce dernier drame est venu exacerber le bouillonnement social sans précédent que connaît le secteur de la Santé et de l’Action sociale, ce qui lui a conféré une résonance particulière.

Et pour cause ! Car face à l’ampleur de la clameur publique, le Chef de l’État et son ministre en charge de la Santé ont choisi de faire du directeur de l’hôpital concerné et de certains membres de son personnel, les boucs émissaires d’une situation, dont ils ne sont que très marginalement responsables.

De fait, depuis le début de mise en œuvre des plans d’ajustement structurel dans notre pays, au milieu des années 80, tous les services publics connaissent une lente descente aux enfers,  particulièrement notre système sanitaire,  qui végète dans une crise profonde, à laquelle les gouvernements successifs n’ont encore pu apporter de solution satisfaisante. Face à cette situation imputable au premier chef aux pouvoirs publics, les syndicats de travailleurs, les organisations communautaires et les associations de consommateurs n’ont pas toujours été à la hauteur. Ils ont, la plupart du temps, assisté, impassibles, au désengagement de l’État dans le financement du système sanitaire,  dissimulé derrière la construction de quelques infrastructures imposantes, qui s’avèrent presque toujours être des coquilles vides sans personnel suffisant ni équipements conformes.

Il y a aussi l’instauration des politiques de gratuité, certes pertinentes sous certains rapports, mais insuffisamment élaborées, car souffrant d’un ciblage inadéquat, avec de forts relents populistes et électoralistes. Cela a entraîné la réduction drastique des recettes issues de la participation financière des populations aux soins à cause de l’absence règlement diligent et intégral de la dette hospitalière.  Les administrateurs des services de santé, adeptes de la nouvelle religion de rentabilité à tout prix, ont – de ce fait- adopté une démarche agressive visant à pressurer les pauvres usagers pour faire face à leurs charges.

Peu à peu, on a assisté à une privatisation déguisée du système hospitalier, jetant aux orties l’humanisme et l’éthique, faisant l’apologie d’une culture d’entreprise et rendant les services de santé, de moins en moins accessibles aux personnes à faibles revenus.

C’est sur cette toile de fond d’iniquité, à l’origine d’inégalités sociales en santé, qu’on observe une dégradation continue du service public, au détriment des usagers et des prestataires de soins, dont des conditions de travail sont exécrables.

Parallèlement, on a constaté que l’administration centrale et divers lobbies imposaient leur diktat aux structures hospitalières, prétendument autonomes, à travers un pool de directeurs d’hôpitaux, encadrés par des personnalités dites qualifiées, souvent issues des cercles du pouvoir. Les conseils d’administration finissent, donc, par devenir de véritables caisses de résonance des intrigues ministérielles à cause d’une sous-représentation des travailleurs et des usagers / consommateurs.

Il arrive que ces derniers, dans une démarche de power-sharing, loin de s’opposer à la mal-gouvernance ambiante, bénie par la tutelle, la cautionnent, faisant preuve de complaisance envers des mesures préjudiciables à une gestion vertueuse des structures sanitaires (primes hospitalières exorbitantes pour certaines d’entre elles, parfois redondantes avec celles étatiques, recrutements familiaux, clientélistes ou politiciens, non-respect du code des marchés...). Les rares récalcitrants, qui ont osé dénoncer ces cas de collusion manifeste au sein des conseils d’administration, ont été victimes d’affectations arbitraires (Cheikh Seck, Guy Marius Sagna...).

Il n’est dès lors pas étonnant, que la qualité des soins et l’élévation du plateau technique ne soient pas au premier plan des préoccupations des autorités sanitaires, ce qui donne lieu à ces drames qui suscitent, de plus en plus, l’indignation des masses populaires.

En effet, notre pays se trouve dans un contexte marqué du double sceau d’essor des luttes syndicales unitaires (transporteurs, enseignants) et d’impulsion des exigences citoyennes, qui deviennent de plus en plus pressantes. On a ainsi pu constater, lors de la longue grève dans le secteur de l’Éducation, l’intrusion des élèves et de leurs parents dans le processus revendicatif pour exiger que leurs intérêts d’usagers du service public soient pris en compte.

De la même façon, on est en train d’assister à un développement de la démocratie sanitaire, se traduisant par la création de nouveaux collectifs citoyens (celui de Louga et celui dénommé "Patients en Danger"...). Ils initient des pétitions très populaires, organisent des conférences de presse et des marches pour l’amélioration de l’accueil et de la prise en charge des usagers des structures de soins.

Cela devrait inciter le gouvernement sénégalais à prendre en compte l’éveil citoyen en cours dans tout le pays et à rompre avec cette redevabilité à deux vitesses, qui épargne les autorités gouvernementales chargées du pilotage des politiques publiques, tout en sacrifiant de simples exécutants du niveau opérationnel.

Il faudrait, à notre avis, instaurer un débat fructueux sur notre système sanitaire, regroupant la société civile, dont les représentants syndicaux et les associations d’usagers/ consommateurs, les acteurs politiques, les personnalités religieuses ...etc., en posant le diagnostic et en indiquant des pistes de solution.

Dr Mohamed Lamine LY

Spécialiste en santé publique

leelamine@nioxor.com 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent