MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

197 Billets

0 Édition

Lien 29 mai 2020

Pays africains : au-delà des mesures d'urgence, changer le paradigme

Débat du PCF sur l'Afrique et la COVID-19 avec Dr Mohamed Lamine LY, docteur spécialisé en santé publique, membre du comité central du PIT-Sénégal et Marc de Miramon, journaliste à l'Humanité Animation : Chrystel Le Moing, membre du collectif Afrique du PCF

MOHAMED LAMINE LY
PROFESSIONNEL DE SANTE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.youtube.com/watch?v=H1g9bF0iy9Q&feature=youtu.be

Le secteur international du PCF - Parti Communiste Français  a organisé, le vendredi 22 mai 2020, un débat sur l'Afrique intitulé : "Pays africains : au-delà des mesures d'urgence, changer le paradigme".

CONTEXTE

La situation épidémiologique en Afrique n'a pas évolué comme certains l'annonçaient. Même s''il faut rester prudent et que des contrastes entre les pays existent, l'Égypte et l'Afrique du sud étant par exemple plus touchés, le continent africain où vivent 1,2 milliards d'habitants compte peu de personnes infectées et peu de décès.

Il serait intéressant de s’interroger sur une éventuelle sous-notification des cas liée à des appareils statistiques peu fiables et/ou  de faibles capacités de dépistage ?

Si la catastrophe sanitaire a été, pour le moment, évitée, il en est tout autre sur le plan socio-économique. Les États ont été nombreux à réagir rapidement en instaurant un confinement, des couvre-feux, en fermant les frontières. L'activité économique a été stoppée net ce qui s'est révélé intenable pour des populations travaillant majoritairement dans le secteur informel sans système de protection sociale.

De telle sorte que les économistes et autres experts, dont les agronomes, évoquent une sévère récession économique et même une crise alimentaire.

Les conséquences sont aussi politiques, avec la répression parfois aveugle, souvent arbitraire des contrevenants aux mesures de lutte contre la pandémie. Il y a aussi l’accélération de  la dérive autoritaire de certains dirigeants africains, avec la crise comme au Bénin ou en Guinée.

Un débat a été relancé et s'est approfondi sur les dettes africaines à l'occasion de l'annonce par Macron d'une annulation massive qui s'est finalement traduite par un moratoire décidé par les pays du G20 suspendant le paiement des intérêts pour 77 pays et pour une période limitée d'un an.

Au-delà de l'annulation qui semble relever du bon sens, il y a la nécessité pour beaucoup de questionner et dépasser le système d'endettement perpétuel qui accompagne le néolibéralisme, les privatisations, la casse des services publics, pour aller vers plus de souveraineté budgétaire et économique et une redéfinition des besoins. Cela pose la question de la responsabilité des dirigeants actuels dans ce rapport de force et de la question démocratique.

LES QUESTIONS DE L’HEURE

Peut-on espérer que la pandémie va changer la donne au point de penser qu'une nouvelle page va s'ouvrir pour le continent ?  

L'accès à des services de santé de qualité pour tous va-t-elle devenir une priorité politique ?

La crise sanitaire provoque-t-elle une prise de conscience sur un nécessaire retour de l'État et des services publics ?

Dans le domaine économique, remet-elle en cause les dogmes du néolibéralisme, du libre-échange et les politiques actuelles qui favorisent l'extraversion économique et la dépendance à l'égard de l'extérieur, notamment pour l'importation de produits alimentaires pour nourrir les populations ?

Voici quelques questions que vont aborder Dr Mohamed Lamine LY, spécialiste en santé publique, membre du comité central du PIT-Sénégal, et Marc DE MIRAMON, journaliste, lors du débat animé par Chrystel LE MOING, membre du collectif Afrique du PCF

D’après le secteur international du PCF

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo